L'ecorchee vive

LEGENDRE-C

EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 06/05/09
LES NOTES :

à partir de
12,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« elle est seule dans le hall quand elle découvre l'enveloppe dans la boîte aux lettres. elle est fébrile en l'ouvrant. elle s'y attend peut-être, elle en a l'intuition, que dans l'enveloppe elle ne va rien trouver de bon. elle la déchire. il y a une photographie : dans une cour d'école, de jeunes enfants déguisés. ils ont quatre ou cinq ans. dans
le haut de la photo il manque un visage, qui a été découpé. elle reconnaît les autres. et à travers le trou de son visage à elle, de son visage d'enfant, elle passe un doigt. » qui donc adresse à barbara son visage d'enfant découpé ? et pourquoi ? est-ce une menace ? une provocation ? la jeune femme, enfermée dans son joli corps, a un secret.
3 personnes en parlent

Barbara est "différente" : une malformation l'a affublée d'un visage monstrueux. Elle a vécu douloureusement avec ce physique jusqu'à une greffe à dix-huit ans : "(...) elle n'avait de handicap ni moteur ni mental, son handicap, c'était les autres." (p. 18). En couple depuis quelques mois avec François, elle ne parvient pas à lui révéler son passé, ce que fut son vrai visage...Un roman subtil, empreint d'une grande sensibilité, qui explore le sentiment de différence, le poids du regard d'autrui, l'importance de l'esthétique dans le sentiment amoureux, la quête identitaire de l'adolescence, le désarroi face à la dépression d'un être aimé, l'amour maternel... Canel

Canel
31/01/16
 

Barbara travaille, vit avec François. Une jeune femme comme une autre me direz-vous ? Non, car Barbara possède un douloureux secret. Enfant, elle est née avec une malformation très importante au visage, uns de ces handicaps physiques qui terrifient les autres et leur font prononcer le mot infâme de « monstre ». Barbara a été opérée mais jamais elle n’a voulu en parler à François par peur, par crainte. Pour couper avec son passé, elle est même allée jusqu’à déménager dans une autre ville. Un jour, elle reçoit une photo représentant plusieurs enfants où elle figure. Son visage a été enlevé. Ce n’est que le début d’une série d’envois anonymes. Qui peut lui vouloir du mal ? Barbara revient sur toutes ses années de l’enfance à son opération et raconte, cherche …J’ai aimé ce livre ! On suit la vie de Barbara: les paroles et le regard d’autrui, l’apprentissage à se protéger des autres, les failles, les blessures jamais guéries…Au fil des pages, on découvre sa personnalité qui évolue avec le temps. Il y a la peur des autres, la méchanceté gratuite ou non, ceux qui lui tendent la main ou se confondent dans la pitié. Mais le plus intéressant est l’évolution du comportement de Barbara, on la croit devenue forte depuis qu’elle a un visage comme tout le monde mais justement se fondre dans la masse quand la différence a toujours été présente se révèle bien difficile. On accède aux pensées de Barbara qui vont de l’incompréhension à la méchanceté. S’accepter avec un nouveau visage, comment le vivre ? Claire Legendre nous le raconte, nous entraîne dans la vie de Barbara.Une fois cette lecture commencée, je ne l'ai pas lâchée … La fin m’a laissée abasourdie, sonnée.Un coup de cœur pour ce livre en forme de grand plongeon.« On se fait des promesses, on ne se mettra pas en situation d’avoir honte, d’avoir mal, on n’ira pas titiller les petites plaies qu’on a au bout des doigts, on se protégera des risques, et quand on sera vieux, on ne se laissera pas dégrader, on se tuera avant. » http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
27/07/10
 

Barbara est une belle jeune femme épanouie qui partage sa vie avec François. En apparence, simplement. Barbara vient de couper les ponts avec sa mère, lassée de mentir, de louvoyer, de promettre. Un secret sur son passé risque de peser sur sa relation amoureuse, Barbara est prévenue mais elle ne souhaite pas l'entendre, ni qu'on lui répète. Impossible toutefois d'ignorer les lettres anonymes qu'elle reçoit, des photographies de classe avec sa tête en moins. Qui peut lui vouloir du tort ? Et pourquoi Barbara a enfermé ses propres albums et un épais dossier médical dans un coffre à la banque ? Car Barbara a été un monstre de laideur, repoussante avec sa gueule déformée depuis la naissance. Barbara a grandi en inspirant le dégoût, l'horreur, la répulsion. Longtemps condamnée à la solitude, elle a tenté de croire au bonheur, une intervention chirurgicale exceptionnelle a fini par lui offrir une plastique superbe, mais qu'en est-il à l'intérieur ? L'histoire montre que Barbara est une jeune femme fragile, marquée à vif, une écorchée avec des cicatrices. La simple vue du tableau Paulette de Soutine lui tire toutes les larmes de son corps, elle s'effondre et perçoit qu'on lui veut du mal. Qu'on cherche à la séparer de son amour. Et François lui-même ne peut pas l'aider, ne parvient plus à la comprendre. Etrange, étonnant. Voilà mon sentiment... Un roman où le chassé-croisé du pendant et de l'avant dresse un portrait sensible et touchant d'une jeune femme qui se sait monstre pour la vie. Je n'ai ni détesté ni aimé vraiment. C'est moins bon que La méthode Stanislavski que j'avais énormément apprécié.

Clarabel
03/07/09
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.24 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition