Je vais de mieux en mieux

LELIEVRE, MARIE-DOMINIQUE

livre je vais de mieux en mieux
EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 08/01/06
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
17,30 €

SYNOPSIS :

C'est une maison de rêve. Une maison de vacances belle comme une image, avec tous ses accessoires, piscine, figuiers, solarium, cuisine-laboratoire. Gabrielle la désirait. Son mari, un architecte beau comme Steve McQueen, l'a construite. Pourtant, le lieu se transforme en piège minéral. L'homme se mure dans le silence. L'enfant s'enfuit. Une
société de sécurité rôde. L'angoisse monte. Gabrielle erre dans sa maison de rêve, regarde son mari de rêve, cherche le mode d'emploi de cette existence de rêve. Bâtir une maison sublime, d'accord. À condition d'habiter sa vie. Je vais de mieux en mieux est le portrait de deux anti-héros de notre époque, enfantins et désarmés.
1 personne en parle

Gabrielle et Pierre forment un couple parfait : ils sont beaux, ils ont une adolescente de quatorze ans, Inès, qui leur renvoient cette image de perfection, ils viennent de construire à Spero une splendide résidence qui figure dans un magazine de décoration, et Pierre est l'un des meilleurs architectes de sa génération... C'est le rêve éveillé, la vie idyllique. En façade. Car derrière cette paroi de verre, Gabrielle souffre de l'indifférence de son époux, Pierre est distant, et Inès est une jeune fille kamikaze qui n'en fait qu'à sa tête.En fait, ce roman de Marie Dominique Lelièvre relate une chronique de la vie ordinaire, d'un couple marié à qui tout semble sourire, et pourtant aveuglé par leurs désirs de paraître. Les conflits soulevés par l'éducation de leur fille éloignent davantage le couple, mais servent aussi de prétextes à des ressentiments plus latents, enfouis et refoulés. Pierre aime la rêverie amoureuse mais refuse l'amour vécu, Gabrielle a également peur (de l'abandon, d'être aimée et de grandir) et compense sa frustration dans des crises, ou des sursauts d'agressivité. Leur relation est complexe et souffre de non-communication. En somme, ce roman se fait l'étalage du mal moderne et actuel !... Au début, j'avoue avoir été fatalement fascinée, surtout par l'ambiance caniculaire de Spero et dans la grande maison blanche, isolée et silencieuse. Puis, je suis tombée de mon nuage, retrouvant les sempiternels litiges entre l'homme et la femme, notamment dans l'incapacité masculine d'éléver une enfant (adolescente, de surcroit) ou à travers cette perversion narcissique dans laquelle se drape Pierre. J'ai ressenti de l'intérêt, du malaise, de l'agacement. Solidaire ou dégoutée, j'avais envie que les choses évoluent, bougent plus vite. Mais j'ai franchement bien aimé ce roman qui décrit avec justesse les sentiments d'égarement et d'impuissance dans le couple, au gré du temps qui passe.

Clarabel
23/02/09

Format

  • Hauteur : 21.10 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.23 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition