L'asphyxie

LEDUC, VIOLETTE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 14/01/88
LES NOTES :

à partir de
7,90 €
2 personnes en parlent

Premier Livre. Pas un roman. Un acte de survie.C'est une écriture qui se met à germer dans une terre ravagée, piétinée.Un miracle que ces mots là aient pu sortir et venir jusqu'à nous.Un vrai miracle. A quoi sont dus les miracles?A une grand mère, à un chausson aux pommes, à un flacon d'anisette, où à cette l'envie toute naturelle qui nous vient de vivre?Il n'y a pas vraiment de chronologie, c'est vrai. Tout est juste. Parce qu'un enfant retient, retient beaucoup, regarde tout, écoute, et comprend.Mais un enfant ne classe pas sur la ligne de temps, l'enfant accroche ses souvenirs à la ligne de son cœur.L'asphyxie c'est beaucoup de visages, beaucoup de vies, beaucoup de souffles. Des bruits, des cris, des coups, des larmes, du venin, un étouffoir d'enfance, une blessure et puis c'est un parfum d'orange, une musique de rue, un tablier, un cornet de frites, une poupée brisée, de la corde d'espadrille, et toute cette nuit accrochée à une fenêtre.Tout est là. L'écriture est là. Les images, ce rythme très particulier qui gifle et caresse les pages. Elle a tout semé dans ce premier livre. Sa semence. Un jais, son style.Tout ce qu'elle ne cessera jamais d'écrire : ce mal d'aimer.« il n’est pas bon d’être aimé, si jeune, si tôt. […] Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. » écrivait Romain Gary dans la Promesse de l'aube.Mais une promesse, c'est déjà ça. Ce n'est pas un serment, juste un sentiment. Ça fait rêver, ça apaise, ça fait patienter, ça fait espérer.« c'était une mère irréprochable», sans doute.Que peut on reprocher à qui ne formule aucune promesse? Qui n'a aucune parole à donner ne désirera tenir aucune main.Violette Leduc se donnait, et nous donnait, là une très belle promesse, une promesse qu'elle aura su tenir jusqu'au bout de son écrit. Astrid SHRIQUI GARAIN

atos
13/11/13
 

Premier roman de Violette Leduc, publié en 1946 grâce au coucours de Simone de Beauvoir. Le livre ne connaît aucun succès mais gagne l'estime de quelques intellectuels de l'époque ( Jean Cocteau, Jean Genet..). L'auteur égrène des souvenirs d'enfance entre une mère rejetante au regard "bleu et dur"; seul rempart contre elle: sa grand-mère qui l'enveloppe de sérénité. Née d'une liaison illégitime, Violette est de trop, sa mère lui fait porter cette faute qu'elle a commise.Violette cherche désespérément sa place et l'amour de sa mère: "L'amour n'est pas notre destin" lui dit sa grand-mère.Cette première oeuvre est une complainte mais aussi un chant d'amour pour cette mère maltraitante. L'écriture elliptique de l'auteur maintient le lecteur dans un sentiment de malaise contrebalancé par de belles images et quelques incursions de petits bonheurs fugaces.

alexka
10/11/13
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.20 kg