L'amour dans la vie des gens

FONTANEL, SOPHIE

EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 02/04/03
LES NOTES :

à partir de
4,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« L'amour dans la vie des gens, des amis, de la famille, c'est ce que j'en ai vu, moi, l'année dernière, à un moment où j'étais très sensibilisée à ce sentiment, pour des raisons personnelles. Je me suis mise à regarder comment faisaient les autres, ce qu'ils voyaient comme solution pour moi, ou pour eux-mêmes. Et tous les soirs, je notais ce que j'avais vu ou entendu. Ou bien la pensée que ça m'inspirait. J'en recueillais des sentiments divers : Tantôt amusée : « Celui-ci : pas con, il ne pousse pas le catholicisme jusqu'à aimer tout le monde ». Tantôt surprise : « Ma gardienne, le courrier à la main : " Si on n'aimait que les gens qui nous aiment, qui commencerait ? ". » Hilare devant une certaine spontanéïté : « Celui à qui
ça fait comme une marque de fabrique : - Moi, je ne dis jamais " Je t'aime ". », mais aussi navrée : « Il préférait penser qu'elle était une sorcière, plutôt que d'admettre que, tout bêtement, il avait été ensorcelé ». Furieuse de temps à autre : « Quand une histoire est impossible, ils pensent que ça n'est pas la peine de la vivre. En revanche, dans les livres ou les films, s'il n'y a pas cette impossibilité, ils trouvent aussitôt que l'histoire est ratée. » Lucide, parfois: « Une nuit, ça me réveille, la pensée que dans mon cas, l'expression " donnant, donnant " signifie juste que je donne deux fois. » Isolée, souvent : « Ils pensent que, comme je mets l'art au-dessus de tout, ça veut dire que je mets l'amour en dessous ».
1 personne en parle

Tout commence par une lettre que Sophie Fontanel adresse à celui qu'elle aime, qui ne sait pas la recevoir. De là elle nous fait part d'anecdotes, de réflexions, d'aphorismes, de paroles rapportées, toutes concernant l'amour. C'est construit avec une succession de phrases, c'est prenant en diable, on relit beaucoup, on tente de comprendre, on approuve, on rapproche les esquisses à des gens identifiés... ça touche. Enfin, moi, ça m'a beaucoup touchée. Ce n'est pas long, et pourtant j'ai mis longtemps à le lire, je ne pouvais pas enchaîner tout à la suite, il me fallait digérer, réfléchir.Ca se termine par "Alors tu vois". Je vois. Et je suis contente."Je l'ai fait, une fois. Prélever délicatement une chips du bol. La porter à mes lèvres. Mettre la chips dedans. Ne pas croquer. Laisser fondre au contraire, alors que je n'aime que ce qui croustille. Puis avaler, en douceur, sans trop déglutir. Tout ça pour ne pas faire de bruit. Tout ça parce qu'à coté de moi, dans ce lit, il y avait cet homme qui dormait.""Je ne peux pas juger les gens sous prétexte qu'ils restent à leur niveau. Moi, je monte trop haut, mais il n'y a pas de quoi être fière : c'est par peur du réel. Donc, je n'ai pas le droit de juger.Je vais me gêner.""Il en manque : Sais-tu ce qu'est une carence ? Je vais te dire ce que c'est. c'est plus terrible encore que tu ne penses. Y as-tu déjà seulement songé ? Alors écoute, et dis-moi si ça n'est pas le pire qui puisse arriver à un être humain. c'est : on te témoigne de l'amour, et ça te parait aussitôt disproportionné. Tu comprends ?La force avec laquelle je comprends, c'est ça le pire.""Au départ, il comptait se draper dans son malheur. Mais avec un mouchoir, tu ne vas pas loin." Sylvie Sagnes

SagnesSy
15/09/12
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.26 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition