L'axe du loup

TESSON, SYLVAIN

livre l'axe du loup
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 18/01/07
LES NOTES :

à partir de
6,30 €

SYNOPSIS :

Pendant huit mois, Sylvain Tesson a refait le long voyage de la Sibérie au golfe du Bengale qu'effectuaient naguère les évadés du goulag. Pour rendre hommage à ceux dont la soif de liberté a triomphé des obstacles les plus grands, seul, il a franchi les taïgas, la steppe mongole, le désert de Gobi, les Hauts Plateaux tibétains, la chaîne himalayenne,
la forêt humide jusqu'à la montagne de Darjeeling. À pied, à cheval, en vélo, sur six mille kilomètres, il a connu ce qu'il a cherché de plein gré : le froid, la faim, la solitude extrême. La splendeur de la haute Asie l'a récompensé, comme les mots d'une très ancienne déportée heureuse de se confier à lui : « On a le droit de se souvenir. »
2 personnes en parlent

Pour l'auteur, le trajet suivi par des évadés du goulag vers la liberté sert de fil conducteur, ou de prétexte, à traverser la Sibérie (de Iakoutsk) jusquà Bombay, via la rive-est du lac Baïkal, la Mongolie et le Tibet. C'est l'occasion pour lui de rencontrer des populations et personnages divers, aux modes de vies et de pensées à la fois universels, par certains de leurs aspects, et tout à fait atypiques (ainsi pour le rapport entre les Russes qu'il rencontre et l'alcool). J'ai été particulièrement interpellé par la description de pratiques expiatoires tibétaines consistant à parcourir plusieurs dizaines de kilomètres en rampant ! A la différence de l'auteur, je n'en suis cependant pas admiratif...Sylvain TESSON cite abondamment des ouvrages de Salvomar RAWITZ (A marche forcée), Josef Martin BAUER (Aussi loin que me portent mes pas) et Ferdinand OSSENDOWSKI (Bêtes, hommes et dieux), sur les pas desquels il marche. Il ne tranche pas la question de la véracité du récit de Slavomar RAWITZ et m'a donné envie de relire cet ouvrage que j'avais apprécié, de même que celui de BAUER que j'avais adoré. En revanche je ne reprendrai pas la lecture du livre d'OSSENDOWSKI, rapidement abandonné en raison de son mysticisme délirant.J'ai beaucoup aimé la démarche de Sylvain TESSON et l'ouvrage auquel elle a donné lieu, tous deux intéressants des points de vue historique, géographique et sociologique. Je conseille donc son livre aux amateurs de récits de voyages. Apikrus

Apikrus
04/06/13
 

Sylvain Tesson est un baroudeur. Après avoir traversé l'Asie mineure à cheval et fait le tour du monde à vélo, le voilà sur les traces des évadés des goulags sibériens. A partir du récit de l'un deux, Slavomir Rawicz, il retrace leur parcours jusqu'en Inde et sans aucune aide mécanique (ou presque).Comme eux, il va traverser à pied (puis à cheval et à vélo) l'enfer sibérien, le désert de Gobi, la steppe mongole et l'Himalaya. Je ne suis pas une passionnée des récits de voyage et d'aventure, j'en lis peu car souvent je m'y ennuie assez vite. Mais, celui-ci m'a plutôt plu. Au delà des rencontres parfois inattendues, des anecdotes liées au risque du voyage et de la description des paysages parcourus, j'ai apprécié que l'auteur nous fasse partager ce que ce voyage solitaire lui a apporté. Ce n'est pas seulement l'accumulation des kilomètres parcourus qui est au coeur du livre mais aussi le voyage intérieur qu'ils procurent.

floaimelesmots
11/02/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.16 kg