L'affaire saint-fiacre

SIMENON, GEORGES

livre l'affaire saint-fiacre
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 03/01/03
LES NOTES :

à partir de
5,60 €

SYNOPSIS :

L'Affaire Saint-Fiacre Un grattement timide à la porte ; le bruit d'un objet posé sur le plancher ; une voix furtive: « Il est cinq heures et demie ! Le premier coup de la messe vient de sonner. » Maigret fit grincer le sommier du lit en se soulevant sur les coudes et tandis qu'il regardait avec étonnement la lucarne percée dans le toit en pente, la voix reprit : « Est-ce que vous communiez ? » Maintenant, le commissaire Maigret
était debout, les pieds nus sur le plancher glacial. lI marcha vers la porte qui fermait à I'aide d'une ficelle enroulée à deux clous. lI y eut des pas qui fuyaient, et, quand il fut dans le couloir, il eut juste le temps d'apercevoir une silhouette de femme en camisole et en jupon blanc. Alors il ramassa le broc d'eau chaude que Marie Tatin lui avait apporté, ferma sa porte, chercha un bout de miroir devant lequel se raser.
3 personnes en parlent

Maigret reçoit une lettre anonyme lui annonçant q'un meurtre sera prochainement commis dans l'église de Saint-Fiacre, village dans lequel il a grandi.Ce roman est l'occasion d'une plongée dans le passé de Maigret, véritable pélerinage pour le commissaire qui va retrouver les lieux de son enfance et tous les souvenirs qui y sont liés. C'est un monde bien différent de celui qu'il a connu qui va alors apparaître à ses yeux, notamment au château des de Saint-Fiacre où son père était régisseur.Un des Maigret les plus connus dans un enquête où une fois encore l'âme humaine est bien écorchée par Simenon qui en peint les travers. Personne n'est épargné.Le roman a plusieurs fois été adpaté, notamment au cinéma en 1959 par Jean Delannoy avec un Jean Gabin convaincant dans le rôle de Maigret. Maltese

Maltese
04/03/09
 

Je crois que c'est le premier roman policier que je lis où le personnage, Maigret (qui est un commissaire de police) ne sert absolument à rien dans l'enquête! Mais vraiment, en le lisant je n'arrêtai pas de me demander : mais à quoi sert-il?! Et puis ce meurtre, il a beau être ingénieux, il est pitoyable! Et ce qui m'a énervé encore plus c'est que les personnages ne terminent jamais leur phrases! Et des points de suspension par ci, et de suspension par là! En bref, c'était vraiment énervant! Sur ce je vous aime tous et à bientôt! Mad Hatter

Kimchi
24/03/14
 

Le commissaire Maigret, averti par un courrier anonyme, apprend qu’un crime sera commis dans la ville où il a grandi. Il décide donc, de manière officieuse, de se rendre dans le village qu’il a connu enfant pour tirer au clair le contenu de cette lettre. Il retrouve des habitudes qu’il avait perdues, des personnes qu’il avait oubliées, comme Marie l’aubergiste. Et il décide de se rendre à l’église pour assister à la première messe de la journée. C’est à ce moment-là que le crime est commis : on retrouve à la sortie de l’office le corps sans vie de la comtesse de Saint-Fiacre. Le comble, pour Maigret, est qu’il connaît très bien la comtesse et son entourage, car son père était l’ancien régisseur du domaine. Maigret se trouve donc plongé dans une enquête sur un crime sans arme, et dans une ambiance où il doit distinguer l’affectif du professionnel…Ce qui est notable dans cet ouvrage, c’est l’ambiance que réussit à mettre en place Simenon : on sent l’humidité qui prend les personnages dès qu’ils passent le pas de la porte, le froid de la chambre de l’auberge où loge Maigret. Il y a une atmosphère très provinciale (l’action se situe dans l’Allier), où on sent l’humus et les chaussures crottées. L’autre point positif de cet ouvrage est la confrontation entre Maigret et son passé. Il retrouve des souvenirs qu’il avait perdus, il évoque son père, les connaissances de son enfance. On le suit se débattre à essayer de trouver le coupable en oubliant ce qu’il sait a priori des protagonistes de l’affaire. Et il ne traite pas de la même manière ceux qu’il connaît, et les nouveaux arrivés au château, comme le nouveau régisseur ou le secrétaire et amant de la comtesse.Enfin, l’intrigue est digne d’un bon Hercule Poirot. La scène finale évoque la fin des romans d’Agatha Christie, où Poirot rassemble tous les protagonistes pour démonter un à un les mensonges de chacun et finalement accuser le coupable. Sauf qu’ici, Maigret est en position d’un spectateur lambda, puisqu’il ne mène pas le jeu et la valse de accusations. Le lecteur est à la place du commissaire réputé infaillible, qui se laisser guider par le meneur (je ne dirai pas qui c’est, cela enlèverait une partie du suspense !). Cette scène finale dans une salle obscure du château est emplie de mystères, de tension que Simenon transcrit de manière très juste. C’est un aspect de l’écriture de Simenon difficile à imaginer, quand on a en tête la série télévisée avec Bruno Crémer, qui est très souvent placide et froid (mais qui donne, pour le seul épisode que j’ai vu, un plaisant divertissement).

Yohan59
27/01/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition