L'assassin royal t.3 ; la nef du crepuscule

HOBB, ROBIN

EDITEUR : BAAM
DATE DE PARUTION : 06/10/08
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

La flotte du Prince Vérité est enfin prête à aller affronter les Pirates rouges. À bord de chaque navire : un artiseur du clan Galen. Fitz croit son talent limité par rapport à celui de ses anciens camarades... Mais si leur magie se retournait contre lui ? Devant l'échec relatif de sa flotte, Vérité n'a plus le choix : il doit aller chercher l'aide des Anciens, figures
mythiques dont personne n'est sûr de l'existence. Royal voit là une parfaite opportunité pour s'emparer du trône. Un seul obstacle se dresse entre lui et son objectif : le roi Subtil. Parviendra-t-il à s'en débarrasser ? Fitz trouvera-til les ressources pour protéger ce souverain qui, pour d'obscures raisons, refuse de lui accorder la main de sa bien-aimée Molly ?
7 personnes en parlent

Encore une fois on a beaucoup de « Molly Molly Molly », sachant que cette fille est une insupportable peste ingrate et égoïste, des fois c’était dur de la supporter. Un passage a même failli me faire jeter le livre par la fenêtre tellement je la hais. Mais finalement c’était supportable, surtout grâce à Fou, parce que Fou est absolument génial. Fitz peut se montrer assez chiant et ingrat, mais même si plus d’une fois je me suis dis « mais qu’il est con », ben je l’aime quand même. Puis j’aime pas mal des persos qui gravitent autour de lui, la reine Kettricken, Burrich, Patience, Umbre, Oeil-de-Nuit. A mon avis ce sont ces personnages qui font que j’aime beaucoup le livre, les relations qu’ils ont avec Fitz. Le livre en lui-même est un page turner. On stress pas mal en lisant, j’avoue que je ne savais pas la plupart du temps comment tout allait tourner et j’avais très très peur que tout se termine très mal. C’est encore un tome très prenant, plus entraînant que le deuxième, il se passe beaucoup plus de choses, il y a bien plus de rebondissements, de remises en question. Un révélation notamment m’a fait m’en vouloir genre « mais pourquoi j’ai pas compris », j’étais un peu vexée de m’être laissé berner. Je déteste Royal évidemment, encore une fois, il n’est pas fait pour être aimé. Ici il prend de plus en plus d’importance, et plus d’une fois j’aurais voulu lui faire ravaler son sourire. Vérité est vraiment plus attachant que dans le tome 2, là, c’est vrai que sa décision de partir peut paraître complètement folle, mais j’ai envie de croire en lui. Dommage que ce soit l’occasion pour Royal de foutre un peu plus le bordel.Les Pirates Rouges restent sans pitié, mais pareil de ce côté on en apprend plus également, mais ce qu’on apprend donne envie d’en savoir plus à ce propos.Encore une fois le lien de Fitz et Fou m’a fait gagatiser comme c’est pas permis et je l’adore.Et puis la fin est assez dure, mais j’ai réussi à passer le cape sans être trop triste. J’ai plutôt hâte de lire la suite. Même si je pense me lire directement les intégraux en entier à partir de maintenant.

lasurvolte
26/02/16
 

/!\ Attention, risque de spoilers ! /!\Trois ans après ma lecture du deuxième tome – mieux vaut tard que jamais – je sors enfin la suite de ma bibliothèque à votre demande, puisque vous l’avez sélectionnée lors du deuxième épisode du challenge Wild PAL. Pour être tout à fait franche, je n’avais que très peu de souvenirs, si ce n’est une impression assez positive au sujet de Fitz qui est un personnage que j’apprécie. Je pensais être perdue et peiner à retrouver le fil… mais finalement, j’ai assez facilement repris le train en marche. Evidemment, la lecture aurait été encore plus savoureuse et aisée si j’avais eu toutes les cartes en main mais ma mémoire défaillante n’a pas été un frein au plaisir de la découverte. Ce n’est pas un coup de coeur – sans doute parce que mon rythme de lecture a été trop haché – mais tout de même une belle découverte qui me donne envie d’enchaîner plus rapidement les tomes suivants (disons avant 2018 !).Fitz a bien grandi, c’est un jeune homme dorénavant et plus que jamais, il est un pion indispensable au maintien de l’ordre. Tiraillé entre son coeur, ses amis et sa fidélité au roi et au royaume qu’il sert, le héros souffre beaucoup dans ce troisième tome. Pièce maîtresse insoupçonnée, il est sur tous les fronts, discret et efficace, au détriment de son propre bonheur. Fitz est un personnage qui me touche et que j’apprécie beaucoup. Je comprends sa loyauté et le dilemme auquel il doit faire face. Je trouve ses réactions justes, Robin Hobb a su parfaitement se mettre dans sa peau et nous propose un personnage ultra-crédible et donc ultra-attachant. Fitz fait partie de ses personnalités complexes et travaillées que j’aime trouver dans les livres que je lis et que j’aime suivre sur de nombreuses années et donc de nombreux tomes. Au bout d’un moment, on suit l’évolution de Fitz comme s’il s’agissait d’un ami. Le voir douter et souffrir a donc un impact sur nos sentiments de lecteurs et on ne feuillette pas ses aventures en étant détachés… non, on est complètement impliqués et ce, d’autant plus que l’histoire nous est contée d’un point de vue interne, à la première personne du singulier.Robin Hobb nous propose également de très nombreux personnages plus ou moins secondaires, qui gravitent plus ou moins autour de Fitz et qui ont tous, eux aussi, une personnalité complexe, une histoire et un rôle plus ou moins important à jouer dans l’intrigue principale. La famille royale est composée du roi Subtil, vieux monarque qui décline de plus en plus et laisse donc la porte ouverte à une guerre de pouvoir entre ses deux fils : Vérité l’aîné et Royal le cadet. Le premier est un allié de Fitz mais une mission l’emporte loin du château et l’empêche donc de protéger son neveu. Le second, déterminé à grimper sur le trône, ne lésine sur aucun moyen pour parvenir à ses fins ; il est pour cela entouré de nombreuses figures fourbes et cruelles qui hantent les couloirs du château. Fitz est également épaulé par Burrich, le maître d’écurie ancien homme-lige de feu Chevalerie, de Umbre son maître des poisons (entre autres), de Kettricken l’épouse de Vérité que le héros devra protéger et évidemment de Molly l’amie d’enfance devenue amante dont le jeune homme est très amoureux mais qu’il aura du mal à garder près de lui… Je n’oublie pas de vous parler du Fou, ce personnage énigmatique, jamais bien loin et qui, sous des airs de loufoquerie, est gardien de certains secrets et de grands savoirs ; lui aussi est une pièce maîtresse du jeu !Quant à l’intrigue, même s’il se passe beaucoup de choses – le dénouement de ce tome est d’ailleurs un gros tournant dans l’histoire de Fitz et du royaume -, l’auteure prend son temps. L’Assassin royal est une série en 13 tomes (avec des tomes annexes, pour ceux qui le souhaitent) alors on se doute bien que tout ne se règle pas en quelques paragraphes. Robin Hobb nous offre des belles descriptions et une belle introspection, ce qui me plaît beaucoup pour ma part mais qui peut certainement rebuter des lecteurs plus habitués à des intrigues davantage tournées vers l’action et les dialogues que dans la mise en place d’un univers riche et de personnalités complexes. Rassurez-vous tout de même si vous êtes frileux, la dame a une plume tout à fait abordable, pas du tout difficile. Le style est simple mais percutant et les passages plus lents ne sont jamais trop lourds à mon goût.En commençant L’Assassin royal, on fait la connaissance d’un héros que l’on voit grandir et évoluer au fil des tomes. De l’enfant solitaire à l’homme accompli, Fitz est un personnage complexe, à l’image de l’univers créé par Robin Hobb. Le jeune homme devient rapidement un ami, un proche avec lequel on doute et on souffre, auprès duquel on subit les manipulations de la cour. Je pense que les amoureux du Trône de Fer et des sagas de fantasy à tendance médiévale trouveront amplement leur compte avec cette saga.

DameMeli
26/12/15
 

Ce tome est tout simplement génial. J'avais trouvé que le tome 2 était peu en dessous du premier où j'avais découvert Fitz, Burrich et l'ambiance de Castelcerf.Pour moi, ce troisième tome est à la hauteur du premier !Après 2 ans de pause dans la saga, j'avais un peu peur de me perdre dans l'univers très riche de l'histoire mais les personnages et leurs places reviennent très vite en mémoire. J'ai été assez surprise de retrouver Molly avant Burrich car je ne me rappelais pas qu'elle avait une place aussi importante auparavant. La plupart du livre est assez calme, il y a pas mal de rebondissements mais cela reste dans la veine des nombreuses machineries qui se trament à Castelcerf.Les derniers chapitres sont par contre vraiment très importants pour la suite de l'histoire et pour l'avenir des différents personnages. J'ai été scotchée par la fin qui est une vraie torture pour moi puisque l'auteur nous laisse sur une sorte de mystère qui remet tout en cause !

RizDeuxZzZ
23/03/15
 

Le royaumes des Six-Duchés est toujours sous la menace des pirates rouges qui sèment la mort et la terreur sur les côtes. Mais le danger est aussi a l'intérieur avec le roi subtil qui vieillit et dont la santé décline et la lutte pour le pouvoir qui oppose le roi servant vérité et son frère Royal. Pour essayer de repousser les pirates rouges, le prince vérité décide d'entreprendre une quête insensée : aller chercher les Anciens au delà des montagnes et leur rappeler leur serment de venir en aide au royaume. Mais pour cela il doit laisser le royaume au risque que son frère ne s'en empare.Troisième tome d'une série prometteuse. Les deux premiers m'avaient bien plu surtout pour les personnages, l'intrigue manquant un tout petit peu de rythme. Mais je me rend compte a la lecture de ce troisième tome que ce n'était qu'une mise en place car dans celui ci tout s'accélère et il nous entraîne dans une multitude d'aventures car le héros FitzChevalerie doit faire face a de multiples adversaires que ce soit les pirates rouges mais aussi d'autres plus sournois qui profitent de l'ombre pour frapper. La grande force de ce livre réside dans l'utilisation efficace de tous les personnages bons ou mauvais qui servent tous a créer une ambiance de fin de règne. La multitude des personnages, qui dans d'autres livres nous auraient submergés, permet de donner du rythme a l'intrigue grâce aux rebondissements qu'ils provoquent. Un rythme qui ne faiblit pas une seule seconde durant tout ce tome et nous laisse en plein suspense et réclamant de lire le prochain tome. Un excellent épisode qui marque un tournant et qui ouvre de nouveaux horizons, relançant ,si cela était besoin, l'intérêt pour cette saga. Une réussite.

Zembla
10/10/13
 

Tout au long du livre, l'intrigue prend forme, puis des bouleversements arrivent. Robin Hobb signe là un tome majestueux, peut-être aussi bon que le premier, en tous cas bien meilleur, à mon goût que le deuxième. Elle a conservé ces points forts avec des descriptions souples, une narration entrecoupée de petites introductions, et nous entraîne, encore et toujours dans l'esprit de Fitz. Les chroniques postée ici sont de courts extraits... les véritables articles sont sur le blog !

nanet
10/06/13
 

Série l’assassin royal, 13 tomesPygmalion, 1998-2006Traductions de A. Mousnier-Lompré1. L’apprenti assassin 2. L’assassin du roi 3. La nef du crépuscule 4. Le poison de la vengeance 5. La voie magique 6. La reine solitaire 7. Le prophète blanc 8. La secte maudite 9. Les secrets de Castelcerf 10. Serments et deuils 11. Le dragon des glaces12. L’homme noir 13. Adieux et retrouvailles Il est conseillé, après le tome 6, d’intercaler la lecture de la série Les aventuriers de la mer (6 tomes) avant de reprendre au tome 7.Personnellement, je ne l’ai pas fait et ça n’a pas gêné ma compréhension.Voici une série de fantasy aussi décriée par les puristes du genre qu’adulée par les autres : à vous de choisir votre camp, en ce qui me concerne elle m’a offert nombre d’heures échevelées, fiévreuses et obsessionnelles.On rencontre Fitz Chevalerie alors qu’il a à peine 5 ans, et qu’il est parachuté au royaume de Castelcerf sous la garde du palefrenier Burrich. Bâtard royal, il possède deux magies puissantes en lui, le Vif et l’Art. Tous deux sont des formes de communication mentales très poussées, dont l’usage est très réglementé et inégalement autorisé.Complots de cour, royaume en danger, frère de loup, amours contrariés, batailles épiques et morales, noblesse de sentiments, il se cherchera et subira mille avanies tout au long de ces milliers de pages.Il est dès le départ infiniment attachant, tout autant que suprêmement agaçant avec ses sempiternels atermoiements.Son alter ego, le fantastique personnage du Fou, le talonne de très près quant à la fascination qu’il exerce.A eux deux, ils incarnent une multitude d’avenir possibles, ce qui nous soumet à des pages et des pages presque métaphysiques.Les tomes s’enchaînent, très différents les uns des autres, parfois dans l’action pure, souvent cérébraux, toujours frustrants : le découpage de l’édition française scinde en deux chaque tome en VO, c’est super énervant, au niveau du porte-monnaie aussi.Après le tome 6, qui constitue une fin en soi, on passe aux 35 ans de notre héros, et on repart pour de nouvelles aventures, avec pas mal de nouveautés.Mais arrivée au tome 10, j’ai ressenti une certaine lassitude envers l’action qui se traîne un peu, chaque mouvement pesé, considéré, expliqué et remis en perspective… J’ai perdu un peu de la magie qui m’enchaînait aux pages, qui me faisait boire des litres de tisane « pour faire comme Fitz »…En même temps c’était juste pas possible de ne pas pousser jusqu’à la dernière phrase de l’épilogue (qui est : « Je n’en demande pas davantage. »), et donc j’ai tenu bon.Las, les 2 derniers tomes ne m’ont pas fait revenir sur ma déception, et c’est finalement un peu écœurée que j’en termine avec Fitzounet.13 tomes, c’était un peu trop.Les 10 premiers pourtant, m’ont isolée du monde plus sûrement que les meilleurs bouchons d’oreille, c’était inutile de me parler, j’étais loin.Il faut juste savoir s’arrêter à temps, parfois….

SagnesSy
03/07/12
 

Avant tout, je tiens à préciser que j'ai laissé passer 6-7 mois entre le tome 2 et celui-ci, et c'était une erreur de ma part.J'ai eu un peu de mal à m'y remettre, je n'arrivais plus vraiment à situer certains personnages, comme Patience, et c'est après avoir lu plus de la moitié que je me suis souvenue, grace à l'auteur, que c'était la femme de Chevalerie, et donc la "belle mère" de Fitz! Le livre est réparti en 18 chapitres. J'ai trouvé le premier un peu trop long, on retrouve Fitz à Castelcerf, en train de combattre les Pirates Rouges sur les navires du Roi, tout en artisant avec Vérité pour repousser les ennemis. Les attaques sont de plus en plus fréquentes et Castelcerf ne sait comment s'en sortir sans séquelle et sans s'avouer vaincu. Vérité décide d'aller trouver les Anciens dans les montagnes afin de leur demander une aide ultime. J'avoue que j'espèrais voir Fitz partir au côté de Vérité, mais que nenni. Il reste à Castelcerf pour assister Kettrichen (je l'adore) et Subtil, dont il est toujours l'homme lige. Subtil est de plus en plus sénile, et drogué afin d'apaiser ses douleurs. On apercevra quand même son grand pouvoir d'Art dans ce tome, et ce à son détriment. Je ne peux m'empêcher de penser à Theoden et Grima dans le seigneur des Anneaux. A chaque passage, j'espèrais que le roi se réveillerait de son envoutement, mais il est vraiment malade et affaibli...Royal complote, tente de renverser le royaume en l'appauvrissant et en détournant les missives des autres peuples. Il est cruel, arrogant, insupportable! Robin Hobb arrive vraiment à nous le faire détester.Fitz est victime de son destin. Il va devoir choisir entre amour et fidélité à son Roi. Molly se révèle être une femme de caractère, on a de la peine pour elle mais j'espère qu'elle s'en sortira.J'étais déçue de ne pas voir plus souvent Vérité, un personnage que j'apprécie. On en apprend plus sur Umbre et Burrich.La tension monte crescendo, et j'avais du mal à lacher prise sur le livre. Je suis un peu restée sur ma faim dans ce tome, et suis surprise de la façon dont Robin Hobb l'achève. Je ne vois pas trop d'avenir pour Fitz, et pourtant, il y a encore 9 tomes derrière ça, donc cela veut dire qu'il va rebondir et les gens accepteront probablement son Vif. On termine quand même ce tome en se posant de nombreuses questions (Où sont passés certains personnages, qu'est il arrivé à Vérité, trouvera-t-il les Anciens? Que deviendra Fitz, etc etc...)

Ptitelfe
12/09/11
 

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.51 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie