livre junk
EDITEUR : GALLIMARD-JEUNESSE
DATE DE PARUTION : 26/08/02
LES NOTES :

à partir de
13,50 €

SYNOPSIS :

La vie de Nico, entre un père violent et une mère alcoolique, est intolérable. Il décide de fuir. Gemma, son amie, en révolte contre sa famille, le suit, par défi et par goût de l'aventure aussi. Comment s'en sortir à quatorze ans, sans
ressources, sans abri ? Ils rejoignent un squat, sont pris dans l'engrenage de la drogue. La première dose d'héroïne les précipite dans une longue descente aux enfers. Ils deviennent, sans en être conscients encore, des «junkies».
11 personnes en parlent

La vie de galère de deux adolescents anglais, Gemma et Nico, vivant non loin de Bristol, dans une petite ville touristique. Un portrait sur fond de drogue et de chômage. Un livre très dur, très bien écrit, un classique du genre qui ne laisse pas indifférent. Et qui n'est pas si éloigné que ça de la réalité. Dans le même genre, lire "L'Herbe Bleue".

MissLili
25/01/09
 

Une bien triste histoire qui reflete tellement de realité.je me suis laisser enporté par le roman qui est super bien ecrit. les personnage sont tous tres bien decrit. je pense quand meme que nico s'en serais beaucoup mieu sortie sans Gemma. Adelinesihame

AdelineSihame
01/10/15
 

Jeune adolescent de 14 ans, David, surnommé Nico par ses amis, n’a pas une vie facile, loin de là. Dans l’indifférence presque générale, il subit chaque jour l’alcoolisme de sa mère et les coups de son père. Pour échapper à ce quotidien, la seule solution qu’il a trouvé est la fugue. Très vite, il est rejoint par sa petite-amie Gemma, qui voit cette fugue comme un moyen de partir à l’aventure et de se révolter contre une autorité parentale qu’elle juge injuste. Mais de bonnes en mauvaises rencontres, Nico et Gemma, devenus squatteurs, vont se laisser entrainer dans la spirale de la drogue. Autant vous prévenir, Melvin Burgess n’épargne en rien le lecteur. Les thèmes abordés sont durs : fugue, alcool, drogue, grossesse non désirée… Bref, ce roman est loin d’être un conte de fée. Au contraire, il décrit avec réalisme la société qui nous entoure et le mal-être d’une génération en mal de repères et en conflit avec une société à laquelle elle ne s’identifie pas. Nico est sans doute le personnage le plus attachant du livre. Malgré sa situation familiale, il ne part pas de chez lui de gaieté de coeur. A la fois timide et poétique, il se laisse facilement influencer par les autres. Cela ne pose pas de problèmes lorsqu’il écoute les avis de personnes comme Richard ou Vonny, d’autres squatteurs, en marge de la société, qui vont tenter de lui venir en aide. Par contre, cela est beaucoup plus grave lorsqu’il se laisse manipuler par Gemma ou Lily. Si la seconde est difficile à cerner, la première est une égoïste, plus préoccupée par son apparence qu’autre chose. Pourtant, elle tient malgré tout à Nico. Mais ses fréquentations et ses mauvais choix vont les plonger, tous les deux, dans une spirale auto-destructrice, sans même qu’ils s’en aperçoivent. La simple crise d’adolescence de Gemma et sa rébellion contre ses parents vont alors prendre des proportions désastreuses et dramatiques. On assiste alors, fatalement, à la déchéance progressive de deux adolescents au départ ordinaires. L’auteur, pour renforcer le réalisme de ses propos, a choisi de raconter l’intrigue de Junk à la premier personne. Chaque chapitre est alors dédié à un protagoniste. Celui-ci a, chaque fois, une importance capitale dans l’histoire. Il peut donc se voir consacrer plusieurs chapitres comme Nico et Gemma ou un seul et ne plus jamais réapparaître. Selon les personnages, l’auteur abordera son récit différemment et c’est ce qui fait toute la richesse et la force de cet ouvrage. A chaque chapitre, le lecteur arrive à s’identifier au personnage correspondant ou du moins à le comprendre. Ainsi, la pudeur et la retenue sont de mises pour Nico et Richard, alors que Gemma apparaît davantage révoltée et égoïste. Cru, réaliste mais jamais trash ou voyeur, Junk est un roman tout en finesse. Mais c’est également un livre coup de poing qui ne laisse pas indifférent et qui a le mérite de faire réfléchir ses lecteurs, quel que soit leur âge, sur les méfaits de la drogue chez les adolescents et sur la société en général. N'hésitez pas à venir nous rendre une petite visite sur notre blog : http://drunkennessbooks.blogspot.fr

ManonMarie
02/07/14
 

Nico fugue à quatorze ans pour fuir l'ambiance délétère du foyer parental - un père brutal, une mère alcoolique. Il tombe plutôt bien en étant accueilli dans un squat par trois adultes anarchistes bienveillants. Nico partage leur "convivialité" : fumette et alcool. Sa petite amie Gemma, avide de liberté, vient les rejoindre, mais son comportement capricieux et immature ne fait pas l'unanimité. Le couple se réfugie alors auprès de deux jeunes squatteurs à peine plus âgés qu'eux. Fini de plaisanter, et bienvenue dans le monde de l'héroïne et l'engrenage qui l'accompagne : vol, deal, prostitution…A l'instar de "Christiane F." et de "L'herbe bleue", ce roman sur les ravages des drogues dites "dures" est édifiant et terrifiant. Passé la longue apologie - bien tentatrice et trompeuse pour le jeune lecteur - de la défonce et de la liberté de ce mode de vie, on est immergé dans l'enfer de la drogue. La dégringolade semble un chouïa moins glauque que dans "Christiane F." - les jeunes ici ne vivant pas dans la rue - mais les détails sordides ne nous sont pas épargnés (mort par overdose, violence sur une prostituée junkie, effets du manque…). La difficulté de décrocher malgré les bonnes résolutions et la certitude d'être plus fort que la drogue et que les autres junkies est particulièrement bien exprimée. Le bref parallèle entre l'alcoolisme sévère et l'addiction à l'héroïne, dans les dernières pages, est également bien vu... Le style simple rend le livre accessible aux adolescents, et la polyphonie est très agréable : on perçoit en effet les points de vue différents des protagonistes tout en avançant rapidement dans le récit, chaque narration prenant la suite de ce qui précède... En bref, un roman facile à lire, important et dérangeant, à faire découvrir dès 14-15 ans. Canel

Canel
18/01/14
 

Après avoir vu le titre et la couverture de ce livre, sa seule intrigue ne recèle guère de surprises... En la faisant présenter par plusieurs narrateurs, l'auteur parvient à bien nous faire ressentir la psychologie de ses personnages et à nous expliquer leurs parcours. Ceci est particulièrement vrai pour Gemma et pour Nico.L'héroïne apparaît relativement tard dans le livre mais la place qu'elle s'y fait alors rapidement illustre bien celle que cette substance occupe inévitablement dans la "vie" des personnages qui la consomment. le lecteur perçoit parfaitement l'illusion que chacun d'eux entretient longtemps de maîtriser sa propre consommation. Pour certains, cette illusion cède peu à peu la place à une prise de conscience de leur dépendance vis à vis de cette substance.Ce livre et ce billet sont des occasions d'informer, en particulier les adolescents, du fait que ce produit n'est pas de ceux qui peuvent se tester "une fois pour voir". En effet la dépendance qu'il crée peut-être immédiate notamment à cause du phénomène de "flash" évoqué dans le livre de Burgess. La description de ce phénomène est beaucoup plus développée dans un autre livre qui traite du même sujet et que je conseille aussi : "Flash ou le Grand voyage", célèbre récit autobiographique de Charles Duchaussois (1940-1991) édité par Poche. Ce dernier livre est cependant beaucoup plus dur que "Junk" et l'héroïne y est particulièrement fascinante : il ne convient donc pas à un public adolescent, à la différence de "Junk".En résumé, "Junk" est un livre intéressant, agréable à lire malgré un sujet difficile, et selon moi accessible dès 14 ans. Apikrus

Apikrus
04/06/13
 

J'ai repéré ce livre un jour où je passais commande sur un site internet, vous savez "vous aimeriez peut être...". Je recherchais des livres du genre "l'herbe bleue" et j'ai pu trouver quelques titres qui pourraient me plaire dont Junk. Je l'ai vu à la médiathèque, j'ai donc sauté sur l'occasion pour l'emprunter et faire diminuer ma wishlist par la même occasion. L'histoire est sympa, mais sans plus. Deux jeunes amis, un garçon et une fille, de 14 ans décident de fuguer. Le garçon se fait battre par son père et sa mère est alcoolique, la jeune fille n'a pas vraiment de gros problèmes mise à part des parents qui la saoulent... Ma première réaction : ok le jeune garçon, je veux bien croire qu'il est des envies de fugues. Mais la jeune fille... Il faut peut être pas abusé, qui à 14 ans n'a pas des parents qui les saoulent ? Enfin bon bref, j'ai trouvé cette jeune fille idiote. Dans ce livre, on suit ces amis dans leur fugue, ils arrivent à trouver un abri avec d'autres squatters et on les voit sombrer dans la drogue au fil des pages.Au fil des pages est tout de même un grand mot, car l'histoire de drogue comment réellement qu'à partir de la 200ème pages... Long ! D'autant plus qu'il n'y a que 350 pages dans ce livre. Du coup, l'histoire au début est très longue, j'ai vraiment eu un mal fou à me plonger dedans, il y avait quelques actions mais sans plus, rien d'exceptionnel. C'est long, et le jeune couple réussit tout ce qu'il entreprend, donc c'est sans grand intérêt et ça incite limite à fuguer, eh bien oui, réussir tout ce qu'on veut sans se faire choper, vivre comme on le veut sans parents pour nous commander... Je dirais qu'ils ont la belle vie et je trouve ça vraiment dommage, j'aurais préféré lire une histoire où les personnes galèrent et regrettent de fuguer, or, ce n'est pas le cas ici. Ensuite, à partir de la 200ème page, tout s'accélèrent. Et là, ça va beaucoup trop vite. Je ne donnerais pas d'exemples car je risque de vous dévoiler des éléments du livre. Mais à partir de cette page, on est plongé dans l'histoire et tout se passe très rapidement, je trouve que ce n'est pas assez détaillé. Les chapitres ne sont jamais racontés par la même personne. Cela fonctionne un peu comme un roulement : la jeune fille, le jeune homme, un ami, le jeune homme et ainsi de suite. Il faut donc faire très attention au titre des chapitres pour savoir qui parle et de quel point de vue l'histoire est racontée.En conclusion, j'ai trouvé ce livre bien, mais ce n'est pas un livre que je recommanderais à une personne qui souhaite lire ce genre de témoignage. Instant-litteraire

Instantlitteraire
30/04/12
 

J'ai été un petit peu déçue par Junk. Il est très bien, mais je ne l'imaginais vraiment pas comme ça. Je l'aurais voulu plus dramatique, plus noir, qui fasse bien peur... Mais bon derrière les lignes, on sent vraiment l'auteur jeunesse. Cela dit, c'est un sujet dont il faut parler. C'est pas vraiment le sujet le plus agréable, mais il ne faut pas que cela devienne un tabou et c'est totalement ce que fait ce livre.Melvin Burgess a dit : "Je pense qu'il est préférable que les jeunes n'entendent pas parler de la drogue pour la première fois le jour où quelqu'un essaiera de leur en vendre." Je suis totalement d'accord avec lui et c'est ce que ce livre fait. Dans Junk, on ne minimalisme par la drogue : on montre à quel point elle est facile et forte. On voit la bêtise qui l'accompagne, le mal qu'elle fait, la dignité qu'elle enlève...Mais on parle aussi d'espoir, de dépendance et d'envie de s'en sortir. C'est typiquement le genre de livre où une fois refermé on se dit qu'on fera en sorte que ça ne nous arrive jamais.Être seul, sans domicile, sans possession, à faire la manche, voler, se prostituer... Est-ce vraiment une vie ? C'est un livre vaccin. Un livre qui prévient. Un livre comme il en faudrait plus.

MademoiselleLuna
17/02/12
 

J'ai constaté, à force de lire toujours sur le même thème (là, la drogue en l'occurrence) que c'est toujours pareil. Le déroulement de l'histoire est toujours la même parce que finalement, il n'y a pas vraiment d'échappatoire à ça. Ce qui change, ce sont les points de vues (de l'auteur donc) & la façon de décrire les choses. Chaque chapitre de ce livre contient le point de vue de différents personnages, que ce soit de Gemma, Nico, Richard, Rob, Lily, & d'autres.Nico a quatorze ou quinze ans. Il décide de fuguer parce que son père est trop violent & sa mère lui rend aussi la vie impossible, à sa façon, en étant alcoolique. Il fuit ses problèmes. Du moins, c'est ce qu'il croit.Gemma, quatorze ans, décide de rejoindre Nico, son petit-ami, parce qu'elle ne supporte plus l'autorité de ses parents. Assez futile en soi mais on réagit tous différemment. On la connaît très gamine & très immature au début du livre.Ils sont dans un premier squat, où ils font la connaissance de Richard, Vonny & une troisième personne dont je ne me rappelle plus le nom.. Là, commence la liberté pour eux. Ils découvrent un peu plus la drogue, des joints seulement, mais souvent. Puis, allant de rencontre en rencontre, Nico & Gemma font la connaissance de Lily & Rob, un couple sans trop de règles ni de bases solides, dans un second squat, c'est là que la vraie vie commence selon eux. Ils ne s'arrêtent plus aux joints mais goûtent aussi à l'héroïne, sniffée puis injectée.. C'est le début de la descente aux enfers.Ils se disent dès le début, qu'ils ne sont pas accros, qu'ils peuvent arrêter dès qu'ils veulent mais se rendent bien vite compte que ça ne marche pas comme ça. De longues années s'écoulent, ils ont tenté de se sevrer, pour différentes raisons, par différents moyens, mais le résultat est toujours le même, on n'est jamais totalement sevrer parce que la tentation est trop.. tentante !On sent qu'ils ont envie de s'en sortir, pour l'amour de quelqu'un en particulier ou seulement parce qu'ils ont envie de faire quelque chose de leur vie, quelque chose de sûr. Mais, même en sachant les risques, ils replongent dans cet enfer. La drogue est un cercle vicieux, ils l'ont compris trop tard. Certains ont réussi à s'en sortir, à construire une vraie vie, d'autres non.J'ai eu un peu de mal au début, à m'attacher aux personnages, Gemma est vraiment superficielle, inconsciente & égoïste mais on la suit dans sa "transformation" & on finit par la découvrir plus mature, juste piégée par la drogue.Nico n'a rien d'intéressant au début, il est très réservé. Mais petit à petit, il change de personnalité (un peu comme tous d'ailleurs), il se laisse aller, n'a plus envie de rien & vit exclusivement pour la drogue.J'ai eu du mal aussi avec les répétitions d'expressions, surtout une qui revenait bien trop souvent à mon goût : "Je veux dire".. Ce n'est qu'un détail mais ça me restait dans la tête & j'avais du mal à me concentrer sur autre chose par moment !L'auteur n'a pas cherché à faire la morale à qui que ce soit, ni à enfoncer les drogués. Il délivre juste un message à travers ses personnages. Pour montrer que la drogue n'est pas ce qu'elle parait être & qu'une fois commencé, on ne peut plus s'en sortir. Sans jugements.

gr3nouille2010
24/01/12
 

Cinquième coup de cœur de cette année, Junk est un livre que l'on n'ouvre pas sans conséquences et qui résonne longtemps après en avoir tourné la dernière page...L'auteur présente les événements relatés comme inspirés de ce qu'il a vu et côtoyé lorsqu'il vivait à Bristol dans les années 80. La misère et la drogue vont souvent de paire et se referment sur de nombreux jeunes telle la gueule d'un loup.Nico et Gemma, les deux personnages principaux, ont l'innocence et la candeur de leur âge, à peine quinze ans, et se croient naïvement plus forts que leurs paradis artificiels. Leur histoire est très dure, mais reflète une triste réalité que l'on ne peut ignorer. La narration alternée, adoptant à tour de rôle le point de vue des différents protagonistes, permet d'avoir non seulement une vue d'ensemble de l'intrigue mais aussi des opinions diverses sur celle-ci. Certains personnages subissent leur addiction sans en avoir conscience, tandis que d'autres, plus lucides, tentent en vain de décrocher, ou tout du moins de baisser leur consommation. Les relations entre les personnages sont réalistes, la psychologie de ces derniers très bien étudiée, l'intrigue bien menée...Bref, j'ai eu du mal à refermer ce livre, prise dans le tourbillon infernal de cette histoire, souffrant avec les personnages, espérant en même temps qu'eux, anticipant, parfois, leurs déconvenues et leurs rechutes. L'enfer de la drogue est décrit avec précision par l'auteur qui l'argumente ainsi : « Je pense qu'il est préférable que les jeunes n'entendent pas parler de la drogue pour la première fois le jour où quelqu'un essaiera de leur en vendre. » Les mots sont durs, les sensations décrites en détails, les phrases font sens douloureusement et dangereusement. On est emportés par cette lecture noire, repoussant l'inextricable dénouement, tentant de fuir cet engrenage déjà enclenché.Une lecture coup de poing dont vous ne sortirez pas indemne. A ne pas mettre entre toutes les mains, certes, mais en gardant à l'esprit la visée de l'auteur...

soukee
28/10/10
 

Ce livre est très intérressant, parce que l'on peut voir la vie à travers les yeux de personnes qui ont des problèmes, de drogués, de marginaux, de SDF. L'histoire est racontée par plusieurs personnes parallèlement. Et en plus, c'est une belle histoire, ce livre a tout pour plaire, on se retrouve dans l'ambiance des junkies, à la fin, on a l'esprit tout chamboulé, et on a appris à être un peu plus tolérant. clodette

clodette
27/08/10
 

Anne-Solène GIROD La descente aux enfers de deux adolescents dans l’engrenage de la drogue… Un récit fort et bouleversant qui ne laisse pas indifférent.

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.38 kg

Dans la même catégorie