Je Vais Mieux

FOENKINOS, DAVID

livre je vais mieux
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 10/01/13
LES NOTES :
à partir de
13,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le narrateur mène une vie rangée de père de famille : un travail intéressant dans un cabinet d'architectes, une femme (Élise) qu'il a connue très jeune, deux enfants étudiants sans problèmes. Pourtant, cette existence presque banale va soudain se dérégler. Cela commence par une douleur au bas du dos qui reste inexpliquée malgré divers examens : radios, IRM, consultations diverses chez un ostéopathe, une magnétiseuse et même une prostituée. Rien n'y fait, la douleur se fait toujours plus intense, symptôme de tout ce qui dans sa vie tenait sur des non-dits, des frustrations, des ratages. Dès lors la vie du couple part en vrille : Élise lui

annonce qu'elle va le quitter, un collègue se met à le harceler dans le but affiché de l'évincer, ses enfants lui reprochent de n'avoir jamais été vraiment présent pour eux. Déboussolé, il cherche un sens à ce chaos. L'épreuve du mal de dos va pourtant être une voie de rédemption. En bouleversant sa vie routinière, elle lui permet de changer enfin. Délaissant progressivement la loufoquerie de ses premiers livres, David Foenkinos aborde ici avec légèreté des thèmes graves, comme il l'avait fait dans La Délicatesse ou Les Souvenirs. Nul doute que le public qu'il a conquis avec ces deux livres aura plaisir à le suivre encore une fois.

9 personnes en parlent

Lorsque l’on regarde la couverture du livre se vert apaisant et cette position improbable pour qui n’est pas danseur on se demande dans quelle histoire on va entrer !Amateurs des histoires de Foenkinos vous ne serait pas dépaysés. Vous voulez le découvrir c’est un bon choix notamment si vous approchez de la quarantaine. En effet les personnages masculins de David Foenkinos vieillissent petit à petit.Le narrateur à peine quarante ans un femme, des enfants qui viennent de quitter le nid familial, un travail, des amis. Mais en même temps qu’un douloureux mal de dos vient lui gâcher son quotidien bien régler tout va partir vau l’eau. [...]On retrouve les thématiques chères Foenkinos, les remises en questions lorsque le quotidien a tout usé qu’on a laissé ses rêves de jeunesse dans les souvenirs… Je me suis demandé si on allait pas basculer dans « la tête de l’emploi » où le personnage de Bernard va vivre une chute vertigineuse mais non ici nous avons une autre variante.Le narrateur se pose souvent en victime et réagit à contre temps. Cette lenteur dans ses réactions c’est un peu ce qui est à la base de ses autres soucis.A travers son cheminement médical autour de son mal au dos nous allons le voir changer.Le thème de la famille va mettre le narrateur au centre de la scène : il est le fils de, le mari de, le père de, et nous allons voir l’histoire un peu en étoile. Très intéressante représentation du récepteur/ émetteur…Il faut extraire le mal pour cela il doit dénouer les fils de la narration et les nœuds qui lui bloquent le dos.La thématique de la création artistique est représenté par Sylvie et la peinture, Pauline et la décoration, le narrateur entre architecture et écriture.J’ai retrouvé une ou deux petites choses qui me plaisent dans les romans de David Foenkinos, des petits chapitres intermédiaires où nous avons juste « l’intensité de la douleur » et « l’état d’esprit » du narrateur et des notes en bas de page avec une touche d’humour. Ces petites digressions rythment le texte. http://ramettes.canalblog

ramettes
11/08/14
 

Je vais mieux ou Comment le corps dépend de l'esprit. Rien de nouveau à l'horizon: un personnage central nombriliste, qui remet sa vie et tout ce qui la compose (mariage, travail, parents, enfants)en question...Sûre que ce type de roman peut être touchant à certains moments de sa vie mais là, moi, je n'en étais pas là d'où une lecture détachée et avec la hâte d'en finir...Deuxième roman d'affilée sur ce registre (après Cinq Jours de Kennedy), faut que je me tourne vers d'autres thèmes parce que ça ne prend avec moi en ce moment

viwa
24/11/13
 

Tout commence lors d’un dîner entre amis, réunissant le narrateur, sa femme Elise et un couple d’amis, Edouard et Sylvie. Pris d’une fulgurante et soudaine douleur au dos, le narrateur tente d’en chercher l’origine. Mauvais geste ? Faux-mouvement ? Somatisation ? Les jours passent, la douleur persiste, s’amplifie. L’angoisse monte. Des examens sont pratiqués. Rien. D’où cette douleur peut-elle bien provenir ? Parallèlement à sa douleur, le narrateur se retrouve confronté à d’autres difficultés : travail, parents, enfants, couple. Les problèmes semblent pourtant glisser sur lui, simple spectateur de sa propre vie. Jusqu’au jour où la douleur se fait trop forte, où la peur de mourir est grandissante : le narrateur agit, prend sa vie en main. Décide qu’il est temps d’arrêter de subir. Travail, parents, enfants, couple, tout y passe. La douleur s’estompera t-elle pour autant ?Mal de dos, mal du siècle, dit-on. Avec cette histoire, l’expression "en avoir plein le dos" semble prendre tout son sens. Qui n’a jamais ressenti une crispation se matérialisant par des douleurs dorsales, à la simple pensée ou l’évocation de ses problèmes personnels ? C’est un roman qui parlera aisément à bon nombre de ses lecteurs. Même si durant la première partie du roman, j’ai un peu peiné à accrocher, la trouvant un peu longue, j’ai persisté dans ma lecture. J’étais curieuse de savoir si le narrateur allait réagir, de ce qui allait advenir de sa vie et de sa douleur. Le doute persiste toujours au fil de la lecture, tout comme la douleur du narrateur. Au fil des pages, de l’évolution du personnage, deux questions demeurent : pourquoi le narrateur ne guérit-il pas ? Va t-il y parvenir un jour ? Ce sont tout autant de questions qui m’ont amenée à la fin de ce roman. Tout est précis, des sentiments ressentis par le narrateur aux descriptions faites de son état, de son environnement proche. C’est appréciable de pouvoir se figurer ainsi clairement le cours d’une histoire.Un peu différent de ce que j’avais lu auparavant de cet auteur, j’en recommande tout de même la lecture aux adeptes de David Foenkinos (et aux autres !). Mel (Lis-moi si tu veux)

un flyer
06/11/13

Une douleur dans le dos rend très inquiet le héros de ce roman singulier. Père de deux enfants qui ont quitté le nid, marié à Elise, le narrateur voit sa vie basculer à cause de ce simple mal de dos. Simple au début, mais qui s'amplifie au fil des pages. « Intensité de la douleur : 7 ». Peu à peu, les ennuis s'accumulent : sa femme le quitte car elle ne l'aime plus, il rencontre une autre femme, se brouille avec son entourage... David Foenkinos a habitué son lectorat à des histoires centrées sur des personnages caractéristiques : une amoureuse désabusée, un collectionneur pathologique, et ici, un malchanceux. Seul face au monde, le narrateur se raconte. Littéralement. Il livre chaque détail de sa vie et embarque avec lui un lecteur pris au piège des pages. Car, bien que narcissique, ce roman allie une certaine naïveté (le héros est au cœur d'un tourbillon incontrôlable) et une vision thérapeutique de la vie (comment affronter les aléas d'une existence déchue ?). La force de l'auteur réside en une seule chose : rendre une histoire somme toute banale à souhait en une aventure littéraire prenante. Le récit tient la route, sans fioriture, grâce à la plume talentueuse d'un auteur qui n'a plus à faire ses preuves. Ironie, second degrés, autodérision et même hypocondrie sont les maîtres mots d'un maître du genre. David Foenkinos a l'art et la manière de nous faire apprécier un personnage qui se considère lui-même sans grand intérêt -voire même indigne d'intérêt- en faisant jouer notre corde sensible, notre besoin d'empathie chronique caractéristique des lecteurs compulsifs. Bref, ce roman est une ode à la vie simple et une satyre réussie de la modernité. Le narrateur s'en donne à cœur joie : tantôt doux et sensible, tantôt hypocondriaque et inquiet, tantôt colérique et quasi-violent. L'absurdité de l'existence lui apparaît petit à petit et il se doit de réagir. Comment les autres vont-ils accueillir ce nouveau Moi ? Leur avis est-il vraiment le plus important ?

SEcriture
05/09/14
 

Ce livre est tombé au bon moment et je me suis retrouvé complétement en phase avec ce personnage en conflit dans son travail. Les situations managériales et conflictuelles décrites dans ce roman m'ont rassuré car il n'y a pas qu'à moi que cela arrive. Il est vrai, que le héros n'a pas de choses puisque la vie privée s'en mele. Bref, la crise de milieu de vie est là pour tous à chacun d'entre nous de s'en sortir plus ou moins bien. Mais ce roman permet au moins de voir une issue a son mal être meme si ce n'est que de la fiction cela fait du bien au moral. A conseiller aux dépressifs du boulot et aux burn-out.

Virago
26/08/14
 

Si lire un Foenkinos est toujours un plaisir simple, je suis une inconditionnelle de cet auteur, je dois avouer que cette fois-ci, malheureusement, le plaisir n'était pas au rendez-vous. Une indigestion de Foenkinos ? Ne faut-il qu'en lire quelques-uns et dans des temps espacés ? Car, oui, une impression de "déjà-lu" mais en moins bien, certes, on retrouve le style mais l'histoires est banale sans intérêt, et trop centrée sur ce personnage ennuyeux. J'ai trouvé beaucoup plus touchant les souvenirs. Lisible, mais pas exceptionnel.

Lisons
14/07/13
 

Autant l'avouer tout de suite, je suis fan de cet auteur. J'adore sa façon très fine de décortiquer les comportements humains avec délicatesse et un sens de l'observation qui résonne toujours à un moment ou un autre à mon oreille. C'est l'histoire banale d'un homme de 40 ans, marié, qui a subitement mal au dos. À cause de cette douleur, et de fil en aiguille, ou plutôt de nerf en nerf, sa vie déraille...

Le narrateur est un homme qui souffre soudainement d'une douleur au dos. Il décide d'aller voir un médecin mais celui ci ne trouve rien. Il va à l'hôpital, il voit un kiné, une psychologue... mais personne ne trouve ce qu'il a... Cette douleur va complètement transformé sa vie... David Foenkinos fait partie de mes auteurs chouchous... et pourtant je dois dire qu'ici je n'ai pas accroché... Pourtant son style est le même et les petites digressions sont toujours là. Malgré tout l'histoire un peu trop fantasque ne m'a pas enthousiasmé plus que ça ! Pour moi ce livre est à peu près du même niveau que "Le potentiel érotique de ma femme", bien loin de "La délicatesse" ou "Les souvenirs"... On est plongé dans la vie morne de ce narrateur qui vit une vie pépére sans prendre de risques. D'ailleurs son mal de dos va complètement bouleversé son petit quotidien et j'ai eu du mal à trouver cela crédible. Tout lui tombe dessus, ça semble un peu gros. En ayant lu à peine la moitié du bouquin, j'avais déjà perçu la fin...De plus, on ne parle que de lui. C'est beaucoup trop égocentrique à mon goût. On finit un peu par s'ennuyer... J'ai eu moi même du mal à le finir... j'ai mis beaucoup plus de temps pour le lire que mes lectures habituelles. Je dois dire que je ressors de cette lecture assez déçue... Je remercie Libfly qui m'a permis de découvrir ce livre !

lizou59
06/03/13
 

Ce n'est pas tant l'histoire racontée que la façon d'écrire de l'auteur qui me séduit à chaque fois. David Foenkinos pourrait écrire un roman de science-fiction sur des pingouins au Sahara,que je trouverais ça super, parce que la description des sentiments ressentis par les pingouins serait tellement juste que j'aurais l'impression d'en être un.Notre héros ici à très mal au dos... Passé les avis médicaux officiels qui lui assurent que "tout va bien", il n'aura d'autre choix que d'entamer une introspection pour comprendre la cause de son mal.

  • Auteur : FOENKINOS, DAVID
  • Éditeur : GALLIMARD
  • Distributeur : SODIS
  • ISBN : 9782070140107
  • Date de parution : 10/01/13

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.34 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition