L'amerique

DIDION-J

livre l'amerique
EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 08/04/09
LES NOTES :

à partir de
19,30 €

SYNOPSIS :

« je me fais l'effet d'une somnambule, sensible uniquement à l'étoffe dont sont faits les mauvais rêves, aux fous, aux rôdeurs tapis dans l'ombre, aux enfants perdus, à toutes les armées de l'ignorance qui s'agitent dans la nuit. je ne suis pas un microcosme de la société. je suis une femme de 34 ans qui a de longs cheveux raides, un vieux bikini et une crise de nerfs, assise sur une île au milieu du pacifique à attendre une lame de fond qui ne vient pas. » - joan didion, 1969 redécouverte en 2007 grâce à l'année de la pensée magique, joan didion fut d'abord et avant tout l'une des plus fines chroniqueuses de l'amérique désaxée des années 60 et 70. les onze
textes ici réunis (restés à ce jour inédits en france et parés d'une aura quasi mythique aux etats-unis) nous entraînent dans une plongée en immersion au coeur du quartier hippie de san francisco en 1967 ; à la rencontre de john wayne, des doors ou des black panthers ; dans les collines de los angeles terrorisées par la « famille » manson ; à new york en proie à l'hystérie collective au lendemain d'un meurtre à central park ; sur la plage hawaïenne de tant qu'il y aura des hommes ; ou encore dans les méandres des fêlures mentales de joan didion elle-même, qui par la force ensorcelante de son écriture ne cesse de surprendre, de déranger, et d'émouvoir.
1 personne en parle

Les onze chroniques de Joan Didion, écrites entre 1965 et 1990, et rassemblées par Grasset dans ce recueil paru en 2009 nous plongent au cœur des mythes américains, avec une coloration très particulière, un peu déroutante : ce qui frappe d’emblée dans ce livre est l’insatiable curiosité de Joan Didion, sa facilité à mêler ses observations journalistiques et ses propres fêlures, sa grande acuité qui lui permet de transformer des trajectoires individuelles en paraboles de l’Amérique, ainsi que sa farouche indépendance de vues. Très loin des idées reçues et des utopies, Joan Didion raconte l’Amérique. Elle rencontre les Doors, et Janis Joplin, dîne avec John Wayne, interviewe des mineurs fugueurs constamment sous acide, explore insatiablement les trajectoires des habitants de Haight Ashbury à la fin des années 1960, décortique des faits divers et ce qu’ils révèlent sur cette Amérique, et en particulier sur la ville de New-York et sur sa Californie natale.«La Californie est un endroit où se conjuguent, en un point d’inconfortable suspension, la mentalité du boom et un sens de la perte tchékhovien ; où l’esprit est troublé par un soupçon profondément enfoui mais inextinguible : qu’il faudrait mieux que ça marche ici, parce qu’ici, sous cet immense ciel délavé, c’est l’endroit ou nous arrivons soudain à court de continent.»Elle nous montre des vies en effritement, sans direction claire, au cœur d’un pays qui semble lui-même constamment hésiter entre ordre et chaos. Beaucoup plus que des chroniques, une mythologie authentique des États-Unis.«C’était un pays de dépôts de bilan et d’annonces de ventes aux enchères publiques et d’histoires quotidiennes de meurtres gratuits et d’enfants égarés et de maisons abandonnées et de vandales qui ne savaient même pas orthographier les mots orduriers qu’ils griffonnaient sur les murs. C’était un pays où il était courant de voir des familles se volatiliser, laissant dans leur sillage des chèques en bois et des papiers de procédure de saisie. Des adolescents erraient d’une ville déchirée à l’autre, renonçant au passé comme au futur tels des serpents se défaisant de leur peau pendant la mue ; enfants à qui l’on n’avait pas appris et qui n’apprendraient désormais jamais les jeux assurant la cohésion de la société. Des gens étaient portés disparus. Des parents étaient portés disparus. Ceux qui restaient lançaient des avis de recherche sans conviction, puis passaient à autre chose.Ce n’était pas un pays en pleine révolution. Ce n’était pas un pays assiégé par l’ennemi. C’étaient les Etats-Unis d’Amérique, en ces froids derniers jours du printemps 1967»

MarianneL
30/07/13
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.35 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie