L'aleph

BORGES J L

livre l'aleph
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 25/11/77
LES NOTES :

à partir de
9,00 €

SYNOPSIS :

« L'Aleph restera, je crois, comme le recueil de la maturité de Borges conteur. Ses récits précédents, le plus souvent, n'ont ni intrigue ni personnages. Ce sont des exposés quasi axiomatiques d'une situation abstraite qui, poussée à l'extrême en tout sens concevable, se révèle vertigineuse. Les nouvelles de L'Aleph sont moins roides, plus concrètes. Certaines touchent au roman policier, sans d'ailleurs en être plus humaines. Toutes comportent l'élément de symétrie fondamentale, où j'aperçois pour ma part le ressort
ultime de l'art de Borges. Ainsi, dans L'Immortel : s'il existe quelque part une source dont l'eau procure l'immortalité, il en est nécessairement ailleurs une autre qui la reprend. Et ainsi de suite... Borges : inventeur du conte métaphysique. Je retournerai volontiers en sa faveur la définition qu'il a proposée de la théologie : une variété de la littérature fantastique. Ses contes, qui sont aussi des démonstrations, constituent aussi bien une problématique anxieuse des impasses de la théologie. » Roger Caillois.
2 personnes en parlent

Voici l'autre grand recueil de nouvelles de Borges (il s'agit de mon seul et humble avis) avec "Fictions" et dont Roger Caillois donne un aperçu très juste (pourrai-je prétendre le contraire !) dans le résumé si dessus (extrait de la préface).Dans ce livre, Borges nous entraîne à 17 reprises dans un vertige littéraire incroyable. La figure du labyrinthe est de nouveau évoquée et l'auteur s'interroge sur le temps et l'histoire ("L'immortel"), sur la folie... et brouille à merveille espace et temps.Borges était en matière de littérature un érudit surprenant et de nombreuses histoires convoquent le livre, l'écrit, la figure de l'écrivain... et déclenchent comme des ouvertures vers d'autres dimensions.Et puis, il y a "L'aleph", première lettre de l'alphabet hébraïque, qui désigne également le 1, ce point de convergence qui permet de saisir l'ensemble de l'univers et là on bascule presque dans la folie...Un livre qui exerce une fascination surprenante. Maltese

Maltese
24/09/09
 

Jorge Luis Borges, selon l'état civil Jorge Francisco Isidoro Luis Borges Acevedonote, né à Buenos Aires en 1899 et mort à Genève en 1986, est un écrivain argentin de prose et de poésie. Ses travaux dans les champs de l'essai et de la nouvelle sont considérés comme des classiques de la littérature du XXe siècle.L'Aleph est un recueil de dix-sept nouvelles éditées séparément entre 1947 et 1952 dans différents périodiques de Buenos Aires. L’édition française date de 1967.Disons le tout de suite, la lecture de ces textes n’est pas toujours aisée. L’érudit Borges ne nous épargne pas les références historiques pointues, du gréco-latin au médiéval oriental où lieux et personnages m’étaient étrangers dans leur majorité. Les thèmes abordés, profonds et intimidants, sont chers à l’écrivain argentin, la métaphysique c'est-à-dire l'immortalité de l'âme, l'existence de Dieu, les raisons de l'existence du Mal ou le sens de la vie. Mais aussi les labyrinthes, leitmotivs qui apparaissent ou sont cités dans au moins sept de ces nouvelles, ainsi que la notion d'infini. Les textes sont courts et relèvent souvent du fantastique, mais si les sujets sont ardus, la langue est agréable à lire. Je ne vois que trois types de lecteurs pour ce genre d’ouvrage, ceux qui abandonnent après quelques pages, ceux qui sont assez cultivés pour en apprécier toutes les subtilités et enfin, ceux qui comme moi, courbent l’échine quand les références leur échappent mais acceptent de se laisser emporter avec volupté par ces écrits qui donnent le sentiment d’être intelligent le temps d’ingurgiter ces finalement courtes deux cents pages. Et puis toutes les nouvelles ne sont pas complexes à déchiffrer, n’exagérons pas non plus. Je sais la place de Borges dans la littérature mondiale, je ne la conteste pas bien évidemment car j’y vois bien la trace d’un grand écrivain, mais ce recueil ne me laisse pas pour autant un souvenir impérissable car trop complexe pour moi, ayons le courage de le reconnaitre ; avis mitigé donc.

LeBouquineur
13/04/14
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.21 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition