L'evangile selon pilate

SCHMITT ERIC-EMMANUE

EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 30/03/05
LES NOTES :

à partir de
19,80 €

SYNOPSIS :

dans le jardin des oliviers, un homme attend que les soldats viennent l'arrêter pour le conduire au supplice. quelle puissance surnaturelle a fait de lui, fils de menuisier, un agitateur, un faiseur de miracles prêchant l'amour et le pardon ? trois jours plus tard, au matin de la pâque, pilate dirige la plus extravagante des enquêtes policières. un cadavre a disparu et est réapparu vivant ! y a-t-il un mystère jésus ? a mesure
que pilate avance dans son enquête, le doute s'insinue dans son esprit. cette nouvelle édition, revue par l'auteur, est suivie du journal d'un roman volé, un texte inédit qui a accompagné l'écriture de l'evangile selon pilate. eric-emmanuel schmitt y exprime son trouble, ses doutes, ses scrupules et son enthousiasme au moment de faire revivre cette figure et cette parole qui ont fondé notre civilisation occidentale.
10 personnes en parlent

E-E. Schmitt, je le juge souvent un peu trop gentillet.Une exception notable, c'est ce roman : revisiter les Evangiles du point de vue du procureur Ponce Pilate (rien à voir avec les exercices physiques pour sculpter son corps), c'est l'assurance de changer de point de vue.On a même 2 points de vue de sceptiques sur la fonction de Sauveur de l'Humanité concernant Jésus de Nazareth : Ponce Pilate va peu à peu croire à ce Sauveur, et Jésus lui-même aura bien du mal à croire à ce rôle qui lui tombe sur les épaules...Un regard décalé, assez original. NickCarraway, bibliothécaire à Halluin

NickCarraway
28/02/15
 

L’histoire :Eric-Emmanuel Schmitt revient sur l’histoire de Jésus de Nazareth, de son ascension au statut de Messie à son arrestation, puis de sa crucifixion par Pilate à sa résurrection.Un peu de réflexion…Ce livre peut être interprété comme une relecture de la Bible par un romancier qui a découvert sa foi sur le tard, au milieu du désert. Que cela ne fasse pas fuir les lecteurs potentiels ! Bien au contraire. L’auteur, tout en restant fidèle aux faits historiques et légendaires, s’approprie les personnages pour amener son récit vers une quête spirituelle et une réflexion sur la foi. Jésus va ainsi être un homme peu convaincu, qui remet sans cesse en question les théories religieuses juives. Il est décrié par tous, adoré, mais n’arrivera jamais à se considérer comme le Messie. Quant à Pilate, personnage sur lequel on connaît somme toute peu de choses, l’auteur en fait un homme politique de pouvoir, sans préjugés négatifs, qui va peu à peu être amené à réfléchir sur Jésus et son message par l’intermédiaire de sa femme Claudia.Les points positifs ?- L’audace de faire un livre sur la religion, qui reprend la Bible.- La construction du livre en 2 parties : la première est contée par Jésus et relate son parcours jusqu’à son arrestation ; la seconde présente les ressentis de Pilate, tels qu’il les écrit à son frère Titus depuis la crucifixion de Jésus jusqu’à la résurrection.- La présence, comme dans La part de l’autre du même auteur, du journal de l’écrivain tout au long de l’écriture. C’est une introspection que le lecteur est autorisé à voir. Elle nous permet de saisir les sentiments d’Eric-Emmanuel Schmitt sur l’écriture de ce livre en rapport avec son parcours intime. Mais aussi elle permet à l’auteur d’éclaircir certains points du récit, comme une étude de texte.Les points négatifs ?Aucun, je trouve ce roman entièrement abouti.En bref ?J’ai passé un moment excellent, mais je tiens à dire qu’il ne faut pas avoir peur du côté « religieux » du livre. Il faut vraiment le voir comme un roman historique et théologique. Marylin

marylinm
21/11/13
 

Une vision étrange et bienveillante des derniers jours du Christ, vision selon Pilate. Queks étranges personnages, que ces deux là qui vont parcourir ensemble la fin de vie de Jésus. L'auteur nous offre l'image d'un Pilate déculpabilisé, j'ai beaucoup aimé le style, et surtout cette version de l'histoire qui n'est pas pour une fois dans la plainte ou la douleur mais dans du récit MurielDMR

Muriel72
01/07/13
 

Ce livre m'a surprise. En même temps, je me doutais que ça serait un peu particulier, parce que ça fait longtemps que j'ai compris qu'Eric-Emmanuel Schmitt est aussi étrange que son nom. Et, finalement je me suis pas trompé.Au début, j'avais du mal à croire que le personnage de la première partie était Jésus. Parce qu'il était humain. C'est un peu bête comme constatation, mais j'ai toujours imaginé autre chose, et là, qu'on me propose une autre version ça m'a paru étrange, et pourtant j'ai vraiment adhéré, que ce soit à l'écriture ou à l'histoire. J'ai beaucoup aimé ce personnage de Jésus, comment il raisonne, comment il évolue, comment il change. J'ai totalement accrochée, et je tournais les pages pour retrouver ça et là des passages que je connaissais (merci mes leçons de catéchismes) et que bien souvent je n'avais jamais vu de cette façon là (la mort et résurrection de Lazare)Puis, à la deuxième partie, j'ai réellement eut l'impression de m'immerser dans une intrigue policière mené par Ponce Pilate, tant le genre était utilisé. Notamment quand il va voir Hérode, ou même à d'autres passages. Il a quand même réussi à me faire douter de mes croyances (la résurrection de Jésus), et pourtant, je me doutais que de toute façon il ne pourrais pas forcément le nier. J'ai beaucoup aimé sa femme à Ponce Pilate, et j'ai vraiment aimé comment pareil, l'intrigue évolue au fur et à mesure et comment de nouveau, Pilate évolue lui même. C'était vraiment intéressant, et j'ai trouvé que sa femme lui donne une très bonne leçon d'amour.J'avoue avoir juste commencé le début de la troisième partie, mais ne pas avoir fini.Ce livre est vraiment très beau (j'ai même versé quelques larmes à la fin, sans raison), même si je dois légèrement avouer que je suis pas très objective au vu de mes croyances, mais bon.

yuukichanbaka
02/02/13
 

Ce qui m'a plu dans ce roman c'est les deux points de vues et la vision de Jésus "homme" qui ne comprend pas ce qu'il représente et ce qu'il est devenu aux yeux de tous. http://ramettes.canalblog

ramettes
31/01/13
 

Voilà une idée bien ambitieuse qu'a eu Éric-Emmanuel Schmitt de raconter l'histoire de Jésus. Et encore une fois, c'est une réussite. J'ai lu dans sa biographie qu'il avait mis 10 ans pour écrire cette histoire et être très pointu sur cette période, mais aussi pour nuancer tous ses propos et ainsi être sur de ne choquer personne.La suite sur mon blog. Dolphyone (Laeti d'histoires-de-livres)

dolphyone
17/02/12
 

Comme d’habitude, j’ai lu ce livre sans difficulté. Cependant, autant la première partie m’a emporté, autant j’ai trouvé la seconde partie plus lente un peu moins prenante.Revisiter l’histoire de Jésus, c’est aussi s’apercevoir de mon ignorance à ce sujet, difficile pour moi de séparer le « vrai » de la fiction. Pilate a-t-il vraiment été en pèlerinage, à la recherche de Jésus ? Qui sont vraiment les personnages d’Hérode, Salomé ?Ce livre donne tout de même à réfléchir, à ce demander ou est la foi et quels sont les fondements d’une religion, et de la reconnaissance d’un prophète et plus simplement quel a vraiment été le rôle de Judas…Il apporte un nouveau regard sur Jésus et le début de son existence, simple charpentier, pas très pratiquant mais se posant beaucoup de question. Le principal, finalement, n’est ce pas l’écoute de l’autre ?Le seul personnage qui détonne dans ce livre reste Cratérios, je n’ai pas accroché aux passages un peu bizarres le concernant…

