L'ami retrouve

UHLMAN, FRED

livre l'ami retrouve
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 03/04/78
LES NOTES :

à partir de
12,90 €

SYNOPSIS :

Stuttgart, 1932. Hans Schwarz, fils d'un médecin juif, rencontre Conrad von Hohenfels, issu d'une famille aristocratique au passé prestigieux. Tout les sépare : pourtant une amitié naît, exceptionnelle,
exigeante. Mais déjà, avec la montée du nazisme, grondent des rumeurs de haine. Hans, exilé aux États-Unis, s'efforcera d'oublier son passé. Un passé qui se rappellera à lui un jour...
15 personnes en parlent

Une petite découverte avec ce titre, grâce au challenge ABC 2015, le résumé m'avait intrigué et il en ressort une petite déception. Je m'attendais à quelque chose de plus fort, même que l'oeuvre soit jeunesse, il existe un problème de rythme et d'émotion. C'est dommage parce que le récit paraissait bouleversant, venant d'une période comme celle de la Seconde Guerre Mondiale.Commençons déjà par le point positif, l'écriture et l'aspect proche de la réalité historique. L'auteur a inventé les faits, cependant, il a vécu cette époque, cette guerre, beaucoup de points entre sa biographie et des faits du roman s'avèrent concordant. Comme la relation de ses parents avec la religion judaïque, comme leur foi en l'Allemagne ou la fuite vers un autre pays lorsque Hitler arrive au pouvoir. L'écriture nous permet donc d'être au plus près des personnages, de la montée du nazisme, même si l'on reste sur des données survolées. Le style est très fluide, agréable à lire, sympathique, avec une bonne justesse dans l'utilisation des mots, dans le cadre de vie.Après, le roman est beaucoup trop court. Le personnage principal juif et son ami allemand sont sympas, mais sans plus ; leur amitié – pourtant le point fort du roman – n'a pas de force, pas de relief. Il m'a manqué du souffle, de l'émotion, je n'avais pas tellement l'impression que ces deux là étaient amis. D'une part parce que le personnage principal est un peu pédant par moment et parce que Conrad n'est pas très loquace concernant son ami d'autre part. Il y a de bons moment de partage, mais ils étaient trop rapides à mon goût.Quand ils se séparent, ça ne m'a fait ni chaud, ni froid, un léger pincement, c'est toujours triste de lire ce genre de récit, ça parle de séparation, de changement de pays, d'abandonner son pays et sa famille, ses proches. J'ai été plus touché par le comportement des autres allemands à l'égard de Hans, leur attitude calquée sur celles des adultes et sur la haine. Encore une fois, c'est très rapide, trop pour marquer émotionnellement. En s'exilant, Hans se force à oublier le passé et j'ai adoré lire cette partie, elle montre à quel point les événements de ces années ont marqué à vie ceux qui l'ont vécus.La fin est particulièrement terrible, quand il apprend la vérité. Et ce sont peut-être ces derniers mots qui m'ont le plus enchanté. On parle de Hans et de Conrad, nous avons eu le récit de Hans, il aurait été très intéressant de montrer le point de vue de Conrad sur ce récit, le fait que sa mère idolâtre Hitler, alors que son père semble plus réservé. Le départ de son ami, ce qu'il a fait ensuite pour parvenir à ce destin horrible. C'était sans doute le point le plus intéressant du récit et c'est dommage que ça soit passé sous silence ou que Hans ne cherche pas à en savoir davantage.Comme je l'ai dit plus haut, les deux protagonistes principaux ne sont pas assez attachants, le roman aurait été un poil plus long qu'il aurait permis d'être touché par leur amitié. A la place, j'ai trouvé Hans très prétentieux et agaçant, a voir à tout prix se faire remarquer de Conrad, à faire son malin en classe, j'ai eu dû mal à le supporter. Quant à Conrad, il m'intéressait davantage, il paraît effacé, si calme et si peu enclin à trahir son ami ou ses parents. J'ai donc énormément d'interrogations sur ce personnage curieux je dois dire, je ne m'attendais pas à une telle prise de position.En somme, c'est un court roman idéal pour les plus jeunes, à partir de 10-11 ans, afin de les familiariser en douceur avec cette période très lourde et triste que représente Hitler et le nazisme. Les idéaux sont bien traités de manière fluide et simple grâce à l'amitié entre Hans et Conrad, elle se construit jour après jour, avant de se détruire par l'exil de Hans aux USA. Les dernières pages se révéleront plus passionnantes que le début, en cause, le caractère du personnage principal. L'histoire se lit assez vite, c'est agréable à lire, il manque de rythme et d'émotions, mais il demeure une sympathique découverte. Il n'y a pas d'âge pour apprécier les belles histoires...

Ewylyn
10/10/15
 

Lu pour le lycée il y a quelques années, je garde un poignant souvenir de ce livre. Il m'avait énormément marqué à l'époque. Je l'avais dévoré d'une traite. Ces deux êtres que le nazisme oppose sont amis et c'est l'un des plus beaux pied de nez qu'ils pouvaient faire !

Emma7
30/09/15
 

Stuttgart 1933.Hans, 16 ans, est élève dans un lycée très côté, fréquenté par des enfants issus de milieux aisés. Lui-même est fils de médecin, d’origine Juive.Enfant solitaire jusqu’à l’arrivée de Conrad, Hans, impressionné par l’élégance et le charisme du jeune homme fera tout pour attirer son attention et devenir son ami.Avec des mots simples Fred Uhlman signe un magnifique roman d’amitié sur fond de montée du nazisme.Un récit court, émouvant qui m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière phrase.122 pages pour sublimer l’un des plus précieux cadeaux de la vie : avoir un ami.

isabelleisapure
21/12/14
 

Hans et Conrad, deux ados. L’un, fils de médecin; l’autre, fils d’un comte ambassadeur. L’un, juif allemand; l’autre, protestant allemand. Le père de l’un, dévoué à son pays au point d’avoir été décoré de la Croix de guerre et partisan d’une Allemagne où les Juifs s’intègrent et enrichissent la culture allemande; la mère de l’autre, descendante d’une famille royale antisémite et partisane d’Hitler. Vous l’aurez compris, TOUT oppose Hans et Conrad…et pourtant, ils sont des amis inséparables. Une amitié très forte se noue entre eux. Hans, pour qui la vie était terne et sans véritable intérêt, renaît le jour où Conrad entre dans sa vie: c’est un électrochoc. L’un comme l’autre ont enfin trouvé quelqu’un avec qui partager leur passion des voyages, de la littérature et des pièces de monnaie. La vie aurait donc pu se dérouler comme un long fleuve tranquille …si un vent de nazisme n’avait pas soufflé sur le Karl Alexander Gymnasium. L’arrivée au pouvoir d’Hitler bouleverse -au point de la rompre- la solide amitié entre les deux garçons : être ami avec un juif devient un fardeau pour Conrad; pour Hans, être juif fait de lui l’ennemi public n°1. Mais cette rupture qui aurait pu être éternelle ne le sera pas. Découvrez comment et pourquoi en lisant ce récit de vie. Comprenez mieux comment la grande Histoire peut entrer en collision avec la petite histoire et laisser sur elle des cicatrices toujours à vif.Fred Ulhman dans son livre l’Ami retrouvé donne au récit l’apparence de la vérité et c’est là que réside sa force. C’est en nourrissant la fiction par le réel que la portée de ce livre prend toute son efficacité. Lire des cartes, énumérer des chiffres; oui…mais plonger dans la tête et le cœur de deux ados, voilà la meilleure façon de ressentir ce qu’ont pu vivre des enfants, des hommes et des femmes en d’autres temps et d’autres lieux.

Naurile
13/12/14
 

Ils n’ont que seize ans, en 1932, lorsqu’ils se rencontrent. Conrad Von Hohenfels est le descendant d’une illustre famille de Stuttgart, quant à Hans Schwarz, adolescent brillant mais solitaire, il est le fils d’un médecin juif. Très vite, après l’arrivée de Conrad dans le prestigieux lycée Karl Alexander Gymnasium, les deux garçons devinent qu’ils sont faits l’un pour l’autre, qu’ils ont enfin trouvé leur égal. Dès lors, une amitié exclusive et indéfectible, faite de longues promenades et de discussions sans fin, s’installent entre eux. Mais déjà, l’Histoire est en marche et les échos d’un changement radical, dont on dit qu’il bouleversera le pays entier, se font entendre… Que reste-t-il de l’amitié de deux adolescents au moment où tout bascule ?Comment ne pas être touché par ce texte, très court, a priori simple, mais extrêmement fort, qui nous plonge dans les affres d’une amitié sincère, passionnée, et néanmoins déchirée par les turpitudes de l’Histoire… Derrière ce récit poignant se cachent l’amour et la nostalgie d’un auteur exilé pour son pays, la volonté d’en restituer la beauté car non, malgré une période sombre qui marquera durablement les esprits, l’Allemagne ne se résume pas à Hitler et au fascisme. C’est avant tout un pays d’une grande beauté, riche de son histoire et propice à l’épanouissement des arts et de la culture. L’amour qui unit les deux enfants va au-delà des frontières de la religion et de la classe sociale. Fred Ulhman nous offre une vision romantique et passionnée de l’amitié, faite d’admiration, de partage et de respect et laisse apparaître une lueur d’espoir malgré la tragédie qui est en train de se jouer… Un texte magnifique, bouleversant par son intensité et qui m’a profondément émue !A lire également pour ceux qui voudraient poursuivre dans ce registre : « Le garçon en pyjama rayé » de John Boyne, tout aussi touchant !

Mokona
26/01/14
 

Un livre au doux parfum de nostalgie...Nostalgie du narrateur , Hans Schwartz , fils unique d'un médecin juif , au souvenir de ce que fut sa quete amicale cristallisée par l'arrivée du jeune Conrad Graf von Hohenfels dans sa classe . Pour des raisons de praticité , je m'en tiendrais ultérieureemnt à Conrad . Pourtant , rien ne les prédestinait à devenir inséparables . L'un appartenait à une certaine bourgeoisie juive , l'autre descendait en droite ligne d'une riche famille d'aristocrates allemands . Ajouté à cela un contexte historique plutot hostile . Nous sommes en 1932 . Le despote sanguinaire n'est pas encore chancelier ( il y travaille cependant fortement pour y acceder un an plus tard ) mais il souffle deja comme un fort relent d'antisémitisme . Les chances pour que deux adolescents appartenant à deux univers aussi distincts en viennent à se trouver , s'accepter et se reconnaitre l'un dans l'autre paraissaient plutot faibles...Et pourtant , à force de balades communes , de discussions échevelées , une amitié indéfectible se tisse et perdure . Mais l'Histoire les rattrappe et c'est sur ce terreau infertile que verront le jour leurs premieres dissensions ! Deux mondes différents , deux visions diametralement opposées de l'avenir du peuple juif à court terme .Deux choix contraires mais peut-on légitimement parler de choix , les opinions étant l'exact reflet de l'éducation reçue . Mais les palabres , à défaut d'etre constructifs ou convaincants , ont encore le mérite d'exister . Hans sent bien que le vent est en train de tourner . Outre certains agissements anti-juif que se refuse à condamner Conrad , l'attitude de son inséparable moitié commence à éveiller quelques soupçons...Pourquoi Hans n'a-t-il encore jamais été invité chez Conrad alors que ce dernier semble avoir trouvé une seconde famille chez les Schwarz . Pourquoi Hans n'a-t-il toujours pas fait la connaissance des époux Graf ? Le coup de grace viendra lors d'une représentation de Fidélio lorsque Conrad , accompagné de ses géniteurs , croisera Hans en feignant de l'ignorer superbement...Les fondations se fissurent , elles prendront l'eau de toute part en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire..Uhlman , avec des mots simples , précis , évocateurs a su toucher les ames . Il dépeint avec une grace peu commune deux quetes amicales et identitaires que l'on devine vouées à l'echec , tant l'histoire à l'époque parle en leur défaveur . L'histoire est belle , le final est dévastateur ! Juste bouleversant d'humanité...

TurnThePage
08/11/13
 

En bref, une très belle lecture mais je n'aurais pas refusé un roman plus long et plus détaillé sur cette période et cette amitié profonde et sincère entre deux adolescents de milieux différents... Un texte fort en émotions et en réflexions !

RizDeuxZzZ
11/06/13
 

Court roman à mettre entre toutes les mains, L'ami retrouvé de Fred Uhlman conte l'histoire d'une amitié impossible dans l'Allemagne de l'entre-deux-guerre. Entre Hans, un jeune adolescent d'origine juive, dont les parents ne sont pour ainsi dire pas du tout pratiquants, et Conrad issu d'une des plus vieilles et plus illustres familles allemandes. Une amitié entre deux jeunes qui se fonde sur un sentiment commun d'être à part.Amitié exclusive, fusionnelle, rapidement et irrévocablement mise à mal par la montée du nazisme et de ses idéaux mortifères. Par petites touches, on voit la haine faire son chemin, d'abord à couvert, puis au grand jour.Ce roman, très court, est pourtant émouvant, tout en étant très factuel, et jamais larmoyant. La descente aux enfers de la famille d'Hans, l'éloignement irrémédiable de Conrad, dont la mère est envoûtée par Hitler et ses idéaux, tout est raconté avec un certain détachement par Hans, qui des années plus tard se souvient. Emigré aux Etats Unis, alors que ses parents sont restés sur place et sont morts, Hans relate les évènements marquants.On sent une infime nostalgie, qui ne vient pourtant jamais parasiter le récit.Pendant longtemps je me suis interrogée sur le sens du titre...que l'on comprend à la toute fin. Avec beaucoup d'émotion. Roman sur l'amitié mise à mal par les idéologies, la haine, toute la force de L'ami retrouvé tient dans sa concision, son économie dans les effets. Pas de violons, juste des faits, qui malheureusement, se suffisent à eux-mêmes.Une belle histoire, très triste, qui devrait être lue par tous les adolescents.

Choupchoup
22/04/13
 

J'ai beaucoup aimé mais j'ai été aussi déçu de voir la fin arrivée. Une belle leçon d'amitié à travers la guerre mais aussi la différence de statut. J'ai trouvé ce livre beaucoup trop court

cloclo85
10/03/13
 

J'ai lu ce livre pour mon cours de français cette année. Ce livre est très court environ une centaine de pages. J'ai bien aimé ce petit livre avec l'amitié entre Hans et Conrad. une magnifique amitié qui ne devait pas être possible à cause de leur nationalité. Je conseille ce livre à tous ceux qui s'intéressent à la matière histoire.

deborah59132
29/06/12
 

Ça y est! J'ai lu ce court roman (122pages) que je voyais sur beaucoup de blogs et qui ne me tentait pas vraiment. Et puis, quelle erreur ça aurait été de ne pas le lire. J'ai adoré cette amitié qui se construit mais qui ne devrait pas! Hans est très attachant, d'autant plus lorsqu'on sait qu'il est juif et de ce qu'il pourrait subir en ces années 30. J'ai trouvé le roman un peu court, j'aurais aimé que les personnages soient plus développés mais ce fut une belle lecture. La fin est troublante et la fin des parents aussi... Je le conseille car il est court et très émouvant... J'ai vu qu'il y avait eu un film aussi, je pense que je le regarderais.

searchxme
03/03/12
 

Il est parfois bien difficile d'aller vers l'autre quand celui-ci est différent de nous : quand Hans Schwarz, lycéen de 16 ans, rencontre Conrad, son nouveau camarade de classe, une curiosité extrême l'anime mais la timidité du jeune aristocrate et son propre embarras rendent difficile la communication. Un jour pourtant, Hans décide que Conrad deviendra son ami, un ami pour lequel il donnerait sa vie, lui, l'adolescent solitaire. Les perturbations politiques grandissant en Allemagne, Hanz quitte bientôt le pays. L'amitié qui le liait à Conrad semble terminée... A moins que...Les romans jeunesse traitant de la seconde guerre mondiale sont souvent très intéressants car tous les thèmes (haine raciale, déportation...) y sont traités de manière très sensible. L'ami retrouvé développe la naissance d'une amitié entre deux garçons que tout oppose : leur milieu social d'abord, leur religion surtout. Des prémisses de cette relation (comment approcher l'autre ? que faire pour lui plaire ?) aux doutes naissants (l'amitié peut-elle dépasser tous les obstacles?), Fred Uhlman nous entraîne dans une belle aventure, aux côtés d'Hans et Conrad, jusqu'à cette fin, si brève et si forte...Si la littérature de jeunesse vous intéresse (ou si vous êtes obligé de vous y plonger de temps en temps) n'hésitez pas à lire ce petit roman !

Calypso85
22/01/12

Coup de cœur pour un livre lu d’une traite, très dense bien que court, remarquablement écrit. Il n’est pas sans me rappeler Silbermann de Jacques de Lacretelle lu alors que j’étais au collège, et relu il y a quelque temps.Deux adolescents que tous séparent vont se lier d’amitié au lycée dans l’Allemagne de l’entre deux guerres. L’un est juif de condition modeste, l’autre est protestant et aristocrate. J’ai beaucoup aimé le personnage de Hans, juif et élevé dans le respect de l’autre, et de la religion de l’autre ; Allemand avant d’être juif."C’est ainsi que j’avais grandi parmi les juifs et les Chrétiens, laissé à moi-même et à mes idées personnelles sur Dieu, sans croire absolument-ni douter sérieusement- qu’il existât un être supérieur et bienveillant, que notre monde était le centre de l’univers, et que nous étions juifs et gentils, les enfants préférés de Dieu." p48"Tout ce que je savais, c’est que c’était là ma patrie, mon foyer, sans commencement ni fin, et qu’être juif n’avait fondamentalement pas plus d’importance que d’être né avec les cheveux roux. Nous étions Souabes avant toute chose, puis Allemands, et puis juifs." P 64Hans est un garçon très mature, préoccupé par les questions spirituelles, Dieu, la religion. Il est d’une sensibilité à fleur de peau, soucieux de plaire, soucieux du regard de l’autre sur lui, et, souhaitant plus que tout être respecté."Comprends-moi. Je ne me soucie guère de relations sociales avec tes parents, sinon une fois pour cinq minutes, de façon à ne pas me sentir un intrus chez toi. D’ailleurs, je préfère être seul plutôt qu’humilié. Je vaux autant que tous les Hohenfels du monde. Sache que je ne permettrai à personne de m’humilier, fut-il roi, prince ou comte." p 93 (propos qu’il tient à son ami Conrad)Bien qu’élevé dans une famille au regard méprisant à l’égard des juifs, Conrad se désolidarise de ses parents." Ne me regarde pas avec des yeux de chien battus ! Suis-je responsable de mes parents ? Y suis-je pour quelque chose ?"L’Allemagne voit l’ascension d’Hitler et de ses idées extrémistes. Il n’y fait pas bon être juif en temps là. Hans devient un paria, il sera séparé de son ami, et envoyé en Amérique.Bien des années plus tard, il retrouvera son ami………..mais comment ?Un livre émouvant, à lire, relire. Un livre à faire découvrir autour de soi.

mimipinson
15/06/11
 

Superbe histoire, poignante. La vision de la naissance du nazisme au travers les yeux d'un enfant juif ami avec un enfant d'une famille partisane...La fin est véritablement poignante.Pour moi aussi il s'agissait d'une "lecture imposée", cette histoire m'a bouleversée.

Bbey
28/10/10
 

Comme son titre l’indique, L’ami retrouvé est avant tout une histoire d’amitié. Dans l’Allemagne du début des années 30, le narrateur, Hans Schwarz, âgé de seize ans, fait la connaissance d’Otto von Hohenfels. Hans, fils d’un médecin juif, a une conception très romantique de l’amitié, et vit un véritable « coup de foudre » pour Otto, ce jeune homme issu d’une famille protestante de très haute lignée. L’un des aspects intéressants – et troublants – de ce roman est le parallèle continuel entre l’amitié que vivent nos deux héros et l’amour. L’intimidation de Hans devant Otto rappelle celle qu’il pourrait ressentir devant l’élue de son cœur. Le narrateur parle d’ailleurs, avant de le connaître, de « faire sa conquête ». Et, au début de leur « relation », Hans précise qu’ils marchent « comme deux amoureux, encore nerveux, encore intimidés ». Si cette conception extrêmement romantique de l’amitié peut paraître aujourd’hui un peu désuette, l’écrivain, Fred Uhlman, a probablement voulu montrer qu’une relation « amicale » peut être aussi forte et marquante que l’amour. Le roman ne se limite cependant pas à cet aspect. Malgré sa centaine de pages, L’ami retrouvé est une œuvre foisonnante, qui évoque également l’adolescence – et toutes les questions fondamentales que l’on peut se poser au cours de cette période (Dieu, l’univers…) –, la montée du nazisme ou encore l’antisémitisme latent. Le style, tout en retenue, est d’une grande délicatesse, le propos toujours intelligent, et enfin, la chute bouleversante et surprenante. Bref, un roman à ne pas rater pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de l’aborder au cours de leur scolarité.

Nico17
04/05/10
 

Format

  • Hauteur : 18.60 cm
  • Largeur : 11.90 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition