L'ame du chasseur

MEYER, DEON

EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 01/01/06
LES NOTES :

à partir de
7,90 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Tiny Mpayipheli, soit « P'tit » Mpayipheli, est un géant de près de deux mètres. Ancien militant anti-apartheid, il a été entraîné par les services de l'espionnage russe à l'époque de la guerre froide et s'est retrouvé sans emploi lorsque l'Afrique du Sud a changé de régime. Après avoir fait des petits boulots dans divers secteurs, - dont certains peu recommandables -, il a enfin trouvé un emploi stable (et respectable) chez un mécanicien de moto et mène une vie tranquille avec la femme qu'il aime et le fils qu'elle a eu d'une première union. Jusqu'au jour où la fille d'un vieil ami le retrouve et, désespérée, lui demande son aide. Son père a été kidnappé et ses ravisseurs menacent de l'assassiner si la rançon qu'ils exigent n'est pas
livrée âtemps. Que faire ? Renoncer à cette vie paisible qu'il s'est bâtie après tous ses déboires ou risquer de tout perdre en se portant au secours d'un ancien camarade oe P'tit Mpayipheli n'hésite guère et découvre que le kidnapping n'est que la partie émergée d'un iceberg qui va le replonger dans le monde obscur et inquiétant de l'espionnage. Traqué par toutes les polices (officielles et officieuses d'une Afrique du Sud en proie à de grands bouleversements) et par des services secrets qui n'ont rien oublié de leurs vendettas, il devra fuir à travers tout le pays sur une moto qu'il a dérobée. Mais surtout, il devra lutter contre la brutale remontée de l'être sans âme qu'il était jadis lorsque tout était question de vie et de mort.
5 personnes en parlent

L'âme du chasseur est pour le coup un très bon polar, efficace et rythmé. On suit une équipe des services secrets sud-africains, à la recherche d'un homme possédant des données ultra sensibles. L'homme en question, on le découvre rapidement, n'est pas un enfant de coeur, mais on ne peut que se prendre d'empathie pour lui. Traque d'un homme à travers l'Afrique du Sud et le Botswana, ce roman est aussi un roman d'espionnage. On y découvre les coulisses des services secrets, des mouvements indépendantistes qui ont agité la région pendant l'apartheid et des alliances internationales qui se passent en coulisses...Ceci dit, que "roman d'espionnage" n'effraie pas ceux qui, comme moi, y sont un peu allergiques (ma dernière expérience de lecture d'un pur roman d'espionnage, à savoir La taupe, m'ayant traumatisée laissé l'impression d'être complètement abrutie), car L'âme du chasseur est vraiment un roman passionnant que j'ai eu beaucoup de mal à lâcher dès lors que je l'avais commencé. On y découvre l'Afrique du Sud et ses plaies pas encore cicatrisées, ses hommes et ses femmes qui se définissent par leur ethnie, leur histoire, mais aussi leur richesse culturelle. Miss Alfie

MissAlfie
08/04/14
 

Thobela " P'tit " Mpayipheli fut longtemps tueur à gages pour la Lutte puis les Soviétiques et la RDA, puis homme de main d'un dealer, avant de se ranger et de vivre une vie tranquille avec Myriam et le fils de celle-ci. Mais un jour son passé le rattrape: un homme de son passé, retenu otage, a besoin de son aide, coûte que coûte. S'ensuit alors une course poursuite effrénée (soi-disant) dans les grandes étendues sud-africaines, car le gouvernement ne laissera pas partir Thobela et son chargement (un cd-rom plein d'info qu'il doit remettre contre la libération de son ami).Prometteuse quatrième de couverture. Las, le suspense ne fut pas au rendez-vous, ni la tension. En tout cas, pas pour moi. Des personnages à la psychologie très sommaire, aucun ne m'a vraiment plu, ou suscité un quelconque intérêt. La toile de fond - une Afrique du Sud en proie à la misère et à la corruption - n'est qu'une lointaine image, assez mal exploitée de mon point de vue.Si c'est un thriller, je suppose qu'il doit falloir le lire à côté d'un freezer ouvert et en marche pour ressentir ledit frisson...

Choupchoup
09/04/13
 

Dans sa jeunesse, Thobela Mpayiphéli s'est engagé dans la Lutte au sein des MK, la branche armée de l'ANC. Formé en Allemagne de l'est par la STASI, il a ensuite été loué comme tireur d'élite par le KGB. Revenu en Afrique du Sud en 1994 mais abandonné par le nouveau gouvernement, il travaille quelques temps pour un dealer, jusqu'à ce qu'il tombe amoureux de Myriam Nzululwazi : il décide alors de tirer un trait sur son ancienne vie, trouve un emploi modeste mais honnête et mène une vie tranquille avec Myriam et son fils. Jusqu'au jour où, un ancien ami envers qui il a une dette fait appel à lui par l'intermédiaire de sa fille. Johnny Kleintjes a été kidnappé et pour le sauver, Thobela doit livrer un disque dur contenant des informations secrètes à Lusaka, en Zambie. Il reprend donc du service sans hésitation, traverse le pays sur une énorme moto, les services secrets à ses trousses, des hommes que rien n'arrêtent et qui, suite à quelques "incidents" et humiliations font de cette course poursuite une affaire personnelle. Les enjeux pour les services secrets et notamment pour sa directrice adjointe dépassent nettement ce que Thobela peut imaginer. Le récit est haletant, il nous balade sans arrêt d'un endroit à l'autre, nous sommes sur la route avec le fugitif, au centre de renseignement, puis en compagnie d'une journaliste qui couvre l'affaire etc, et cette alternance très rapide des lieux de l'action donne un rythme effréné à l'histoire. Le regard posé sur l'Afrique du sud est désenchanté, inquiet, le poids du passé pèse lourd sur la difficile construction de l'Etat arc-en-ciel, en témoignent les nombreux points qui restent en suspens à la fin du roman, et si des civils innocents paient de leur vie, les traîtres eux ne seront pas inquiétés. Une question traverse le texte : peut-on changer radicalement de vie ? Pouvons-nous être ce que nous voulons être ? Quoi qu'il en soit, on vibre sur 400 pages auprès de Thobéla Mpayiphéli et malgré son passé douteux, on lui souhaite de passer à travers les mailles du filet. Au plaisir de l'intrigue s'ajoute le sentiment d'en connaître davantage sur un pays, ses hommes, sa politique, même si c'est assez complexe : j'aime ce genre de romans !

fabula
13/08/12
 

Ce thriller de Deon Meyer, premier ouvrage de l'auteur que je lis, est double : il offre une vision de l'Afrique du Sud intéressante, évoquant les différents peuples, les héritages historiques et une description des paysages et des modes de vie. C'est aussi un thriller qui peut se résumer par une course poursuite, dans laquelle se mèlent des acteurs très différents : l'armée, des civils, différents groupuscules... Le premier pan du roman est très réussi et on arrive à rentrer dans l'histoire de ce pays et à l'aimer grâce aux personnages à la psychologie profonde, marquée par l'histoire du pays. Autant pour le thriller en lui-même, il y a quelques longueurs et le lecteur peut parfois perdre le fil de l'intrigue.

caroline591
21/05/12
 

Après Treize Heures, L'âme du chasseur est le second livre que je lit de Deon Meyer, si le premier m'avait beaucoup plu, celui tiendrai plus de la déception. Une intrigue somme toute assez simple qui tient principalement sur la poursuite du gros ''malabar à moto'', elle se complique lorsque entre en jeux les relations internationales, les intrigues politiques, les différents groupuscules plus ou moins officiel. Elle se complique à tel point que je me suis souvent sentit à côté de la plaque, j'avais l'impression de manquer de certaines clés notamment sur l'Histoire récente de l'Afrique du Sud. Il me fut difficile de me projeter pendant plus de 500 pages dans cette intrigue, régulièrement j'ai trouvé que l'histoire trainé un peu longueur. Et pourtant il y a des passages plutôt réussi, la course poursuite en moto et les flash-back de Ptit. Il ne faut rien exagéré j'ai tout de même passé un assez bon moment.

Lacazavent
02/08/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.24 kg
  • Langage original : ANGLAIS (AFRIQUE DU SUD)
  • Traducteur : ESTELLE ROUDET