Alphie
16/06/11
 

Eric-Emmanuel Schmitt propose dans ce roman une vision différente des évangiles. Ces derniers, les quatre reconnus par l'Eglise catholique, ont été écrit, pour le plus ancien, une quarantaine d'années après la mort du Christ. Se basant sur les textes "officiels", mais aussi sur sa propre vision de la religion, il nous offre une vision plus terre à terre, mais en même temps très spirituelle, du mystère de la résurrection.Que l'on croit ou non, ce roman peut aider à faire la part des choses entre la réalité de l'existence physique d'un homme, qui serait devenu un prêcheur, et mort sur la croix, et les miracles qui ont pu être accomplis par ce même homme, voir déformés peut-être par une transmission orale jusqu'aux premiers évangiles. Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
28/02/11
 

On connait les évangiles, du point de vue des apôtres. Que l’on soit catholique ou non, on connait tous le triste sort de Jésus sur la croix. Ce que nous propose Eric-Emmanuel Schmitt, célèbre auteur d’ « Oscar et la dame rose » ou de « la part de l’autre », c’est de vivre la passion du Christ, son supplice et sa résurrection par les yeux de Ponce Pilate, qui l’a condamné.Le récit s’ouvre sur Jésus lui-même, attendant qu’on vienne l’arrêter. Retour en flash-backs sur son enfance, parmi ses parents et ses frères et sœurs, sur sa découverte de son rôle de messie. Puis, l’on passe au récit de Ponce Pilate, à son enquête pour découvrir ce qu’il est advenu du corps du Christ, disparu. Enfin, l’auteur nous offre quelques pages de réflexion sur son œuvre.C’était une tâche difficile, et Eric-Emmanuel Schmitt est le premier à le dire, de s’atteler à pareille histoire et de parler par la bouche du Christ. Dans l’ensemble, je dirais qu’il a réussi son pari, mais il a échoué à retransmettre la saveur de l’époque et du lieu, comme le font si bien Christian Jacq ou Mika Waltari dans des domaines différents. On n’y était pas, nous n’étions que spectateurs. L’idée de l’enquête, de l’anti roman policier était intéressante, mais je crois que le livre aurait gagné à être plus long.Je serais très curieuse de lire l’avis de gens croyants sur ce livre, ou de gens qui connaissent bien les écritures. A quinze ans, quand on nous avait demandé en classe ce qu’était la passion du Christ, une élève a répondu « Marie-Madeleine » en toute bonne foi. Ça ne nous avait pas choqués à l’époque, mais la prof s’était arraché les cheveux devant notre ignorance. Je ne crois pas qu’une solide culture religieuse soit nécessaire, néanmoins, pour lire ce livre. Eric-Emmanuel Schmitt utilise par contre les prénoms Araméens des personnages, ce qui peut déstabiliser le lecteur. Jésus devient ainsi Yéchoua, Marie, Myriam, Joseph, Yoseph, ainsi de suite. Ponce Pilate, considéré comme le bourreau du Christ, ou Judas, comme le traître, redeviennent des êtres humains, et leurs actes sont expliqués. Le ton de Pilate est parfois un peu agaçant, tant il est pompeux et vulgaire, mais l'amour qu'il porte à sa femme rachète le personnage.En somme, un pari intéressant, mais pas un coup de coeur.

wellreadkid
03/08/10
 

Ce roman raconte la vie du Christ en prologue et l'"affaire Yéchoua" au travers de la correspondance de Pilate à son frère Titus. C'est le récit du combat moral mené par Pilate pour résoudre le mystère de Yéchoua. S'il se lave les mains du cas de Jésus, Pilate veut établir la justice. C'est donc les lettres d'un homme déchiré entre la raison et le mysticisme que l'on découvre tout au long du roman. En proie à des doutes de plus en plus troublants, Pilate se doit de découvrir la vérité. Machinations, manipulations, intérêts politiques ou religieux, Pilate passe tous les suspects au crible et mène son enquête... Ce roman bien mené, nous entraîne dans une passionnante "enquête de l'Antiquité".

Alcapone
16/02/09
 

Format

  • Poids : 0.40 kg