Je suis dans les mers du sud ; sur les traces de paul gauguin

COATALEM, JEAN-LUC

EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 03/10/01
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

C'est le cliché sépia d'une Anglo-Polynésienne, acheté aux enchères par l'auteur, qui le pousse à partir, soudain, sur les traces de Paul Gauguin. Qui était cette jolie vahiné ? Et surtout pour quelle raison l'artiste peignit-il le visage cireux de son fils, Aristide, dit Atiti, le jour de sa mort à Papeete ? Quelle blessure intime ce tableau ravive-t-il chez Jean-Luc Coatalem ? Commence alors une traque, minutieuse mais fulgurante, où l'on comprendra que Gauguin, " Inca " halluciné, " Péruvien à la bourse plate ", fuit la réalité pour se trouver lui-même, renverse tous les clichés sur l'exotisme, à en perdre la raison, jusqu'au fonds du puits
du Jouir. Voici une enquête, spirituelle, humaine, géographique. Un voyage au long cours en Bretagne, Hollande, Danemark, Panama, Martinique, Tahiti, et les lointaines mers du Sud, avec pour compagnons les peintres, les créanciers, les marchands du culte, les vahinés, l'océan, et au bout la solitude. Quel est le vrai Gauguin ? Un affairiste courant après la vente ? Un égoïste pourtant père de famille, abandonnant ses cinq enfants à Copenhague ? Un mystique réconcilié avec lui-même, peintre apaisé, dont la main fut guidée par les dieux maoris ? Un morphinomane des îles Marquises ? " Où irons-nous demain, nous qui désirons sans fin ? ".
1 personne en parle

Plusieurs biographies ont été consacrées à Gauguin. Coatalem s'en démarque. Lui, l'écrivain voyageur, est le compagnon intime du peintre, dans son périple dans la Pacifique. On dirait un petit-fils (il est breton, il a vécu son enfance en Polynésie) feuilletant les papiers de famille, pour revivre l'existence tumultueuse et passablement scandaleuse d'un ancêtre génial et sulfureux. Aussi bien l'auteur mêle-t-il sa propre recherche et l'itinéraire de l'homme qu'il admire et qu'il aime. L'auteur a suivi pas à pas l'itinéraire de l'artiste, a visité les musées où étaient exposés ses tableaux, à Chicago, à Buenos Aires, à Copenhague, s'est rendu dans tous les lieux où il avait vécu, à Arles où Gauguin a difficilement cohabité avec Van Gogh, au Danemark d'où sa femme était originaire, en Bretagne et surtout en Polynésie. Partout, l'écrivain cherche et retrouve les paysages qui figurent dans les tableaux, à Pont-Aven, au Pouldu, à Tahiti, à Hiva Oa. Son minutieux cheminement sur les traces de Gauguin est à la fois enquête et quête, mais plus encore hommage et souci de comprendre cet homme qui, à 35 ans, a abandonné le confort d'une vie bourgeoise pour décider de peindre tous les jours, qui a souffert, a enduré la misère, la maladie, la solitude. La société occidentale du dernier tiers du XIXe siècle ressemble par bien des points à l'actuelle : uniquement préoccupée d'augmenter sa prospérité matérielle, elle asservissait le reste du monde et ne tolérait que d'honnêtes serviteurs et des artistes aimables pour décorer ses intérieurs. Nous en sommes à peu près au même point. Donc Gauguin, sa peinture et ses colères sont nécessaires. laurence

laurence
19/11/12
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.33 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition