Kiffe kiffe demain

GUENE-F

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 07/09/05
LES NOTES :

à partir de
5,30 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Doria a quinze ans, un sens aigu de la vanne, une connaissance encyclopédique de la télé, et des rêves qui la réveillent. Elle vit seule avec sa mère dans une cité de Livry-Gargan depuis que son père est parti un matin pour trouver au Maroc une femme plus jeune et plus féconde. Ca, chez Doria, ça s'appelle le mektoub, le destin : ça veut dire que quoi que tu fasses, tu te feras couiller. Alors autant ne pas trop penser à l'avenir et profiter du présent avec ceux qui l'aiment ou font semblant. Sa mère d'abord femme de ménage dans un Formule 1 de Bagnolet et soleil dans sa vie. Son pote Hamoudi,
un grand de la cité qui l'a connue alors qu'elle était "haute comme une barrette de shit". Mme Burlaud, sa psychologue, qui met des porte-jarretelles et sent le Parapoux. Les assistantes sociales de la mairie qui défilent chez elle, toujours parfaitement manucurées. Nabil le nul, qui lui donne des cours particuliers et en profite pour lui voler son premier baiser. Ou encore Aziz, l'épicier du Sidi Mohamed Market avec qui Doria essaie en vain de caser sa mère... Kiffe kiffe demain est d'abord une voix, celle d'une enfant des quartiers, et surtout un roman plein de sèvre, d'humour et de vie.
11 personnes en parlent

Un premier roman qui a été assez bien relayé par les médias à l'époque, notamment parce que son auteur est une jeune fille originaire des "banlieues". C'est dans celles-ci que le roman se passe, qui voit évoluer une adolescente en proie à des difficultés familiales, qui raconte ses visites chez l'assistante sociale, sa vie au lycée... Pas du tout misérabiliste et loin des clichés de la banlieue dont les médias se font constamment le relais, ce court roman est très plaisant à lire, plein d'humour, de tendresse et finalement d'un regard assez critique sur la société. <p>Maltese</p>

Maltese
16/05/12
 

Doria est une ado née de parents marocains qui habitent dans une cité HLM dans le 9-3. Elle et sa mère vivent seules depuis le départ du père qui voulait un fils. Il a décidé de retourner s'installer au bled afin d’y trouver une épouse capable de lui donner un enfant mâle. Cette désertion du père les laisse dans une situation morale et financière critique mais qui va peut-être s'avérer libératrice. Chacune d'elles va devoir se prendre en mains, avec l'aide de différents professionnels, pour se créer un avenir meilleur. A travers son histoire Doria livre sans misérabilisme, une image de sa banlieue parisienne, Livry-Gargan, celle de toute une communauté multi-culturelle marquée par le manque de ressources et de considération. Écrites d’une plume alerte, dans une langue simple et familière dénuée de vulgarité ces deux cents pages entraînent le lecteur dans une histoire lisible sans effort. Faiza Guène, qui pourrait être la petite soeur d'Azouz Begag, pointe derrière l'humour piquant de Doria des problèmes sociaux qui sont toujours d'actualité dix ans après. Alors kif-kif demain ? Holly

un flyer
19/08/15

Une jeune adolescente, habitant dans une cité de Livry Gragan, en Seine-Saint-Denis, évoque son quotidien : sa vie seule avec sa mère, alors que son père est parti au pays se marier avec une "paysanne" pour enfin avoir un fils, ses rendez-vous réguliers avec la psychologue, tous les lundis, avec la enième assistante sociale de la mairie, avec les connaissances du quartier. Une vie compliquée, avec une mère qui travaille comme femme de ménage dans un Formule 1, qui est illéttrée et n'arrive pas à faire valoir ses droits. Les soucis de son cousin, petit trafiquant, et de son copain Hamoudi, fumeur de joints. Ses premières histoires amoureuses au collège, une orientation difficile ensuite.Un roman qui démarre assez cruement : des phrases assassines pour tout le monde (assistantes sociales, profs,...), un style très oral, avec beaucoup de vocabulaire "des banlieues". Puis petit à petit, les ennuis disparaissent : la collégienne vit enfin quelques moments qui donne un sens (même éphémère) à sa vie, la rage et la colère du départ se dissipent, avec une forme d'acceptation de la vie qu'elle mène. Et des éléments positifs viennent agrémenter le tout : sa mère réussit à s'en sortir, les voisins qui sont dans les pires difficultés voient leur horizon s'éclaircir, etc. Néanmoins, ce côté tout noir au départ puis beaucoup plus rose à l'arrivée m'a un peu gêné : ce n'est que je veuille laisser les gens de banlieue dans les pires difficultés en disant qu'ils ne peuvent pas s'en sortir, mais le fait que tout s'arrange au fur et à mesure pour tout le monde me paraît de trop.Toutefois, un livre qui se lit bien, assez rapidement, écrit par un(e) auteur(e) de 19 ans, qui je pense sera à suivre dans le futur.

Yohan59
14/11/12
 

Une année dans la vie d’une jeune fille de 15 ans, Doria.Quand elle s’ennuie, elle prend le métro, comme ça, pour se distraire. Elle fait toute une ligne, de terminus à terminus. Elle trouve que ce qui est relou avec tous les gens en « psy », chologues, chiatres, chanalystes et le reste, c’est qu’ils veulent que tu leur racontes toute ta vie et eux, ils te disent rien. Après ça, t’as plus envie de leur parler. C’est de l’arnaque. Mais quand l’assistante sociale de la mairie, par contre, ne se fait pas prier pour raconter sa vie, elle trouve que « c’est bon, elle a de la chance, on a compris, pas la peine d’en faire tout un cake. » Sa mère aime bien le copain qui lui file un coup de main pour les devoirs parce qu’ "elle croit que c’est un mec plein d’ambition. Il veut carrément participer au « Bigdil » et gagner la voiture."Le quotidien d’une jeune beurette très désargentée, seule avec sa mère dans une cité de banlieue, l’ironie en bandoulière et le sens de l’honneur comme ultime recours.C’est un premier roman très frais, très efficace et qui donne résolument le sourire. Je l’ai lu d’une traite et j’en redemande. http://cuneipage.wordpress.com

SagnesSy
28/10/15
 

Cela faisait un moment que je voulais lire ce livre. On a tellement entendu parler de l'auteur lors de la sortie de son premier ouvrage, il y a de ça maintenant 10 ans, que je voulais me faire ma propre idée.C'est l'histoire de Doria, 15 ans qui vit avec sa mère en banlieue. Faïza Guène nous dépeint tous les personnages qui gravitent autour de Doria, avec beaucoup d'humour et une pointe de réalisme. Aziz l'épicier aux ongles crasseux, Nabil le nul qui aide Doria à réviser ses leçons, Hammoudi le toxico au coeur tendre...Cette auteur a un don pour imaginer des personnages hors du commun et nous les décrire avec brio (on a presque l'impression de les avoir déjà croisés)On est clairement dans la "comédie sociale".C'est un livre qui se lit vite (en une soirée pour ma part), sans se "prendre la tête". On sourit, on compatit aussi à la vie presque miséreuse que vit Doria...Cependant, le parler des cités (expressions argotiques, gros mots et style très pauvre), ainsi que les clichés (condition de la femme dans les familles d'origine maghrébine, le côté "tous les gens de banlieue ont une dent contre la France) m'ont un peu lassée.J'attends de voir ce que ça donnera dans ses prochains romans, notamment le dernier paru cette année et dans lequel elle aura sûrement trouvé le style littéraire et la maturité nécessaires pour nous offrir un Roman avec un grand R.

Meinou
24/12/14
 

C'est l'histoire d'une fille de 15 ans qui vit seule avec sa mère depuis que son père les a laissé pour refaire sa vie avec une autre femme. Je trouve e début légèrement dépriment mais a par sa j'ai KIFFER ce livre. ^^yukita shojira^^

sabaangedelamort
14/11/13
 

Doria vit en banlieue parisienne, elle nous décrit son quotidien, le lycée, sa mère qu'elle adore, ses copains, les amoureux. La même vie que tous les autres ados.Des personnages hauts en couleurs, plus vrais que nature et très attachants.C'est frais, drôle et émouvant !

saomalgar
04/09/13
 

Enfin un roman qui sort de l'ordinaire ; le résumé nous promet une histoire pleine d'humour et de réalité, et cette promesse est bel et bien tenue. À travers ce livre vraiment très court - peut-être même trop court - on découvre l'univers de Doria, une jeune femme de la cité. Les phrases sont cinglantes, d'une justesse irréprochable. Malgré son language argotique et sa fâcheuse tendance à utiliser le nom des marques plutôt que celui de l'objet en lui-même - ce qui peut parfois devenir lourd - le personnage reste attachant et sympathique. Nous sommes faces à un de ces romans dont l'histoire ne compte pas, mais qui se laisse apprécier par sa fraicheur et son style si différent des autres.

Livre4Ever
23/04/12

Coup de coeur Faïza Guène nous offre dans son premier roman une vision sans détour du monde dans lequel elle vit, il est à la fois triste et drôle.Au fur et à mesure de votre lecture, vous allez découvrir son courage dans les épreuves qu’elle traverse avec une certaine pugnacité !Un style léger et simple, plein d'énergie et de drôlerie !A partir de 13 ans.

Je suis dans ma période « mini-livres », histoire de faire baisser, du moins en apparence ma PAL, puisqu’en l’état actuel, tout n’entrera jamais dans ma valise le mois prochain…Du coup, sitôt reçu grâce à la charmante Liyah, sitôt lu !J’avais repéré ce livre, il y a déjà plusieurs années sur une table chez mon libraire, sans jamais me décider à l’acheter, de peur de me retrouver face à une caricature grotesque. Au final, j’ai passé un super moment avec ce petit livre plein de fraicheur !Doria vit seule avec sa mère dans une cité de Livry-Gargan et au fil des pages elle nous fait découvrir son univers. A la manière d’un journal intime, elle nous livre ses émotions, ses réflexions sur tout ce qui se passe autour d’elle, et si la situation est loin d’être toujours facile, elle ne s’apitoie jamais sur son sort. On la voit bien sûr parfois triste ou en colère, mais elle ne s’enferme jamais dans ces sentiments et quelques pages plus loin on découvre une jeune fille gaie, qui a envie d’avancer, qui mûrit au fil des pages.Alors bien sûr, le style est parfois répétitif et la fin un peu guimauve, mais l’ensemble fonctionne bien ; on se laisse sans effort entrainer par l’énergie de cette jeune fille et on referme le livre, le sourire aux lèvres.On découvre, grâce à la gouaille de la narratrice, une vie en cité, bien loin des clichés délivrés par les médias. On sent que malgré tout, elle l’aime bien, sa tour. Elle pose par la même pas mal de questions et soulève tout un tas de préjugés courants.Du côté du style, l’auteure réussit à manier une langue très orale et « jeune », sans jamais tomber dans la vulgarité, nous faisant sans cesse passer du rire franc à la pointe d’émotion.Bref, un roman « sur le fil » à chaque instant, et qui malgré ses imperfections, est un petit bijou selon moi. Je l’ai lu pratiquement d’une traite.

un flyer
13/05/11

Avec Kiffe kiffe demain, la banlieue entre en littérature. L'auteur et son livre ont été largement médiatisés, mettant à l'honneur une nouvelle façon d'écrire. Et il est vrai que l'ouvrage n'a pas fait que des heureux : la langue y est pour beaucoup déconcertante. A vrai dire, bien davantage pour les adultes que pour les ados. Et puisqu'il s'agit de leur proposer des livres qui leur plaisent, alors Kiffe kiffe demain semble tout à fait indiqué. L'héroïne se démène entre les obligations du quotidien et ses aspirations d'adolescente, sa naïveté et une certaine maturité parfois étonnante. Un livre dérangeant pour certains, criant de vérité pour d'autres.

cc59
22/10/09

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.11 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition