L'asile

MC GRATH-P

livre l'asile
EDITEUR : CALMANN-LEVY
DATE DE PARUTION : 29/10/97
LES NOTES :

à partir de
18,55 €

SYNOPSIS :

Stella Raphael est l'épouse du médecin chef d'un hôpital psychiatrique. Cette beauté hiératique à l'intelligence aiguë ne se satisfait pas, dans ces ennuyeuses années cinquante, d'éduquer son fils de dix ans et de diriger sa maison. Négligée par son mari, oppressée par les conventions sociales, Stella s'ennuie. Contre toute logique, elle est fascinée par Edgar, un séduisant patient qui restaure le jardin d'hiver dont son mari s'est entiché. Irrésistiblement attirée par cet homme, sculpteur de talent, Stella s'engage dans une aventure désespérée. L'histoire de cet amour destructeur et obsessionnel est racontée par un psychiatre de l'hôpital, Peter Cleave. Mais le point de vue de ce narrateur, ami de Stella, n'est pas exempt de perversité, et la frontière entre le médecin et " ses " malades devient floue. Soutenu par l'écriture de Patrick McGrath, à la fois retenue et passionnément engagée dans la description de ces extrêmes
où conduit un désir irrépressible, le récit se fait trouble et falsificateur. Patrick McGrath est né à Londres en 1950 et a grandi près de l'hôpital psychiatrique de Broadmoor, dont son père fut longtemps directeur médical. Il vit actuellement entre New York et Londres. Patrick McGrath est l'auteur de trois romans, dont deux sont déjà parus en français, L'Etrange Histoire de Sir Hugo et de son valet Fledge et Spider, ainsi que d'un recueil de nouvelles, Triomphe de l'ivrogne et autres contes gothiques (Albin Michel). " Une magistrale étude de l'amour obsessionnel, celui qui échappe à tout contrôle et pousse ses acteurs, de plus en plus désespérés, vers la tragédie qui les engloutira. " Literary Review "C'est le roman le plus sombre et le plus réaliste de McGrath. L'auteur est fasciné par l'obsession et, dans L'Asile, il donne vie à ce sujet avec une brillante noirceur. " The New Yorker Traduit de l'anglais par Martine Skopan.
1 personne en parle

Stella est la femme du directeur adjoint d’un hôpital psychiatrique. Elle a accepté de suivre son mari à la campagne pour favoriser sa carrière, mais ne souhaite qu’une chose : revenir à Londres. Stella est intriguée par Edgar, artiste et pensionnaire de l’hôpital, interné après avoir tué sa femme qu’il avait pris comme modèle. Loin de la monotonie de sa vie de couple, elle cède à la passion que lui inspire Edgar, au point de le rejoindre à Londres après son évasion. Mais l’idylle tourne court, Edgar retrouvant par instant son comportement cyclothymique, et Stella est retrouvée par la police et rejoint son mari, muté au fin fond de Pays de Galles…Voici la première partie de ce troublant et efficace roman. Il raconte l’histoire de Stella, qui est celle qu’on suit à travers les yeux du Dr Cleave, ami du mari de Stella et médecin d’Edgar. Cette narration par une tierce personne (enfin, pas si tierce que cela finalement) donne à la première partie du récit une distance qui permet à l’auteur de s’attarder sur les troubles des patients, sur les tergiversations de Stella. Tout ce que raconte Cleave, il le tient de Stella, qui lui a rapporté les faits plus tard.Stella, femme isolée et tourmentée, détestée par sa belle-mère et mère paradoxale, est une grande héroïne. Elle est constamment en train de se poser des questions, de remettre en cause ses choix : sa passion pour Edgar est-elle raisonnable ? A-t-elle eu raison d’abandonner son fils pour suivre son amant, dans sa vie de bohême et de fuite à Londres ? Que faire lorsqu’elle revient auprès de son mari ? J’ai beaucoup aimé la description des lieux, cet asile verdoyant avec sa serre, les entrepôts où logent Edgar et Stella, à Londres, lieu de l’angoisse permanente car les policiers recherchent cet assassin en cavale. Surtout, je retiens cette ferme au Pays de Galles, dans un paysage de brume, avec ses collines et ses marécages, lieu où Stella va définitivement succomber…Je n’en dirai pas plus sur l’intrigue par crainte de déflorer une partie du dénouement tragique. Patrick McGrath signe un beau mais difficile roman sur la déchéance d’une femme, aveuglée par la passion, le dégoût que lui évoque la vie de son mari et qu’il veut lui offrir. Patrick McGrath décrit d’une manière saisissante les ambiances et les lieux, et plonge dans l’intimité de l’être humain pour y révéler la part de folie. Vraiment une belle lecture !

Yohan59
04/01/13
 

Format

  • Hauteur : 23.00 cm
  • Largeur : 15.00 cm
  • Poids : 0.39 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition