L'art de la frugalite et de la volupte

LOREAU, DOMINIQUE

EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 22/10/09
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Frugalité et volupté, clefs du mieux-vivre : améliorez votre santé, votre moral, votre environnement et... votre budget. Installée au japon depuis plus de trente ans, Dominique Loreau est imprégnée par le mode de vie de son pays d'adoption. Un mode de vie qui repose sur le principe du " moins pour plus ", appliqué à tous les domaines, du matériel au spirituel - en l'occurrence, ici, à l'alimentation. Partant du constat que nous sommes devenus, en à peine un demi-siècle, des machines à consommer,
l'auteur nous exhorte à réfléchir sur cette nouvelle donne, source de nos maux actuels. Puis elle apporte toutes les réponses de bon sens, tous les conseils, toutes les astuces, et, en fin d'ouvrage, quelques recettes très simples pour se réapproprier un rapport sain à la nourriture, économiquement et écologiquement juste, et qui procure un plaisir vrai. À la fois essai et guide pratique, L'Art de la frugalité et de la volupté apprend à réconcilier le corps et l'esprit en toute sérénité.
2 personnes en parlent

Dominique Loreau aborde ici l'art de l'alimentation saine et frugale, déjà évoqué dans ses précédents livres! En bref, nous autres Occidentaux, à l'inverse des Asiatiques et Japonais en particulier, mangeons trop! On trouve dans "L'art de la frugalité" de fort bons conseils, souvent ressassés mais trop peu appliqués: éviter les plats tout préparés, les surgelés, les mauvaises graisses, privilégier les légumes frais, etc. Je retiens tout particulièrement le trop-plein de protéines animales, au détriment des légumes et des céréales complètes.Petit bémol tout de même: je trouve certaines des recommandations de Mme Loreau assez irréalistes: la préparation quotidienne des bentos chers aux Japonais, et des multiples petits plats qui les composent, ne semblent guère réalisables pour une femme qui travaille à temps complet et qui doit s'occuper de son intérieur et de sa progéniture... En outre, les portions minimes qu'elle recommande (un bol de la contenance de notre poing doit suffire à chaque repas!) me laisseraient vraiment sur ma faim...En résumé, de bons principes, agrémentés de conseils judicieux, mais que chacun doit adapter selon ses habitudes, et son appétit! Le cahier de recettes final est apprécié.

murmuresibyllin
10/10/13
 

Après l’Art de la simplicité, celui des listes puis de l’essentiel, Dominique Loreau se penche dans cet ouvrage sur la question de la nourriture pointant la tendance de l’occident à la surconsommation dans sa confusion entre désir et besoin en s’appuyant sur de nombreux contre-exemples issus de son expérience japonaise. Des idées intéressantes (comme celle que l’estomac ne serait pas plus gros originellement qu’un pamplemousse, ce à quoi correspondrait le masu, mesure en vigueur au japon pour définir une portion et que conforterait l’utilisation des o-bento ou boîtes repas) mais aussi des contradictions (par exemple le fait que la contenance d’un o-bento - boîte repas - qu’elle prône soit quatre fois supérieures à la dite portion) et des omissions (évoquant l’alcool et le thé mais faisant l’impasse sur les sodas) pour finalement dresser la liste des ustensiles et ingrédients, leur taille et leur quantité ainsi qu’une liste de recettes les associant. Pour le reste variété, équilibre et surtout modération sont les maîtres mots de cet ouvrage que l’on trouve résumés en conclusion dans la citation d’un médecin de la cour mongole du XIVème sècle : « Celui qui veut prendre soin de sa santé doit être modéré dans ses goûts, bannir les inquiétudes, tempérer ses désirs, réfréner ses émotions, prendre soin de sa force vitale, épargner ses paroles, considérer avec légèreté le succès ou l’insuccès, ignorer la tristesse ou les difficultés, éloigner les ambitions insensées, éviter les grandes affections ou les grandes haines, calmer ses yeux et ses oreilles et être fidèle à son régime intérieur ». En somme, quand on y réfléchit, éviter tout ce qui constitue la vie, et qui plus est moderne, et surtout le rapport à autrui qui ne va jamais sans heurt, mais aussi la quête du bonheur (« La quête du bonheur est une dépense d’énergie ») et la réflexion (« toujours se demander « pourquoi », chercher un sens à la vie, à son aboutissement, est considéré par les orientaux comme une perte d’énergie ») pour atteindre…quoi finalement ? L’ataraxie ? Bref, rien de nouveau sous le soleil. Cette position, inadaptée en soi et contestable pour soi, mérite-t-elle de s’encombrer d’un livre supplémentaire pour se convaincre que l'on peut se passer du reste ? Je ne le crois pas et j'inviterais à ce sujet à réfléchir par soi-même ou à consulter comme souvent les anciens, c'est à dire les antiques qui ont maintes fois et bien mieux fait le tour de la question. Tant et si bien que la seule chose dont je me sois débarrassé à la fin de cette lecture c’est de l'ouvrage lui-même. http://ericdarsan.blogspot.com/

Darsan
13/05/12
 

Format

  • Hauteur : 21.70 cm
  • Largeur : 13.80 cm
  • Poids : 0.29 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie