Je marche au bras du temps

REMOND, ALAIN

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 19/01/06
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
2,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Ce texte d'Alain Rémond s'inscrit dans le droit fil de ses trois récits autobiographiques précédents, mais, cette fois, c'est avec l'écriture qu'il se débat - et il s'efforce d'aller au bout de son propos. Après l'exceptionnel succès de Chaque jour est un adieu et des ouvrages qui ont suivi (Un jeune homme est passé, Comme une chanson dans la nuit), il raconte comment il s'est senti, d'une certaine manière, dépouillé de lui-même, exposé volontairement) sur la place publique, et comme barbouillé par l'avalanche de questions intimes qui lui étaient adressées. Et ce qu'il nous narre ici, c'est la manière dont il a tenté d'échapper à cela en écrivant un roman. En cherchant à se cacher. A se planquer derrière des personnages fictifs et des histoires qui n'étaient pas la sienne. Mais voilà, ce fameux roman n'était pas bon. Il
le confesse, il nous en livre des extraits, et il s'attache à analyser pourquoi il se sent condamné dans les siècles des siècles à dire « je ». Il explique que le récit n'est pas un « témoignage » et que d'une certaine façon tout est fiction, quand bien même on parle de sa propre famille et de sa propre enfance. C'est un beau livre, d'une absolue sincérité, une réflexion sur l'écriture, un livre singulier comme seuls le sont les textes d'Alain Rémond. Un de ces livres dont la lecture amène à se demander pourquoi une confession si unique touche à l'universel. Ajoutons que l'auteur pratique avec jubilation l'autodérision et que s'il s'attaque à des questions fort sérieuses, il n'oublie jamais de nous faire rire (tout en nous expliquant d'ailleurs que dans la vraie vie, il se demande s'il a vraiment le sens de l'humour).
1 personne en parle

L’auteur nous explique sur près de 100 pages comment il a du renoncer au genre romanesque pour s’apercevoir que le récit était son seul et vrai créneau. Il suffit de lire la quatrième de couverture pour connaître toute la substance du livre. Après sa trilogie autobiographique des plus réussie, Rémond a souhaité écrire un roman pour des raisons diverses. L’ensemble est relativement inconsistant. Il y a certes quelques belles et rares réflexions mais elles sont noyées dans une masse de verbiage qui finit par user. Autant je peux comprendre l’intérêt de ce texte pour Rémond lui-même car il lui permet de prendre du recul et d’éviter des frais de psychanalyse, autant pour le lecteur extérieur, c’est trop « personnel ». On a du mal à se sentir concerné par ses questions, au point que l’on peut avoir des doutes sur l’intérêt de publier ce texte. Toutefois, les 40 dernières pages sont très réussies, simples, dans un ton habituel à l’auteur, claires et directes. Elles sont un condensé du reste et parle au lecteur. J’aurais préféré un livre de 40 pages, certes minimaliste mais d’un véritable intérêt pour les lecteurs des récits autobiographiques de Rémond (à noter que si vous n’avez pas lu au moins un de ces récits, ce livre n’aura aucun intérêt pour vous), plutôt que ces 100 pages, dont la moitié est d’un ennui sans nom. A feuilleter debout chez votre libraire ou à la bibliothèque…

mycupoftea
26/12/12

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.09 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition