L'armee des ombres

KESSEL, JOSEPH

livre l'armee des ombres
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 09/05/01
LES NOTES :

à partir de
5,40 €

SYNOPSIS :

Oeuvre en extraits longs, en lien avec l'objet d'étude « Romans et nouvelles des XXe et XXIe siècles porteurs d'un regard sur l'histoire ou le monde contemporain » du programme de français en troisième (3e). Résumé Dans un roman construit comme un thriller, Joseph Kessel retrace le parcours de ces hommes et de ces femmes incarnés ici par Philippe Gerbier, Le Bison, Lemasque, Mathilde, Petit Jean qui ont choisi la voie difficile de la Résistance au péril de leur vie. Un des chefs-d'oeuvre de l'écrivain et le roman-symbole de la Résistance. L'auteur Fils d'émigrés juifs,
Joseph Kessel (1898-1979) a été engagé volontaire durant la guerre de 1914-1918, puis résistant pendant la Seconde Guerre mondiale. Son oeuvre de journaliste et romancier se signale par son goût de l'aventure et son engagement. L'édition Classiques & Cie collège Soigneusement annoté, le texte est associé à un dossier illustré, qui comprend : Un guide de lecture intitulé « Un roman engagé sur la Résistance », avec des repères, un parcours de l'oeuvre et un groupement de documents, une enquête documentaire, « Pourquoi et comment est née la Résistance ? ».
4 personnes en parlent

En préface , Kessel n'esperait qu'une seule chose , avoir été à la hauteur de l'événement tragique décrit et ne pas l'avoir dénaturé . Qu'il se rassure , l'Armée des Ombres est un formidable plaidoyer pour l'humain et sa capacité à résister et se transcender face à l'envahisseur !Kessel , au travers de témoignages véridiques , nous livre ici un livre fort et plein d'espérance malgré le contexte politique ambiant et le destin tragique de bon nombre de ses personnages .1943 : la France est occupée , l'Allemagne y prend ses quartiers ( Petain et son gouvernement collaborationniste de Vichy les y aidant fortement ) mais se heurte encore à tous ces heros sans grade qui , portés par un déterminisme et une volonté sans bornes , résistent courageusement au péril de leur vie : ils sont l'Armée des ombres .Armée etant à prendre ici au sens numéral plutot qu'au sens strict du terme car meme s'ils sont dirigés , encadrés , ils possedent une grande liberté d'action que le carcan de l'armée réprouverait par nature . Et c'est peut-etre ce qui en faisait leur force , cette faculté à pouvoir frapper , décimer , agir sans qu'il y ai la contrainte de l'aval du gradé en chef , les rendant ainsi beaucoup plus incontrolables et imprévisibles ! Un grand chef , plusieurs réseaux . Ce qui étonne , c'est la multiplicité des personnages les composant ! Tous n'ont pas le profil de héros en puissance puisqu'il n'etait pas rare d'y croiser des anciens , des meres de famille , des enfants...Hétéroclisme des métiers également . Un seul mot d'ordre : résister ! Que vous soyez garagiste , cheminot , etudiant , restaurateur , nanti...les barrieres sociales n'existent plus pour se fondre désormais en un ideal liberateur .Telle une fourmiliere en ordre de bataille , chaque soldat avait un role bien défini en fonction de ses capacités et ses facultés à l'exécuter : les hommes etant le plus souvent chargés des sabotages , de l'action sanguinaire alors que les femmes étaient plutot missionnées pour transmettre les messages , role tout aussi important et dangereux s'il en est ! Malheur à celui ou celle qui se faisait prendre..Le maitre mot de ce livre est courage ! Courage de tous ces anonymes face à la torture .Courage de tous ces condamnés entonnant en choeur la Marseillaise face au peloton d'execution .Courage de tous ces résistants morts pour un idéal alors qu'il aurait été plus facile de se soumettre...L'Armée des ombres est un cri assourdissant , un hurlement surpuissant qui n'a qu'une seule raison d'etre : la liberté !

TurnThePage
11/11/13
 

4ième de couverture :"1943. Dans la France occupée, l'armée des ombres s'organise. Pourtant, comme le note Philippe Gerbier, un des chefs de la Résistance, "les Français n'étaient pas préparés, pas disposés à tuer."Et le constat tombe, cruel mais lucide : "L'homme primitif est reparu chez les Français. Il tue pour défendre son foyer, son pain, ses amours, son honneur. Il tue chaque jour." A-t-il vraiment le choix, face aux nazis et aux collaborateurs? Arme au poing, des milliers de combattants vont oser sortir des caves, des rues sombres, des terrains vagues envahis par la nuit pour que la France, au grand jour, retrouve enfin son vrai visage".Ce livre sur la résistance et sur ceux qui la composent a été écrit en 1943 par Joseph Kessel, grand reporter et résistant lui même puisqu'il a rejoint les forces françaises libres du général de Gaulle. Tout les histoires qui ont servis a l'écriture de ce roman sont véridiques même les plus incroyables et les plus terribles. L'auteur rend hommage a ceux et celles qui ont permis de rendre la tache des nazis plus difficile quitte a y perdre la vie. Car tout le long de ce livre on assiste aux actes d'héroïsme mais aussi aux trahisons, aux lâchetés et a la mort. Ce qui ne pourrait n'être qu'un inventaire plus ou moins intéressant des actes de résistance devient sous la plume de Kessel, ce conteur de génie(eh oui j'aime beaucoup cet auteur) un roman de chair et de sang, où l'on se retrouve immergé dans cette France qui souffre sous le joug des nazis . On assiste a la montée de la résistance qui s'accompagne par une augmentation des représailles nazis et l'on voit ces hommes tomber mais d'autres, plus nombreux encore, se relever.Un livre fort , émouvant et sans temps mort. Ma note 9/10.A noter qu'un film a été tiré de ce livre en 1969. Il porte le même titre et a été réalisé par Jean Pierre Melville.

Zembla
12/10/13
 

Un livre extrêmement poignant, fort, d’une grande humilité et qui porte la Résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale à la hauteur de toute sa grandeur, qui nous montre diverses visages de français qui se battent pour la liberté, dans l’ombre, bien qu’ils savent à l’avance qu’ils peuvent aller, dans la plupart des cas, directement à la mort. La fraternité dans toute sa splendeur. On revit toute la monstruosité que l’homme peut revêtir, par les tortures, toute sa manipulation, toute sa perversité et toute sa lâcheté.La préface de ce livre est magnifique et démontre toute l’humilité et la sobriété de Joseph Kessel.Dans ce livre, nous suivons le parcours de plusieurs personnes ordinaires, de toutes origines, de tous milieux, portés par une même voix, portés par le même espoir et qui choisissent de se défendre, de ne pas subir et de se sacrifier pour leurs convictions. Gerbier, ingénieur des ponts et chaussées, qui fait partie de l’état major d’un des groupements de la Résistance, est arrêté et enfermé dans un camp. Il y rencontrera Legrain, qui ne connait même pas la Résistance étant arrivé dans le camp bien avant qu’elle soit créée. A travers le récit de Gerbier il voudra les rejoindre et fera évader ce dernier, bien que lui ne pourra finalement pas partir. "Mais pour celui qui a senti cet éveil, ce premier frémissement, c’était la chose la plus émouvante du monde. C’était la sève de la liberté, qui commençait à sourdre à travers la terre française. Alors les Allemands et leurs serviteurs et le vieillard, ont voulu extirper la plante sauvage. Mais plus ils en arrachaient, et mieux elle poussait. Ils ont empli les prisons. Ils ont multiplié les camps. Ils se sont affolés. Ils ont enfermés le colonel, le voyageur de commerce, le pharmacien. Et ils ont eu encore plus d’ennemis. Ils ont fusillé. Or, c’était de sang que la plante avait surtout besoin pour croître et se répandre. Le sang a coulé. Le sang coule. Il va couler à flots. Et la plante deviendra forêt.(…) Celui qui entre en résistance vise l’Allemand. Mais en même temps il frappe Vichy et son vieillard, et les séides de vieillard, et le directeur de notre camp, et les gardiens que tu vois chaque jour à l’ouvrage. La résistance, elle est tous les hommes français qui ne veulent pas qu’on fasse de la France des yeux morts, des yeux vides."Nous suivrons alors Gerbier, et rencontrerons beaucoup de ces humbles et différents hommes et femmes qui auront décidés de défendre la liberté, quoiqu’il puisse leur en coûter, en passant par leurs réussites, à leurs arrestations, à leurs tortures, à leurs mises à mort, mais toujours avec une grandeur d’âme et d’être saisissante. Nous aimerons Legrain, Félix la tonsure, Jean-François, Mathilde, Lemasque, Saint-Luc et tant d’autres…. Dans la narration est intégrée les notes de Gerbier qui le font parler à la première personne, ce qui rend encore plus émouvant ce qu’il écrit de son travail de résistant et ce qu’il y voit, ressent et vit.Je ne vais pas raconter davantage ce qu’il se passe dans le livre car le mieux est d’en prendre possession, pour vivre avec tous ces gens simples et vibrants d’amour de leur pays, la grande émotion, la grande admiration pour un peuple qui s’est soulevé en une seule et même force, alliant chrétiens, juifs, communistes, ouvriers etc, dévoué et se sacrifiant pour un seul et même but : la liberté.Je ne peux que vous recommander cet ouvrage qui est un magnifique éloge à la Résistance et qui est superbement écrit. J’ai été vraiment émue et admirative. C’est un coup de coeur.

lauredanse
14/05/13
 

Un véritable choc que cette lecture, dont je m'étais jusqu'ici abstenue (comme je crois beaucoup de monde), puisque j'avais vu le film de Jean-Pierre Melville. Mais si le film est une adaptation fidèle, le livre, moins structuré, a toute l'épaisseur des mot, toute la tension du témoignage et porte la conviction des combattants. En effet, il ne s'agit pas tout à fait d'un roman. Le livre, publié à Alger en 1943, à la demande du général De Gaulle, est aussi un acte militant. Journaliste, Joseph Kessel a interrogé les nombreux résistants qu'il a rencontré pour écrire ce livre. Ayant lui-même fait partie d'un réseau à Paris, avant de s'engager dans l'aviation des Forces Françaises Libres, auteur avec son neveu Maurice Druon du Chant des Partisans, il était un porte parole idéal pour cette armée des ombres masquée dans la clandestinité. Le texte est constitué de ces témoignages divers, de récits parfois très brefs montrant la diversité des parcours des combattants, autour du fil directeur constitué par le personnage de Philippe Gerbier, un chef de la Résistance, amené par ses fonctions et ses aventures à croiser tous les aspects de la Résistance. Il en résulte un récit implacable dans lequel on s'engage sur un coup de tête par haine des allemands, où on meurt et on tue pour protéger à tout prix la cause de la liberté et des autres combattants. Plus que tout autre, ce texte insiste sur la fraternité entre compagnons de combats, quelque soit leur engagement politique et met en évidence la cruauté absolue de cette guerre de la clandestinité, loin du cliché des jolies filles transportant des messages à bicyclette.

Mariei
28/07/12
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.13 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition