L'eloge De La Faiblesse, Dialogue Avec Socrate

JOLLIEN, ALEXANDRE

livre l'eloge de la faiblesse, dialogue avec socrate
EDITEUR : CERF
DATE DE PARUTION : 20/09/99
LES NOTES :
à partir de
16,00 €

SYNOPSIS :

Quatrième de couverture " Le livre d'Alexandre Jollien m'est infiniment précieux parce qu'il apporte un témoignage vivant, sincère et authentique
de cette conviction ancienne (puisque aristotélicienne) mais toujours menacée que l'homme est capable d'être, que l'homme est l'ami de l'homme. "
8 personnes en parlent

Alexandre Jollien est 'infirme moteur cérébral', il a passé son enfance et son adolescence dans une institution pour handicapés. Il garde de bons souvenirs d'amitié et de solidarité entre les pensionnaires, mais déplore le manque de subtilité de certains éducateurs. Il estime que le centre était trop coupé de l'extérieur et regrette d'avoir été confronté aussi tardivement et brutalement au monde des 'valides'. Son arrivée dans la 'vraie vie' lui a semblé difficile lorsqu'il a quitté l'institut pour suivre des études. « Aujourd'hui, on prône l'intégration ; à mon époque [années 80], on préconisait l'immersion : un groupe plongé dans un autre groupe. » Jollien évoque aussi le regard et le comportement des autres, les 'normaux' (l'occasion pour lui de revenir sur la notion de normalité), trop gentils ou pas assez. Moqueurs, condescendants ou trop attentionnés - surtout mal à l'aise et malhabiles, pour la plupart.Cet ouvrage est présenté dans la collection 'Philosophie' des éditions Marabout. Je l'ai plutôt perçu comme un manuel 'de développement/épanouissement personnel', selon la formule consacrée. Plutôt une philosophie personnelle que de LA Philosophie, donc : conseils pour apprendre à s'accepter tel qu'on est, à avoir confiance en soi, à s'affirmer, à trouver sa place dans la société. Les problèmes liés au handicap de l'auteur sont d'ailleurs applicables à d'autres types de 'différences'.Le choix de narration (dialogues fictifs avec Socrate) me semble un brin prétentieux. Je mets ça sur le compte de la jeunesse de Jollien, qui n'avait que vingt-quatre ans lorsqu'il a rédigé ce texte, de même que tous les poncifs, les bons sentiments et la naïveté du propos - une naïveté que l'auteur reconnaît en préface.Témoignage certainement émouvant, mais gentillet, superficiel et décevant si on s'attend à lire de la "philosophie", même simplifiée. Canel

Canel
28/09/14
 

Eloge de la faiblesse, écrit en 1999 alors qu’il a 23 ans, est le premier ouvrage d’Alexandre Jollien, ce philosophe handicapé moteur cérébral que l’on voit souvent sur les plateaux télé.C’est un état d’esprit que l’auteur a voulu transmettre : la joie de progresser sur les chemins hasardeux de l’existence. Il raconte ses 17 premières années passées dans un institut spécialisé où l’obsession était de ressembler aux normaux et où il fallait tirer parti de toutes les épreuves. Puis c’est le choc avec le monde extérieur lorsqu’il entreprend ses études ; il se rend compte alors que la pitié blesse plus que le mépris. Dans ce livre, il imagine une rencontre avec son premier guide, Socrate, sous forme d’un dialogue. Alexandre Jollien raconte son histoire à celui qu’il considère comme son maître. Avec lui, il se pose la question de savoir où se situe la frontière entre normalité et anormalité sans pouvoir y répondre. Parfois cette philosophie est un peu naïve, mais n’oublions pas que lors de l’écriture de ce livre, l’auteur est encore étudiant et n’a que 23 ans.Pour l’auteur, l’on ne naît pas homme, on le devient et cette aventure n’est pas sans joie.En effet, ce petit livre, plein d’émotion et d’humour est un hymne à la joie de vivre.

Ludeca
12/06/13
 

Ce livre n'était pas supposé me plaire mais il a réussi à suffisamment m'intriguer pour me séduire. J'ai apprécié le ton de l'auteur qui ne verse ni dans la philosophie de comptoir, ni dans le misérabilisme. On sent quelqu'un de déterminé qui n'a pas pour autant oublié ses souffrances, qui s'est construit de façon bien plus réfléchie que ne le font les non-handicapés.Il ne faut pas en attendre de révélations mais l'art de vivre qu'a adopté Jollien peut parler à tout un chacun. Il est à la fois personnel et universel mais, surtout, très différent des modèles que propose la société. Dans un monde où la faiblesse, la différence, la joie même, ne sont pas valorisées, l'auteur nous prouve que l'on peut tracer une route singulière sans pour autant se couper des autres. C'est vraisemblablement le point qui m'a le plus marquée et celui que je retiendrai de cette lecture.

mycupoftea
15/01/13
 

Un tout petit livre (moins de 100 pages) qui nous fait découvrir le handicap vu par Alexandre Jollien. En effet handicapé suite à un accouchement difficile, il nous raconte son parcours dans l'institution qui l'a accueilli pendant 17 ans et ensuite son adaptation dans "le monde réel" lorsqu'il prend une grande décision : entamer des études de philosophie.Il décrit autant le handicap physique que le monde qui l'entoure, qui le juge, ainsi pendant cet entretien fictif avec Socrate, il nous explique la différence entre "le normal" et "l'anormal".Un livre accessible à tous, qui se lit très rapidement, et j'espère pourra faire évoluer les mentalités et les moeurs qui entourent le handicap quel qu'il soit.

Bookinwoman
01/01/13
 

Mon avis : *** J’ai fait la connaissance d’Alexandre Jollien en lisant ce livre. Il raconte son parcours, en espérant que sa chronique vous incitera aussi à le lire. Alexandre est né le cordon ombilical autour du cou, les conséquences l’ont privé de son autonomie naturelle. A force de ténacité et de courage et après avoir passé dix-sept ans dans une institution pour personnes handicapées moteur cérébral, il donne des conférences et publie trois autres ouvrages. Dans cette autobiographie, il imagine recevoir la visite de Socrate, et il établit un dialogue avec cet illustre philosophe grec. Avec lui, Alexandre apprend à avancer, un certain art de vivre et la sagesse de celui qui sait supporter avec fermeté les accidents de la vie. On est obligé d’éprouver de l’admiration pour ce jeune homme et ces personnes malmenées par l’existence, un combat de chaque jour pour améliorer leur état et progresser sans cesse. Mais l’espoir persiste, la médecine avance, nos chercheurs font de plus en plus de nouvelles découvertes. Grâce à leur savoir et leur envie de contribuer au bien-être de ceux qui souffrent, peut-être trouveront-ils une solution… Alexandre nous donne une belle leçon de vie, nous, qui avons tout et trouvons encore le moyen de nous plaindre. Exercer l’art de la philosophie plus souvent nous permettrait de voir les choses du bon côté et de profiter de notre chance. Je vous recommande ce livre qui n’a pas été fait à la main mais dicté à un ordinateur qui a transcrit chaque parole. On sent pourtant que l’auteur y a mis tout son cœur ! 95 pages / 3,90€

madoka
02/07/12
 

Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier Club de Lecture et Marabout pour ce livre remporté lors d’un concours.Eloge de la faiblesse est écrit par Alexandre Jollien, un homme ayant passé dix-sept dans un Centre pour personnes handicapées. Il est lui-même handicapé.Eloge de la faiblesse tente et réussit le pari de nous pousser à la réflexion sur la différence entre ce qui est normal et ce qui ne l’est pas. Fort de son expérience, l’auteur nous démontre les richesses que peut contenir, qui sont parfois enfouies très profondément, une personne différente de la norme. Dans cette réflexion philosophique menée comme un dialogue avec un personnage imaginaire, mais ayant laissé une trace par ses propres réflexions, Socrate, Alexandre pose les pavés d’une vie dans la différence. Il est parfois très dur avec certaines personnes, et à d’autres moments, il montre une compassion et un amour sans limite pour telle autre personne. Après avoir défini ce qui est normal et ce qui ne l’est pas, l’auteur devient l’avocat des gens qui subissent l’œil plein de remontrances, de peurs, et d’ignorance d’autrui, tout en étayant ses propos de sa propre expérience. Le récit est extrêmement intelligent, sans jugement, seul le constat nécessaire donne matière à accepter, connaître et reconnaître la différence.Je remercie Club de Lecture et Marabout pour cette lecture.

Skritt
22/11/11
 

C’est une conversation entre un jeune homme et Socrate, un jeune homme handicapé qui au long de cette conversation expliquera au philosophe comment il a pu surpasser son handicap grâce à la philosophie.Il n’est pas question dans ce livre de philosophie compliquée et inaccessible au commun des mortels, mais comment l’auteur a pu se servir de la philosophie pour se surpassé lui-même, venir à bout de son handicap, ou du moins vivre avec lui du mieux possible.Compte tenu des étapes vécus par l’auteur qu’on est touché par ce livre, mais je dois reconnaître que je n’ai pas réellement accroché à la lecture de ce livre.Je m’attendais à autre chose, je reste impressionné par le chemin parcouru par Alexandre Jullien, mais son essai m’a fait un peu penser aux livres de « comment solutionner ta vie avec la philosophie » et ce n’est absolument pas le genre d’ouvrages qui m’interpellent.Pour conclure, je dirais que cette lecture ne rentrera pas dans les annales de mes lectures, ce livre n’était tout simplement pas fait pour moi. Mais je tiens à saluer l’auteur Alexandre Jullien qui a su dépasser les préjugés et d’une manière ou d’une autre se créer grâce à la philosophie.

Bouquinovore
05/11/11
 

« Très vite, j’eus l’intuition qu’en fuyant le handicap, on s’isole. Il est là, il faut l’accueillir comme un cinquième membre, composer avec lui. Pour ce faire, la connaissance de ses faiblesses me semble primordiale ».Alexandre Jollien est handicapé moteur depuis sa naissance. Placé dans un institut spécialisé, il était destiné à fabriquer des boîtes de cigares. Après 17 ans passés dans cet institut, il fait des études de commerces puis s’oriente vers la philosophie.Dans ce livre, sous la forme de dialogues entre lui et Socrate, il revient sur son histoire. J’ai reçu ce livre voyageur hier et j’ai abandonné ma lecture en cours pour ce livre. Je l’ai lu deux fois. La première fois, avec mon vécu de « personne dite handicapée » et la seconde, en essayant de me détacher de mes propres émotions ce qui a été impossible.J’ai pleuré car j’ai retrouvé des situations que j’ai vécues ou des paroles entendues. La différence qui trouble, la dépendance envers l’autre pour des gestes simples, les regards empreints de pitié, l’attitude du corps médical, savoir faire son deuil, vivre au jour le jour sans tirer des plans sur la comète…Alexandre Jollien décrit le parcours et la vie de la personne handicapée, l’image pré formatée du bonheur que la société nous renvoie mais sans jamais tomber dans le larmoyant, … C’est juste, très juste.A ma seconde lecture, j’y ai puisé de la force. Pour moi. Pour mieux vivre. Je vais acheter ce livre car je sais qu’il va encore m’apporter beaucoup. Un coup de cœur, une leçon de vie pour tous…« La différence trouble, décontenance l’homme dans son souci de perfection. Quant à la peur, elle rétrécit. » http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
27/07/10
 
  • Auteur : JOLLIEN, ALEXANDRE
  • Éditeur : CERF
  • Distributeur : SODIS
  • ISBN : 9782204063845
  • Date de parution : 20/09/99

Format

  • Hauteur : 20.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition