L'attentat

KHADRA, YASMINA

EDITEUR : JULLIARD
DATE DE PARUTION : 18/08/05
LES NOTES :

à partir de
9,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

dans un restaurant bondé de tel-aviv, une femme fait exploser une bombe qu'elle dissimulait sous sa robe de grossesse. toute la journée, le docteur amine, israélien d'origine arabe opère à la chaîne les innombrables victimes de cet attentat atroce. au milieu de la nuit, on le rappelle d'urgence à l'hôpital
pour lui apprendre sans ménagement que la kamikaze est sa propre femme. il faudra l'audace rare de yasmina khadra pour oser aborder un tel sujet. dans ce roman extraordinaire, on retrouve toute la générosité d'un écrivain qui n'en finit pas d'étonner par son imaginaire et son humanisme.
10 personnes en parlent

Juifs et arabes Une déflagration. Le vacarme. Des corps mutilés. Un attentat vient de se produire dans un restaurant de Tel-Aviv. Pendant ce temps l’éminent chirurgien Amine Jaafari ne cesse d’opérer des patients. Il apprendra plus tard qu’en réalité, la kamikaze est sa femme. Des sentiments mêlés s’emparent alors de lui : l’incompréhension, la douleur, le déni, le besoin de vérité, la haine…Yasmina Khadra, auteur d’origine algérienne nous convie à la longue et douloureuse descente aux enfers de son personnage, méconnaissable, jusqu’à sa fin tragique.Ce récit à la première personne ne laisse pas indifférent. Il bouleverse, et questionne le lecteur.Connait-on vraiment la personne avec qui l’on vit ? Quelle est la part de secret que chacun garde en soi ?Si vous cherchez un roman léger passez votre chemin ! Mais sinon, il mérite vraiment d’être lu tant pour l’actualité de son propos en ce mois d’août 2014 où les combats entre israëliens et palestiniens s’intensifient que pour sa qualité littéraire.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Juifs et arabes Une déflagration. Le vacarme. Des corps mutilés. Un attentat vient de se produire dans un restaurant de Tel-Aviv. Pendant ce temps l’éminent chirurgien Amine Jaafari ne cesse d’opérer des patients. Il apprendra plus tard qu’en réalité, la kamikaze est sa femme. Des sentiments mêlés s’emparent alors de lui : l’incompréhension, la douleur, le déni, le besoin de vérité, la haine…Yasmina Khadra, auteur d’origine algérienne nous convie à la longue et douloureuse descente aux enfers de son personnage, méconnaissable, jusqu’à sa fin tragique.Ce récit à la première personne ne laisse pas indifférent. Il bouleverse, et questionne le lecteur.Connait-on vraiment la personne avec qui l’on vit ? Quelle est la part de secret que chacun garde en soi ?Si vous cherchez un roman léger passez votre chemin ! Mais sinon, il mérite vraiment d’être lu tant pour l’actualité de son propos en ce mois d’août 2014 où les combats entre israëliens et palestiniens s’intensifient que pour sa qualité littéraire.

On débute notre lecture sur un événement qui ne prendra tout son sens qu’à la toute fin du roman, ce n’est d’ordinaire pas un procédé que j’apprécie car au fil de mon avancée ce premier élément passe à la trappe et je ne cherche pas à élucider le mystère qui plane autour. Ici le résultat a été tout autre sur moi, je n’ai pas cessé de méditer à son propos et de chercher le sens qu’il avait. Malheureusement lorsque je termine le livre, je ne vois pas exactement le but de l’auteur, où il voulait nous emmener.L’idée de cette intrigue menée à la première personne est intéressante et dans l’air du temps. Combien de fois ce genre de drames se produit de nos jours, beaucoup trop en effet. Cette volonté de nous proposer la quête d’un mari qui se sent bafoué m’attirait pour son aspect psychologique. Or on ne peut décemment pas se mettre à la place d’Amine et par moments ses réactions nous semblent exagérées, exaspérantes.L’épaule sur qui se reposer qui lui est offerte est celle de Kim, une amie de longue date qui est très attachante, elle se veut protectrice et donne une réelle importance à leur relation. Elle n’est pas assez présente, j’aurais voulu plus d’images de cette bonté qu’elle offre sans compter.Le rythme est traînant, on découvre une plume descriptive et singulière qui prend son temps et évoque le contexte politique et religieux d’Israël. Ce ne sont pas des sujets qui me ravissent, je suis une personne qui préfère rester extérieur à toutes ses discussions houleuses et ne s’intéressent pas du coup à ces deux sujets.On relève quelques citations sublimes et très justes que j’ai pris plaisir à noter.Je suis juste heureuse d’être arrivée à bout de cette histoire dont j’imaginais le contenu bien différent. Un drame que j’ai vécu comme étant sans aucun espoir.

bookworm02
09/12/13
 

Roman intelligent, bien écrit et profondément humain, "L'attentat" évoque un sujet délicat dont Yasmina Khadra se sort particulièrement bien. L'auteur joue sur la corde sensible, l'aspect humain au coeur de la politique. Cest un livre très poignant. Amin est un personnage attachant ; on se sent concerné par ses questionnements, ses réactions et, finalement, l'intrigue repose autant sur la politique que sur l'individu, le facteur humain, à la fois unique et universel. Les émotions se bousculent : désespoir, fatalité, résignation, combativité, mais on finit quand même par se sentir un peu dépassé par cette situation inextricable. En dépit de quelques temps morts, l'intrigue est bien menée. On suit avidement Amin dans sa quête de compréhension et le dénouement brutal relève autant du gâchis que de la délivrance.

mycupoftea
04/09/12
 

L’attentat met en scène un homme, Amine, arabe naturalisé israélien. C’est un éminent chirurgien à Tel Aviv, il a acquis au fil des ans une solide réputation et il mène avec sa femme Sahem une existence bien confortable pour ne pas dire bourgeoise. La vie lui sourit pleinement jusqu’au jour où à lieu un attentat suicide dans un restaurant de la ville. Après avoir passé la journée à tenter de sauver les victimes, il apprend de but en blanc que le kamikaze n’est autre que sa femme tant aimée : Sahem. Tout s’effondre autour de lui, car jamais il n’avait soupçonné sa femme d’une quelconque appartenance aux milieux terroristes. Commence alors une quête désespérée qui le mènera à Bethléem puis à Janin, pour essayer de comprendre ce qui a poussé la femme qu’il pensait connaître, à commettre l’irréparable.C’est un roman bouleversant, d’autant plus qu’il est vraiment d’actualité. Khadra à travers son personnage se pose des questions, qui ne trouvent pas toujours de réponse bien sûr mais il a une certitude : « La vie d’un homme vaut beaucoup plus qu’un sacrifice »

fabula
08/06/12
 

Ce livre est absolument magnifique. Il ne fait pas peur, n'est pas violent inutilement. Il s'ouvre pleinement sur le monde qui nous entoure et nous force à regarder autour de nous. L'Attentat parle d'un sujet auquel on n'est pas vraiment concerné en France : celui des attentats et de la violence gratuite envers des causes qui nous dépassent.Peu d'entre nous on eu réellement affaire à ce genre d'histoire dans la vie réelle, mais lire ce livre est réellement un choc. Tant qu'on ne s'intéresse à ces histoires que par rapport aux info' on n'est pas concerné. Ce livre en fait beaucoup plus : ici, on parle de sentiments, de racisme... On entre dans la tête d'une personne pleinement concerné par ces problèmes et ça marche ! Impossible de voir notre monde de la même façon après avoir refermé ce livre. Le personnage central est vraiment très intéressant : il s'est battu pour se créer un statut social dans un monde ou sa religion personnelle est un réel problème, et, une fois qu'il y est arrivé, l'attentat vient détruire tout ce qu'il a construit.On se retrouve face à un homme qui ne comprend plus rien à ce qui se passe, qui est mis de côté pour une faute qu'il n'a pas commise. Il est seul, déprimé et part à la recherche de la vérité. L'Attentat est un livre que je conseille réellement à tout ceux qui voudraient en savoir plus sur le monde qui les entourent.

MademoiselleLuna
05/06/12
 

Le docteur Amine Jaafari est un chirurgien réputé qui opère à Ichilov, un hôpital de Tel Aviv. Arabe né dans une famille de bédouins (« un milieu pauvre mais digne »), il est sorti major de sa promotion et a demandé à être naturalisé Israélien. Son épouse depuis quinze ans, Sihem, est en vacances chez sa grand-mère à Kafr Kanna, près de Nazareth. Il attend son retour avec impatience.Après une opération réussie, Amine retrouve ses collègues à la cantine de l'hôpital. « Soudain, une formidable explosion fait vibrer les murs et tintinnabuler les vitres de la cantine. Tout le monde se regarde, perplexe [...]. - C'est sûrement un attentat, dit quelqu'un. » (page 18). Dix minutes après l'explosion dans ce fastfood bondé (des enfants y fêtaient un anniversaire), c'est l'alerte rouge, il y a plusieurs morts, les blessés sont amenés aux urgences, l'équipe médicale et les salles doivent être prêtes. « En moins d'un quart d'heure, le hall des urgences se transforme en champ de bataille. Pas moins d'une centaine de blessés s'y entassent. » (page 21). Amine et ses confrères opèrent toute la journée, chacun des dizaines de blessés : « J'ignore combien de personnes sont passées sur ma table d'opération. [...] Certaines interventions n'ont pas demandé beaucoup de temps, d'autres m'ont littéralement usé. » (page 23).Amine quitte l'hôpital après 22 heures, rentre chez lui en subissant plusieurs check-points et se couche après une bonne douche. Mais la sonnerie du téléphone le réveille à 3 h 20 du matin : c'est Naveed Ronnen, un de ses amis, haut-fonctionnaire de police, qui lui demande de venir immédiatement à l'hôpital. « J'ai vu des corps mutilés dans ma vie, j'en ai raccommodé des dizaines ; certains étaient tellement abîmés qu'il était impossible de les identifier, mais les membres déchiquetés qui me font face, là sur la table, dépassent l'entendement. C'est l'horreur dans sa laideur absolue... » (pages 35-36). Mais Amine reconnaît son épouse ; la bombe, c'était elle !Amine doit maintenant faire face à son chagrin, sa douleur, à la suspicion (et même à la haine) de certains de ses collègues, amis ou voisins, aux interrogatoires éprouvants et à l'enquête du capitaine Moshé : « [...] il faut impérativement que je sache comment une femme appréciée par son entourage, belle et intelligente, moderne, bien intégrée, choyée par son mari et adulée par ses amies en majorité juives, a pu, du jour au lendemain, se bourrer d'explosifs et se rendre dans un lieu public remettre en question tout ce que l'État d'Israël a confié aux Arabes qu'il a accueillis en son sein. » (pages 55-56).Ensuite « Reprendre une vie normale si toutefois... » et chercher à comprendre...[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
21/05/11
 

A travers le destin singulier d'un seul personnage et à partir d'un drame intime, Yasmina Khadra réussit la gageure de mettre en scène la réalité du conflit israélo-palestinien et le déchirement tragique entre ces deux peuples frères-ennemis condamnés à vivre ensembles. Mené à la manière d'une enquête policière, L'attentat est un roman sur l'intégrisme. C'est un voyage initiatique au cœur du terrorisme qui ébranle toutes les certitudes. C'est une incursion dans les méandres de la conscience humaine. Le sujet n'est pas évident, délicat même, mais le questionnement est sincère et respectueux, sans parti pris. Et dès les premières lignes le lecteur est passionné, pris par ce roman audacieux, son rythme haletant, son style brillant et sa forte charge émotionnelle.

Kara
07/12/10
 

Une mécanique infernale L’auteur évoque un sujet grave, le conflit israélo-palestinien, avec sincérité. Et même s’il n’échappe pas à certains clichés, Yasmina Khadra nous invite à réfléchir sur la motivation des kamikazes mais aussi sur les contradictions des hommes pris dans un engrenage qui les dépasse.

Bouleversant C'est un roman aux mots simples et forts et qui dresse le portrait d'un pays rongé par la terreur et le basculement vers le terrorisme. A lire.

Format

  • Hauteur : 20.60 cm
  • Largeur : 13.20 cm
  • Poids : 0.31 kg
  • Langage original : ARABE