Art nouveau erotisme

VICTORIA/ALBERT MUSE

livre art nouveau erotisme
EDITEUR : HERSCHER
DATE DE PARUTION : 14/07/00
LES NOTES :

à partir de
20,30 €

SYNOPSIS :

Au tournant du siècle dernier, alors que de nouveaux médias tels le cinéma et la photographie donnent une nouvelle vision du monde, artistes et décorateurs Art Nouveau se servent de l'érotisme pour repousser les frontières des conventions établies. Celle
étude concise et très illustrée montre comment ils ont donné une expression visuelle à l'érotisme en créant les formes tourbillonnantes et voluptueuses des oeuvres les plus marquantes et les plus représentatives de ce style révolutionnaire.
1 personne en parle

La présentation de l’exposition Art Nouveau à la Pinacothèque de Paris se termine cette semaine. C’est lors de ma visite que j’ai découvert cet ouvrage qui se présente comme un livret, proposant de nombreuses références à tous les arts, y mêlant la littérature, accompagnées d’une belle et intéressante iconographie, expliquant l’esprit même de l’Art Nouveau, cet esprit de liberté.L’auteur se livre à une véritable analyse sociétale de cette période particulière du fin et début de siècles; société en pleine évolution tournée vers le modernisme, époque de la fée électricité et de la triomphante Exposition Universelle à Paris en 1900. Pour rappel, l’Art Nouveau, c’est la Belle époque, les quelques années entre 1890 et 1905.En introduction, Ghislaine Wood revient sur les origines de ce mouvement » total « , sur les sources et les influences ( de Baudelaire à Verlaine, des dessins de Rodin à l’Olympia de Manet, de l’art japonais de l’estampe à l’exubérance du rococo au XVIIIème, grand siècle libertin ), sur ce goût pour la culture antique, pour une société pré-chrétienne, en réaction aux structures rigides d’un univers bourgeois guindé et hypocrite, goût prétexte à rejeter les conventions morales et les représentations classiques érigées en modèle ( comme l’auteur Pierre Louÿs l’explique dans la préface de son roman Aphrodite, roman érotique et non pornographique ).Nombreux seront les créateurs à reprendre les figures bibliques, y mettant en scène le » potentiel érotique » . « Eve remplace la Vierge Marie « , Salomé sera la préférée des artistes dont le peintre autrichien Gustav Klimt (dont l’œuvre s’inscrit parfaitement dans le style et les motifs de l’Art Nouveau ). Sa Judith en témoigne, somptueusement » moderne « , sensuelle désirante, parée de son luxe décadent.Car l’Art Nouveau c’est l’expression de » la tension dialectique entre le bien et le mal, ou entre le sacré et le profane « , c’est l’exploration de ces frontières. Cette époque est celle d’une société » en transition « ; l’Art Nouveau, un art en mouvement. Par la transgression, la transformation. L’érotisme en est donc l’un des traits caractéristiques. Cette période connait les débuts de la photographie dont se serviront les artistes dans leur démarche de création ( notamment Alphonse Mucha ). Les nues féminins sont à l’honneur alors que se manifeste déjà un certain féminisme, une libération de la femme, une reconnaissance de son identité, de sa sexualité, le désir qu’elle inspire affirmé.Épris de symbolisme et de métamorphoses, célébrant la nature en opposition à la » culture » entendue au sens des lois de la société, l’image de la féminité sera associée aux représentations de cette nature. Ces représentations se retrouvent dans les objets décoratifs ( ainsi que dans l’imagerie qui est restée, par les affiches notamment, de la femme-fleur, femme personnifiant les saisons… ).L’Art Nouveau proclame la toute puissance de la nature dans tous les sens du terme, la terre, la nature humaine, son ambivalence entre instincts, science et mysticisme ( dont témoigne le Dr Jekyll et Mr Hyde de Stevenson ). C’est la femme multiforme, femme fantasmée, sublimée, fascinante autant pour sa beauté que pour la « damnation » qu’elle suscite ( mythe de la femme vampire, danger de la syphilis qui fait des ravages )Cette image sublimée est portée par des icônes de féminité qui deviendront les égéries des artistes Art Nouveau, telles la comédienne Sarah Bernhardt et la danseuse américaine Loie Fuller dont les spectacles associent métamorphoses féminines, mouvements, nature et techniques modernes en jouant des voiles, des couleurs avec la lumière électrique pour se révéler femme-fleur-papillon-oiseau… Loie Fuller donne corps aux thématiques Art Nouveau , elle devint le modèle de tous supports créatifs, de la verrerie à la céramique, métal, bois ainsi que, évidemment, photographies. La statuette de bronze en couverture de cet ouvrage est l’une de ses représentations.Enfin, comment parler Art Nouveau sans parler des fameuses affiches dont Alphonse Mucha fut le maître. Car cette fin de siècle, cette société en mutation qui se livre à la technologie, c’est celle des grands débuts de la publicité. » Le sexe est vendeur « , apparaît donc la femme pour vanter n’importe quel produit… Heureusement l’art de Mucha ne se limitera pas à la réclame. L’érotisme évident de ses affiches dévoile une image de la féminité » sophistiquée et esthétique » également toujours associée à la nature. » L’Art Nouveau a eu une vie brève, s’effondrant définitivement dans les années précédant la Première Guerre Mondiale. Le contenu érotique de bien des œuvres Art Nouveau est certainement l’une des causes fondamentales de sa disparition. « L’Art Nouveau devra aux Surréalistes sa reconnaissance.

Marilire
05/09/13
 

Format

  • Hauteur : 20.80 cm
  • Largeur : 18.80 cm
  • Poids : 0.31 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie