L'enfant de sable

BEN JELLOUN, TAHAR

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 01/09/85
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Ahmed, huitième fille d'un couple sans héritier mâle, a été élevée comme un garçon. Découvrant peu à peu sa féminité, elle choisit toutefois d'assumer la révolte
de son père, de vivre en homme. Elle épouse une fille délaissée, bientôt sa complice dans la vertigineuse descente aux enfers du mensonge social le plus fou.
2 personnes en parlent

Je ne me suis pas laissée assez enliser dans les sables mouvants dans ce livre, car paradoxalement l'auteur est très bon - trop bon ! - poète, outre que les voix narratives s'emmêlent beaucoup. Peut-être me suis-je mis des barrières inconscientes car la souffrance ressentie par Ahmed - ou Zahra, née fille mais niée comme telle et élevée comme un garçon, est retentissante : à la violence d'être dépossédée de son corps s'ajoute celle qui, dans cette société, réduit au silence tout être né de sexe féminin. Un roman écorché vif !

Ce livre est l’histoire d’un secret. Dans une ville arabe, se tient un conteur qui montre à l’assistance un grand cahier en disant : « Le secret est là, dans ces pages, tissé par des syllabes et des images. Il me l’avait confié juste avant de mourir » (p. 12). La foule questionne alors : « Et qui fut-il ? ». Cet être énigmatique dont l’histoire nous est contée a été prénommé Ahmed par son père. Il est issu d’une famille comptant 7 filles, ce qui constitue une malédiction pour le père d’Ahmed qui n’a pas d’héritier mâle. Il a donc décidé que la huitième naissance serait celle d’un garçon. Or, le destin s’acharne puisque la mère met au monde une huitième fille. Qu’importe, pour le reste de l’humanité, cette fillette sera un garçon. Comment Ahmed va-t-il grandir au cœur de ce secret ?Ce roman m’apparaît comme une œuvre véritablement énigmatique, d’un abord ésotérique. Cet aspect peut séduire le lecteur, mais peut aussi le rebuter. Si, au départ, je me suis laissée porter par le mystère des mots, je me suis vite perdue parmi tous les conteurs qui se multipliaient, offrant au lecteur des versions bien différentes de l’histoire d’Ahmed.L’écriture de Tahar Ben Jelloun est très poétique, métaphorique et donne au style une tournure très belle mais aussi très difficile à suivre. Ainsi, par exemple, Ahmed a laissé au conteur chargé de narrer son histoire quelques clés, « des signes à déchiffrer » (p. 189). « La première métaphore est un anneau comportant sept clés pour ouvrir les sept portes de la ville » (p. 189). Ainsi, le conteur ouvre tour à tour ces sept portes par le pouvoir des mots. Figurent ainsi la porte du jeudi, celle du vendredi, la dernière étant « la porte des sables », en écho au titre du roman.Cette œuvre fait réfléchir le lecteur sur l’identité : comment se construire homme, ainsi que le demande le père, quand on a un corps de femme ? Puis comment échapper à la loi du père pour se reconstruire femme ? Ahmed fera diverses expériences bouleversantes à ce sujet, en s’exhibant dans un cirque notamment. Il nous questionne également sur le poids du secret, du mensonge familial, le poids de la tradition et de la religion. Il interroge aussi la question des mots, du récit oral qui porte un secret par la bouche des conteurs, véritables griots. Le roman magnifie le langage écrit, à travers la correspondance d’Ahmed avec un mystérieux inconnu. Parlant de la tenue d’un journal intime, l’auteur rapporte les paroles d’un poète égyptien : « De si loin que l’on revienne, ce n’est jamais que de soi-même. Un journal est parfois nécessaire pour dire que l’on a cessé d’être » (p. 11-12).Si le sujet abordé ici peut paraître original et puissant (l’identité sexuelle, sexuée d’un être vivant dans un pays arabe), l’écriture trop sibylline peut décourager. La fin notamment m’a paru terriblement absconse et m’a beaucoup déçue.Si le lecteur souhaite prolonger les thèmes de « L’enfant de sable », il pourra lire « La Nuit sacrée » (prix Goncourt 1987). Seraphita

Seraphita
30/12/11
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.23 kg
  • Langage original : ARABE