L'enfant de noe

SCHMITT ERIC-EMMANUE

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 14/04/04
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 10 jours ouvrés
à partir de
15,20 €

SYNOPSIS :

" - nous allons conclure un marché, veux-tu ? toi, joseph, tu feras semblant d'être chrétien, et moi je ferai semblant d'être juif. Ce sera notre secret, le plus grand des secrets. toi et moi pourrions mourir de trahir ce secret. juré ? - juré. " 1942. joseph a sept ans. séparé de sa famille, il est recueilli par le père pons, homme
simple et juste, qui ne se contente pas de sauver des vies. mais que tente-t-il de préserver, tel noé, dans ce monde menacé par un déluge de violence ? un court et bouleversant roman dans la lignée de monsieur ibrahim et d'oscar et la dame rose qui ont fait d'eric-emmanuel schmitt l'un des romanciers français les plus lus dans le monde.
3 personnes en parlent

C'est un roman du cycle de l'invisible. On aborde le judaïsme et de catholicisme par le biais des enfants juifs cachés pendant la seconde guerre mondiale. Il peut sembler un peu trop simpliste et optimiste mais ce côté "léger" n'empêche pas de nous poser des questions sur nos convictions et sur ce que nous sommes prêts à accepter de l'autre.Il y a des passages très touchants et d'autres drôles mais on y voit deux enfants en particulier, deux enfants juifs avec des réactions différentes face à ce qu'il leur arrive.je n'ai pu lâcher ce roman jusqu'à la fin. http://ramettes.canalblog.com/archives/2012/04/05/23937963.html

ramettes
11/04/12
 

La guerre est finie et Joseph, 10 ans, attend à la Villa Jaune, avec le père Pons le retour de ses parents. Il se souvient de ce qui s'est passé durant ces années de guerre.Du coup, le lecteur sait tout de suite que Joseph est en vie et va continuer sa lecture pour savoir ce qu'il a vécu pendant 3 ans.Bruxelles, 1942, Joseph a 7 ans. Ses parents, Juifs, doivent se cacher et le laissent quelque temps chez le comte et la comtesse de Sully qui le font passer pour un neveu. Mais, suite à une dénonciation, il n'y est plus en sécurité et les nobles l'envoient chez le père Pons.J'aime beaucoup la description du prêtre : « L'homme, long, étroit [...]. Son corps semblait immatériel, [...]. » (page 37). « En revanche, la tête jaillissait, rose, charnue, vivante, neuve, innocente, tel un bébé sortant du bain. » (page 38). Et comme il est chauve, Joseph l'associe à une pierre ponce.Après une balade de 35 km à vélo, Joseph et le père Pons arrivent à Chemlay où Mademoiselle Marcelle, la pharmacienne, surnommée Sacrebleu, nettoie l'enfant et lui fournit de faux papiers Joseph Bernstein devient alors Joseph Bertin, un vrai petit chrétien de 6 ans, orphelin. Puis le père Pons le conduit à la Villa Jaune où un grand, Rudy lui sert de parrain.En tout cas, Joseph est déjà très lucide : « Ce n'est pas la chance qui te manque, Rudy, c'est la cervelle. » (page 65) et « Pourquoi étais-je si excité de me rendre à la messe ? Sans doute sentais-je qu'il y avait un fort bénéfice à devenir catholique : cela me protégerait. Mieux : cela me rendrait normal. Être juif, pour l'instant, signifiait avoir des parents incapables de m'élever, posséder un nom qu'il fallait mieux remplacer, contrôler en permanence mes émotions et mentir. Alors quel intérêt ? J'avais très envie de devenir un petit orphelin catholique. » (page 38).Un soir, Joseph découvre le secret du père Pons dans la vieille chapelle désaffectée.[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
21/05/11
 

Très belle histoire Eric-Emmanuel Schmitt excelle dans l'art de raconter des épreuves terribles tout en montrant au lecteur la beauté de la vie. Le roman est construit autour d'une relation, forte, entre le père Pons qui tente de sauver des griffes des nazis un enfant juif.

Format

  • Poids : 0.25 kg