L'age des dragons t.1 ; bitterwood

MAXEY, JAMES

livre l'age des dragons t.1 ; bitterwood
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 11/10/12
LES NOTES :

à partir de
9,30 €

SYNOPSIS :

L'âge des dragons a sonné le glas de l'humanité. Depuis des décennies, les hommes ne sont plus que des esclaves à la merci d'un système féodal cruel. Bant Bitterwood a consacré sa vie à chasser et tuer les dragons afin de venger sa famille.
Lorsqu'il assassine le fils préféré du roi Albekizan, ce dernier décide d'éradiquer purement et simplement la race humaine... Bitterwood, capturé et emprisonné, met tout en oeuvre pour soulever la rébellion. La lutte s'annonce sanglante.
1 personne en parle

Une histoire originale et intéressante, un style d'écriture plaisant et une fin grandiose.Un point cependant me perturbe un peu, c'est le fait que l'auteur a tendance à trop humaniser les dragons. Il parle d'eux comme s'ils étaient des êtres humains.Bien que l'histoire soit intéressante, je n'ai pas apprécié les personnages humains auxquels j'ai largement préférés les dragons. Enfin deux pour être précise : Vendevorex et Shandrazel.Bitterwood, le "héros" est un personnage égoïste et pathétique. Loin de ressembler aux héros que l'on connais, les descriptions qui en sont faites le font davantage passer pour un pouilleux qu'autre chose.Jandra, est une des seuls personnages humains que j'apprécie, bien que son comportement a souvent eu tendance à m'énerver. Bien que forte et courageuse, elle est aussi puérile, et ses mesquineries envers Vendevorex le sont tout autant.Vendevorex, dragon et sorcier du roi, il est aussi le père adoptif de Jandra. C'est le personnage qui m'a le plus plu. Loin de haïr les humains comme la plupart des dragons, il fait au contraire tout ce qu'il peut pour les sauver de la folie du roi Albekizan.J'aime aussi beaucoup Shandrazel, le fils ainé du roi, bien qu'il ne soit pas très présent.Le fait que l'auteur fasse mention de la cité d'Atlantis et de ses super habitants super puissants me semblait un peu tiré par les cheveux au début, mais son raisonnement tiens la route, ce qui rend la présence de cette cité mythique assez crédible.Chose à noter également que j'ai trouvé assez déstabilisant, c'est la faculté des personnages à passer de l'amour à la haine pure en l'espace d'un claquement de doigts. Dans ce livre, tout est ou tout blanc ou tout noir, mais il n'y a pas de juste milieu. Les dragons sont tous riches à outrance tandis que les humains ne sont que des paysans, des crève la faim.Bref, malgré une critique peu élogieuse, Bitterwood reste un livre divertissant que je conseille de lire, ne serait-ce que pour l'histoire en elle-même.

SlyStark
25/04/12
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.28 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : CLEMENTINE CURIE