L esprit du terrorisme

BAUDRILLARD J

livre l esprit du terrorisme
EDITEUR : GALILEE
DATE DE PARUTION : 09/01/02
LES NOTES :

à partir de
16,00 €

SYNOPSIS :

Des événements mondiaux, nous en avions eu, de la mort de diana au mondial de football - ou des événements violents et réels, de guerres en génocides. Mais d'événement symbolique d'envergure mondiale, c'est-à-dire non seulement de diffusion mondiale, mais qui mette en échec la mondialisation elle-même, aucun. tout au long de cette stagnation des années 1990, c'était la " grève des événements ". eh bien, la grève est terminée. les événements ont cessé de faire grève. nous avons même affaire, avec les attentats de new york et du world
trade center, à l'événement absolu, la " mère " des événements, à l'événement pur qui concentre en lui tous les événements qui n'ont jamais eu lieu. Que nous ayons rêvé de cet événement, que tout le monde sans exception en ait rêvé, parce que nul ne peut ne pas rêver de la destruction de n'importe quelle puissance devenue à ce point hégémonique, cela est inacceptable pour la conscience morale occidentale, mais c'est pourtant un fait, et qui se mesure justement à la violence pathétique de tous les discours qui veulent l'effacer.
1 personne en parle

Les années 90 sont marquées par une "absence d'évènement symbolique" d'envergure mondiale, phénomène que l'auteur qualifie de "grève des événements". L'attentat du 11 septembre incarne à ce titre un profond bouleversement, cet "évènement absolu" nécessite une prise de recul, et suscite une réaction ambiguë. La condamnation morale est unanime mais chacun éprouve une secrète et profonde jubilation. L'auteur montre que l'image d'une puissance mondiale fragilisée, à la source de la violence qui la met désormais en péril, satisfait notre "imagination terroriste". Cette complicité inavouable avec ceux qui choisissent de s'attaquer à un "système dominant" est le propre de l'homme."Cela dépasse de loin la haine de la puissance mondiale dominante chez les déshérités et les exploités, chez ceux qui sont tombés du mauvais côté de l'ordre mondial. Ce malin désir est au cœur même de ceux qui en partagent les bénéfices. L'allergie à tout ordre définitif, à toute puissance définitive est heureusement universel..." (p. 12) En effet, plus grand devient un pouvoir, plus grand est le désir collectif de le détruire, de provoquer son effondrement symbolique : il s'agit alors d'un "transfert terroriste de situation" Le terrorisme d'aujourd'hui est diffus, insaisissable, ses acteurs utilisent les armes de l'ennemi, dernières technologies et capitaux illimités :"Le terrorisme, comme les virus, est partout. Il y a une perfusion mondiale du terrorisme, qui est comme l'ombre portée de tout système de domination, prêt partout à se réveiller comme un agent double" (p. 17) "C'est le monde lui-même qui résiste à la mondialisation" (p. 20)Cette forme de menace, qui intègre au pacte symbolique une véritable structure opérationnelle, crée un terrorisme mental subtil, la peur intègre la vie quotidienne. Le 11 septembre ressuscite non seulement l'événement mais l'image, devenue à la fois multiplication, diversion, neutralisation.

sovane
28/10/11
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.09 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition