L'elue

LOWRY, LOIS

livre l'elue
EDITEUR : GALLIMARD-JEUNESSE
DATE DE PARUTION : 16/10/08
LES NOTES :

à partir de
6,70 €

SYNOPSIS :

Dans un monde archaïque et violent qui rejette les faibles, Kira ne doit sa survie qu'à son don exceptionnel pour la broderie. Le Conseil des Seigneurs l'a choisie pour restaurer et achever la fabuleuse Robe sur laquelle
est inscrite toute l'histoire de son peuple. Mais il lui faudra auparavant, avec l'aide du petit Matt, résoudre d'inquiétantes et sombres énigmes pour trouver la couleur qui lui permettra d'inventer l'avenir...
7 personnes en parlent

Il s’agit ici du tome 2 du Passeur. Bon ça ne se voit pas, il paraît indépendant (la preuve ma sœur l’a lu sans savoir qu’il s’agissait d’une suite), mais il me semble que tout doit se recouper au bout d’un moment. D’autant plus que quand on le sait, on a une référence au passeur à un moment.Cette histoire va se centrer sur celle de Kira. Elle vit dans un village un peu barbare, où on se débarrasse de ceux que l’ont considère inutile pour la société. On aurait dû se débarrasser de Kira d’ailleurs, car elle a une jambe handicapée, mais sa mère a réussi à la sauver. Sauf que depuis la mort de sa mère, les gens sont hostiles envers Kira, elle est considérée uniquement comme un poids. Le Conseil des Seigneurs va la sauver en quelques sortes, en lui donnant la tâche de restaurer la Robe du Chanteur, grâce à ses incroyables talents.Elle va alors faire la rencontre de Thomas, qui, lui, doit restaurer le bâton du Chanteur. Ils vont se lier d’amitié. Et avec Matt, un des garçons pauvres du village, toujours joyeux, ils vont former une belle équipe.Mais les choses ne sont pas si simples. Le village semble cacher des secrets et petit à petit, Kira va comprendre qu’elle n’est pas aussi libre qu’elle le pense.On sent, comme pour le Passeur, que l’auteure construit un monde (ici plutôt cruel) avec un village entouré de bêtes dangereuses (d’ailleurs ça m’a rappelé le film « The Village »), un monde qu’elle déconstruit au fur à mesure de son histoire, quand tout doucement on comprends que les choses ne sont pas ce qu’elles paraissent.Si le Passeur permet une évolution du monde, ici c’est plutôt Kira qui subit cette évolution, et non son monde.J’ai aimé les personnages, surtout celui de Matt, qui est adorable. Kira est un peu naïve, mais au fur à mesure de l’histoire elle ouvre les yeux. Thomas est plutôt adorable et il aide Kira. Bien sûr je me suis méfiée du Conseil des Seigneurs, parce que ça avait l’ait trop beau pour être vrai. Et puis ça ressemblait pas mal à de l’exploitation d’enfants quand même. Mais bon dans un monde où les Minots sont juste bons à être parqués et où règne la jalousie et la haine, ils paraissent presque gentils, je comprends donc la naïveté de Kira.C’était une super lecture, et j’ai vite commandé le troisième tome pour pouvoir m’y plonger.

lasurvolte
12/09/16
 

La mère de Kira vient de mourir d’une maladie inconnue. La jeune fille, déjà orpheline de père, se retrouve confrontée à elle-même dans un environnement hostile. En effet, elle vit dans un village peuplé par des rustres qui ne supportent pas les personnes handicapées, inutiles à la société. Or, Kira est boiteuse et le village veut la chasser. Un procès est organisé, mais en raison de ses dons de brodeuse, le Conseil des Seigneurs décide de la prendre en charge dans son palais afin qu’elle restaure la merveilleuse robe du Chanteur, sur laquelle est inscrite toute l’histoire de son peuple. Rassurée au départ, Kira va bien vite se poser des questions quant aux véritables motivations des Seigneurs et devra aussi faire preuve de courage pour apprendre à réaliser les teintures qui lui permettront de colorer ses fils, techniques que sa mère n’a pas eu le temps de lui enseigner avant sa mort…Uchronie dystopique, ce roman de Loïs Lowry se situe dans une époque archaïque et violente, un monde dans lequel les enfants sont traités et parqués comme du bétail, où le savoir est détenu par quelques privilégiés, où il est totalement interdit aux femmes d’apprendre à lire et où le handicap, vu comme une tare si horrible car ceux qui en souffrent ne peuvent pas travailler et deviennent un fardeau pour la société, est synonyme de mort dès la naissance. L’auteure pose ici selon moi les jalons de ce qui devrait composer une petite série car la fin de texte nous laisse réellement sur notre faim. Les personnages principaux comme secondaires sont peints avec beaucoup de précisions et plus nous avançons dans la lecture plus nous nous rendons compte que tout n’est pas aussi manichéen qu’il n’y paraît. Mais si le mystère devient de plus en plus opaque (nous obtenons quelques réponses à la fin, je vous rassure !), l’intrigue tarde à se mettre en place à mon goût et le tout manque un peu de piquant. L’univers est parfaitement décrit, la façon de parler des gens du peuple et surtout du petit Matt, le meilleur ami de Kira, vient apporter une bonne touche de réalisme à ce monde qui pourrait s’apparenter au Moyen-âge. Toutefois, je trouve qu’il manque un peu d’actions et c’est seulement lors des toutes dernières pages que la véritable aventure semble sur le point de commencer. Un peu frustrant ! J’attends donc de connaître la suite, si suite il y a ! Le tout forme néanmoins un bien joli roman d’apprentissage, à la fois sombre et féerique, qui permettra aux jeunes adolescents de réfléchir sur l’importance du savoir, de l’enseignement pour détenir un moyen de réflexion et de pouvoir alors que le manque de culture ne produit que violence et rejet de l’autre. http://leslecturesdenaurile.wordpress.com

Naurile
11/02/16
 

A la mort de sa mère, Kira s'inquiète d'être expulsée de la société dans laquelle elle vit. Elle qui était déjà née avec une handicap (un problème à la jambe) avait déjà réussi à échapper une première fois au Champ de la Séparation - lieu où sont enterré les morts et expulsé les vivants dont on ne veut pas - grâce à sa mère. Mais Kira a un don pour la broderie ce qui lui permettra de ne pas être exclue. Cependant, une société dans laquelle la violence est banalisée, les enfants maltraités et les personnes différentes condamnées vaut-elle la peine que l'on se batte y vivre?Ce que j'ai aimé:- C'est ce qui me plaît le plus dans ce genre de livre: découvrir une nouvelle société et en apprendre ses règles. Ici, les traditions et l'histoire ont une grande importance. Cependant, ce point positif un peu négatif: en effet, il m'a souvent manqué des détails sur les décors,sur l'origine de la société telle qu'elle est décrite et sur la fin aussi... Etrange fin by the way.- Matt... Matt est le meilleur ami de Kira, c'est un enfant pauvre, souvent crasseux et légèrement clepto sur les bords! haha Mais pffff il est trop drôle, attachant, désintéressé... Vraiment, si il faut une raison pour lire ce livre, cette raison c'est Matt!- Il y a une chose que j'ai trouvé vraiment originale c'est la manière dont on considère les différents stades de la vie. Les minots (les enfants), ont un nom à une syllabe; par exemple Matt est un minot. Kira est un peu plus vieille que lui avec son nom à 2 syllabes. Et cela va jusqu'à 4 syllabes comme pour Annabella, une vieille femme qui enseignera ses connaissances sur la teinture du fil à Kira.Ce que je n'ai pas aimé:- Le manque de précision dans les bases de l'histoire comme la hiérarchie par exemple: Le Seigneur des Seigneurs c'est le bosse... Voilà ce que j'ai appris.- Une traduction (ou un écriture de base) parfois un peu WTF. "Pourquoi les mots sont dans un ordre bizarre là?" ou bien "Peut-on vraiment donner cet adjectif là pour qualifier ce truc?". (Oui moi même je parle avec un incroyable talent, je sais.). Bref, je me retrouvais parfois à froncer les sourcils et ça c'est moche parce que les rides, c'est pas nos copines. - La couverture... Cette couverture qui me donne des boutons aux yeux et je ne peux même pas me gratter sinon je vais perdre une rétine! Non et puis alors... Quand je pense à la couverture du tome 3... Echos de Mots

EchosdeMots
15/11/15
 

De cette auteur je connaissais le Passeur, qui me nargue chaque fois que je le vois en librairie (parce que ça ressemble au titre de mon livre préféré, le Passage et que c'est chez le même éditeur). Aussi, aie-je décidé de la découvrir avec un autre titre prêtée par une amie. Comme ça semblait parler de couleur, et que je suis une adoratrice de ce domaine je m'y suis donc attelée.C'est une histoire à la fois remplie de tendresse et très dure en même temps. En plus, ça ne se fini ni bien ni mal, plutôt neutre. On découvre un univers alors futuriste sans l'être réellement vu que ça reste plutôt arriéré voire féodal. Un monde où les faibles sont jetés au Champ, endroit pour les hommes. On suit alors Kira, une jeune fille au don particulier de broderie, qui va se faire engager par le Palais pour rénover la Robe du Chanteur. C'est un personnage très fort malgré son handicap - elle boite à cause d'une jambe malformée - qui s'entend bien avec Matt - mon personnage préféré, adorable, indiscret, trop curieux, au langage rigolo, innocent et tout - et avec Thomas, qui était très fort aussi comme personnage. Jo était mignonne également.C'est une histoire assez triste, parce que je me suis doutée de la vérité, sur les bêtes, sur les bois, et sur la vérité qui se cache derrière la Brodeuse, le Sculpteur et la Chanteuse.C'était assez dur, aussi. J'ai beaucoup aimé la partie sur les couleurs, sur le bleu également, et comment on parvient à trouver cette couleur jusqu'alors disparue.La fin m'a un peu rendue triste, j'en voulais un peu plus, parce du coup elle est peut-être un peu trop ouverte, on a l'impression qu'il pourrait y avoir une suite....Mais sinon, j'ai beaucoup aimé.

yuukichanbaka
12/07/13
 

Tisser l'avenir du monde Dans le monde où Kira est née, toute personne atteinte de la moindre petite infirmité est éliminée, livrée en pâture aux bêtes sauvages. Kira est née boiteuse mais sa mère a réussi à la protéger jusqu’à présent. Pourtant après qu’elle meure d’une brusque maladie, Kira se retrouve face à son destin. Le procès que lui intentent ses voisins mal-intentionnés va décider si elle doit partir à son tour se livrer à la mort horrible. Si en revanche on lui accorde le droit de rester en vie, Kira, au fond d’elle-même, sait qu’elle ne sera pas une bouche à nourrir, un fardeau car elle proposera ses talents de conteuse, ou ceux de brodeuse, et cultivera son bout de jardin. Kira est déterminée à accepter son sort avec fierté et droiture. Mais à son immense surprise, le Conseil semble prendre son parti et même parait en savoir plus à son sujet qu’elle n’aurait jamais pu l’imaginer… Une écriture fine, l’intrigue qui se noue progressivement, la toile de fond d’une grande beauté, font de la lecture de ce livre superbe un moment inoubliable. A (re-)découvrir absolument.Dès 12 ans

Je suis étonnée d'avoir autant apprécié ce livre. Il est très axé jeunesse alors je ne pensais pas être autant captivé. C'est une agréable surprise.Kira vit dans un monde où seuls ceux qui sont capables de servir la société ont le droit de vivre. Ceux qui sont infirmes sont emmenés au Champs pour y trouver la mort. Kira est infirme, elle a une malformation à la jambe. Elle doit sa vie à sa mère, qui s'est battue pour la garder. Mais à la mort de ses parents, seul son don pour la broderie l'a encore maintenu en vie. Les Seigneurs ont besoin de son don pour réparer la Robe du Chanteur. Une Robe exceptionnelle qui retrace l'histoire de son peuple depuis la nuit des temps. Pendant son apprentissage, elle constate que la couleur bleue manque, personne ne sait sur quelle plante la trouver pour faire les fils. Seul un petit village, interdit, l'a. Kira & Matt, son jeune amie fidèle, vont alors tout faire pour découvrir ce mystère & iront de découvertes en découvertes..J'ai commencé à le lire sans en penser quoi que ce soit. Comme je le disais, c'est un livre très jeunesse donc je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait quelque chose d'exceptionnel. Néanmoins, l'écriture & le suspense nous pousse à toujours en lire plus. L'auteur nous intrigue très vite, que ce soit sur cette fameuse couleur qui manque ou même sur le village en lui-même. Il y a beaucoup de choses non-dites ou déformées.. Ce qui donne une fin exceptionnelle, à laquelle on ne s'y attend pas. Une fin magnifique.On s'attache forcément à Kira. Dès le début. On ne sait pas vraiment son âge. Ainsi qu'à tous les personnages. On le sait à peu près par rapport aux syllabes de leur prénom. Kira a deux syllabes, on peut donc en déduire qu'elle est adolescente puisque les enfants n'en ont qu'une & les adultes, trois. On sait que sa vie a rarement été rose, à cause de son handicap mais aussi à cause de la mort de ses parents, ce qui la rend encore plus attendrissante. Elle est très forte & courageuse.J'aime beaucoup Matt. Un petit garçon de la Pagne qui a une drôle de façon de parler (un genre de patois), très autonome pour son âge & qui apprend les petites choses de la vie aux côtés de Kira. Très généreux & fidèle, il est adorable.J'aime bien la petite Jo aussi. Elle m'a ému la première fois que Kira & Matt l'ont rencontré..Il y a donc du suspense & pas mal d'intrigues. C'est un très bon roman jeunesse que je conseille à tout le monde. On ne s'ennuie pas, l'écriture est très fluide & l'histoire est prenante. Que demander de mieux ?

gr3nouille2010
24/01/12
 

Littératures de l'imaginaire Ouvrage également disponible sur le réseau des médiathèques communautaires

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.15 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : BEE FORMENTELLI

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie