L'ennemi intime

ROTMAN, PATRICK

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 09/02/02
LES NOTES :

à partir de
7,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Ils avaient vingt ans et ils ne laisseront à personne le soin de dire que ce fut l'âge le plus terrible de leur vie. Appelés ou engagés, deuxième classe ou officiers, balancés dans le chaudron de la guerre d'Algérie, ils ont accompli des actes dont jamais ils ne se seraient crus capables. Il faut plonger dans l'affreuse réalité de la guerre pour comprendre pourquoi un jeune engagé de dix-neuf ans peut écraser la tête d'un Arabe à coups de pierre, comment un gamin de vingt ans arrive à tourner la magnéto, abattre à bout portant un blessé, violer une jeune fille. Comprendre pourquoi les autres, complices dans le silence, indifférents ou désespérés s'accoutument. Pendant des
mois, Patrick Rotman a recueilli des témoignages d'hommes qui avaient été confrontés à la violence extrême : torture, exactions, sévices du FLN, viols, exécutions sommaires. Cette trentaine de récits, concrets, brutaux, parfois insupportables, se mêlent à l'histoire de la guerre d'Algérie.L'ennemi intime raconte la spirale infernale qui transforme un homme ordinaire en bourreau banal, décrit ce processus où les barrières morales, éthiques, humaines s'effondrent.L'ennemi intime explore les ténèbres de l'âme, ces contrées vertigineuses où se tapit la bête, fouille la zone obscure qui chez l'homme se refuse à l'humanité.L'ennemi intime, c'est celui qui est en nous.
1 personne en parle

La sortie prochaine du film de fiction « L'ennemi intime » de Florent Emilio Siri consacré à la guerre d'Algérie m'a mené à relire cet ouvrage éponyme de Patrick Rotman sorti en 2002.Avant tout, Patrick Rotman n'est ni historien, ni combattant de l'époque. Mais il va nous parler d'histoire, d'histoire de la guerre, d'histoire de la guerre révolutionnaire.De fait, l'ouvrage de Patrick Rotman est un assemblage de témoignages. Témoignages d'acteurs majeurs, d'engagés et surtout d'appelés du contingent. Son sujet central est clairement la torture durant la Guerre d'Algérie, ses origines, l'engrenage de son développement, sa justification à tous les niveaux de l'engagement des militaires français.L'intérêt principal du livre de Patrick Rotman est d'essayer de comprendre le « comment en est-on arrivé à pratiquer la torture au niveau de l'individu » et « comment vit-on avec cela 40 ans après les événements ? ».Pour le reste, Patrick Rotman passe à côté du sujet historique en ne situant pas le problème dans sa perspective historique, dans toute sa perspective, en se concentrant sur des témoignages. Dommage, le sujet mérite mieux : contexte de la guerre d'Algérie, comment en est-on arriver là, les faits avérés, les responsabilités engagées, les séquelles pour les victimes et pour les tortionnaires, pouvait on faire autrement ?A se concentrer sur les témoignages personnels, l'auteur minore le cycle qui amène les violences à se superposer l'une à l'autre : l'engrenage de la guerre révolutionnaire. Car le vrai enjeu est bien de faire basculer la population vers un camp ou vers l'autre. Et la volonté de gagner les cœurs se transforme vite en une pratique de la terreur. Et aux égorgements et autres traitements horribles sur les représentants traditionnels de la population et les soldats français répondent vite la recherche du renseignement pour détruire l'insurrection et la peur des appelés qui se répercute dans ses interactions avec les populations.Les militaires français n'ont pas échappé au terrible engrenage, pouvaient ils faire autrement ? Fallait-il faire autrement ? L'historien n'a pas de réponse évidente. Car, de facto , c'est admettre qu'il fallait, devant une guerre révolutionnaire et sans combattre, abandonner l'Algérie...Au final, la torture a-t-elle fait perdre la guerre d'Algérie ? Pourquoi pas ? Mais si elle a fait perdre un camp, la terreur a contribué à faire gagner l'autre camp. Et c'est là une autre faiblesse du film: ne pas faire parler l'autre camp. Les acteurs algériens du MNA et du FLN, la population soumise au cycle de la terreur. Pourquoi faire parler seulement les acteurs du camp français : un harki, quelques pied-noir, quelques engagés et beaucoup drappelés ?Alors, la torture en Algérie, une réalité ? De fait, une évidence. Une évidence condamnable ? Sans conteste ! Mais pour l'histoire mais aussi la morale, il reste toujours à écrire un ouvrage historique sur le sujet.Et pour conclure, je ne peux que conseiller l'excellent et subtil film de Pierre Schoendorffer consacré au sujet : « Pour l'honneur d'un capitaine ».

birhacheim
22/05/09
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.36 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition