L'autre cote du reve

LE GUIN-U

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 18/09/02
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Collection dirigée par gérard klein Lorsque George Orr dort, il rêve, comme tout un chacun. Mais lorsqu'il se réveille, au contraire de ce qui se passe habituellement, il découvre que ses rêves ont changé le monde. Et parce qu'il lui arrive aussi de faire des cauchemars, le monde réel se retrouve ravagé par des guerres nucléaires
et envahi par des extraterrestres. George Orr doit-il se débarrasser d'un aussi terrifiant pouvoir oe Ou bien doit-il l'utiliser dans l'intention redoutable d'améliorer le sort des humains oe Un des romans majeurs d'Ursula Le Guin, la grande dame de la science-fiction américaine, qui a obtenu plusieurs fois les prix Hugo et Nebula.
3 personnes en parlent

L'Autre côté du rêve d'Ursula Le Guin est un court roman de SF, Prix Locus en 1972. N'ayant jamais lu l'auteure et trouvant le pitch attractif, j'ai ce poche dans ma bibliothèque depuis des années. Cornwall a décidé de me faire tenter une troisième fois de le lire dans le cadre du défi Âne VS Papillon. Étrangement, ce roman entre dans le challenge Morwenna's list :pLorsque George Orr dort, il rêve, comme tout le monde. Mais lorsqu'il se réveille, au contraire de tout le monde, il découvre que ses rêves ont changé l'univers. Et parce qu'il lui arrive aussi de faire des cauchemars, le monde réel se trouve ravagé par des guerres nucléaires et envahi par des extraterrestres. George Orr doit-il se débarrasser d'un aussi terrifiant pouvoir ? Ou bien doit-il l'utiliser dans l'intention redoutable d'améliorer le monde ?Faisons fi de la couverture de Jackie Paternoster je vous prie (sauf Lorhkan), et penchons-nous sur l'intrigue.Tout le roman repose sur deux personnages : Orr, le rêveur qui change le monde, et Haber, le psychiatre qui veut contrôler les rêves d'Orr pour modeler le monde à son envie.Le premier rêve "effectif" (autrement dit, ayant changé l'Histoire) d'Orr est arrivé quand il était adolescent : il a rétroactivement fait mourir sa tante, qui le harcelait sexuellement, dans un accident de voiture six mois plus tôt. Il a été le seul à se rappeler l'ancienne réalité. Depuis, il a plusieurs fois changé le monde mais a peur de ce pouvoir qu'il ne contrôle pas et lui semble immoral, et cherche par tous les moyens à ne plus rêver. Suite à une prise importante de drogue (après apparemment qu'il ait créé une réalité qui a entrainé une guerre nucléaire), il est obligé par les autorités à aller voir un psychiatre. C'est Haber, qui, assistant à un rêve effectif, va se rendre compte que son patient n'est pas fou, et comprendre tout ce qu'il peut en tirer.Suite sur le blog LuneCe n'est pas parce que je dis n'importe quoi que j'ai tort.

LunePapillon
29/09/14
 

George Orr a peur de rêver et son souhait le plus cher est de ne plus rêver, car parfois ses rêves changent le monde. C’est un personnage que j’ai adoré, il est doux, tranquille, limite passif en fait et pourtant malgré tout ça très attachant. Les événements arrivent et il les laisse arriver et s’il y réfléchit beaucoup, s’il essaie d’arrêter tout, il assiste presque impuissant à l’histoire qui se déroule. Le monde dans lequel il vit est le notre, mais tout y est pire, la surpopulation fait que les gens crèvent de faim, il y a des guerres partout, la pollution a tout détruit, et les gens sont atteins de nombreuses maladies. Ça a un petit côté fin du monde en fait, mais George ne semble pas plus perturbé que ça par ce monde, il est à l’intérieur de celui-ci et cela lui convient. Bref sa façon d’être, m’a énormément plu, à la fois détaché et au cœur de tout. Par contre le psy Haber m’a complètement fait flipper, il m’a fait penser à un savant fou qui est persuadé de détenir le savoir et qui croit qu’il fait le bien simplement parce que c’est sa façon de voir les choses. Pas de remise en question, rien (et pour un psy ça craint un peu). Et le troisième personnage qui est Heather m’a beaucoup plu, une femme que j’ai adoré, qui a peur mais qui réfléchit, qui essaie d’aider George du mieux qu’elle peut et je l’ai trouvé vraiment chouette.L’histoire en elle-même traite beaucoup du rêve et des pouvoirs du rêve. Mais également de ce qui est bien ou pas, est ce qu’on doit changer les monde parce qu’on en a le pouvoir? Même si c’est pour le rendre meilleur? Et qu’est ce qui est le meilleur pour le monde? Honnêtement, plus ça allait et plus j’avais des frissons, pour moi tout devenait vraiment pire en pire, et j’avais très peur que ça se finisse très très mal. On est emporté par l’histoire et on remet beaucoup de choses en question nous aussi en même temps que George. Néanmoins c’est une lecture très difficile, il y a beaucoup de jargon scientifique – et dans un monde SF où certaines choses n’existent même pas – c’était pas mal compliqué. Il y a beaucoup de questions philosophiques aussi, surtout sur le rêve et sur le doute donc (sommes nous dans un rêve que quelqu’un est entrain de faire?) et franchement il y a des moments où je crois que je n’ai pas tout compris, surtout sur des événements qui se passent à la fin. Pourtant j’ai bien aimé, c’était super sympa, terrible également et ça faisait froid dans le dos. La fin m’a énormément plu, j’avais assez peur de celle-ci mais finalement je l’ai trouvé belle et sympa. Enfin voilà, un livre difficile mais très enrichissant, avec des personnages intéressants et une histoire complètement frappadingue mais qui fait limite peur (imaginez que tout ne soit que le rêve de quelqu’un…).

lasurvolte
31/12/13
 

C’est dans Le Club Jane Austen que le seul élément masculin du club offre ce roman à sa belle. C’est le genre de truc auquel je ne résiste pas, et puis Ursula Le Guin m’avait plu avec Terremer, enfin c’est en poche, donc bonne conscience. Mais je n’ai pas accroché des masses. George Orr est onirophobe. C'est-à-dire qu’il a peur de rêver. Ce en quoi il n’a pas tort, puisque chacun de ses rêves effectifs transforme la réalité. Ca pourrait se révéler tout à fait agréable, voire grisant, voire formidablement utile, si on pouvait diriger les rêves : hélas, c’est le domaine où l’inconscient s’exprime en plein, et franchement, nos inconscients, hein, bon, on n’est pas nombreux à se rêver en sœur Emmanuelle. Tout ceci est très problématique, et George espère le soutien et l’aide du docteur Haber, psychiatre parmi les meilleurs. Et là se pose la question : et si on pouvait se servir de ce don extraordinaire pour améliorer la vie sur terre ?... Eh bien tout ceci est compliqué. Il faut vraiment suivre les yeux grand ouverts, car chaque réveil a tout modifié tout en conservant le souvenir de l’ancienne réalité, tout ça s’additionne, plus les explications du psy, ça fait beaucoup. L’enfer est pavé de bonnes intentions, la fin justifie les moyens, mais s’il n’y a pas de fin, que faire des moyens, etc. De quoi gamberger pour ceux qui aiment ça ! Sylvie Sagnes

SagnesSy
07/09/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.11 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition