L'heritage d'esther

MARAI-S

livre l'heritage d'esther
EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 04/04/01
LES NOTES :

à partir de
14,20 €

SYNOPSIS :

La fin de l'empire austro-hongrois et ses prolongements crépusculaires ont inspiré des écrivains majeurs comme les Autrichiens Joseph Roth, Stefan Zweig ou Arthur Schnitzler. Il faut y ajouter le Hongrois Sandor Marai (1900-1989) qui, aujourd'hui, est enfin reconnu comme un immense écrivain européen. L'Héritage d'Esther, publié en 1939, rassemble en un bref récit tout ce qui fait l'art de Marai. Retirée dans une maison qui menace ruine, engourdie dans une solitude qui la protège, une femme déjà vieillissante voit soudain ressurgir le seul
homme qu'elle a aimé et qui lui a tout pris, ou presque, avant de disparaître vingt ans plus tôt. La confrontation entre ces deux êtres complexes - Esther la sage, ignorante de ses propres abîmes et Lajos l'insaisissable, séducteur et escroc - est l'occasion d'un de ces face à face où l'auteur des Braises et de La Conversation de Bolzano excelle. Un face à face où le passé semble prêt à renaître de ses cendres, le temps que se joue le dernier acte du drame, puisque "la loi de ce monde veut que soit achevé ce qui a été commencé."
6 personnes en parlent

Esther, une dame d'âge moyen, vit seule avec Nounou, sa vieille domestique, dans la maison de ses parents. Quelque vingt-cinq ans plus tôt, elle a aimé Lajos, personnage histrionique, manipulateur, qui l'a dépouillée avant de prendre la tangente en épousant Vilma, la propre soeur d'Esther. Mais Vilma est morte, laissant Lajos veuf avec deux grands enfants. Entretemps, celui-ci a roulé sa bosse dans les affaires et en politique, où son charisme et son habileté lui ont permis de faire oublier les casseroles qu'il s'est attaché à la patte... Mais voilà qu'il annonce à Esther son intention de lui rendre visite. Celle-ci, partagée entre l'espoir et la résignation, se demande ce qu'elle peut attendre de cette entrevue. Lajos a-t-il l'intention de rembourser ses dettes à son ancienne fiancée et à leurs amis communs, ou ne souhaite-t-il que lui porter le coup de grâce ? "Ce qui a été commencé doit être achevé", affirme-t-il.Un roman surprenant, dans lequel Sandor Marai nous assène une belle leçon de manipulation : comment un margoulin peut-il indéfiniment tromper son monde sous l'effet de son charme, et parvenir à spolier, devant témoins, celle qu'il a déjà trahie et lésée dans le passé ? Comment une victime est-elle amenée à accepter, les yeux fermés, sa dépossession ?

Schlabaya
20/10/10

L'histoire d'un éternel séducteur et d'une victime qu'on croirait presque consentante, qu'il roulera dans la farine à deux reprises, d'abord en la plaquant pour épouser sa soeur, puis vingt-cinq ans après en la spoliant de tous ses biens. Incroyable, invraisemblable, mais le talent de Marai est tel qu'on y croit.

Vianette
31/10/10

Je suis fatalement sous le charme ! L'écriture de Sandor Marai est d'une classe folle, d'un grand classicisme très soigné, légèrement sobre et guindée, et pourtant si délicatement intimiste, envoûtante et voluptueuse ! Pour le premier livre que je lis de cet écrivain, je suis convaincue ! Je n'en resterai pas là ! "L'héritage d'Esther" est une histoire troublante, dans une grande maison proche de la ruine, où coule des jours tranquilles l'héroïne, Esther, la cinquantaine sonnante, et qui se déclare déjà à la fin de sa vie (gloups!). Une lettre arrive d'un ancien amant, Lajos. Il annonce son arrivée, avec les enfants, et deux autres individus. Cela fait plus de vingt ans qu'il s'est évaporé ! Ancien courtisan d'Esther, il avait finalement épousé sa soeur, Vilma, et avait disparu de la circulation à la mort de celle-ci. Deux décennies plus tard, le retour de Lajos le Terrible fait frémir Esther, son frère Laci, la domestique Nounou et les loyaux amis Tibor et Endre. Chacun espère bêtement que Lajos revient régler quelques vieilles traites, éponger ses dettes et effacer les rancunes du passé mais Esther, vaguement troublée, discernera vite que l'ancien escroc n'a pas changé d'un poil !Ce roman a été publié en 1939, l'auteur est hongrois, souvent comparé à Stefan Zweig. Mais tous ces détails m'apparaissent vains. Sandor Marai pourrait être un contemporain, un portraitiste au génie incalculable, un roman à la fois actuel et délicieusement suranné, un incontournable quoi ! Dans "L'héritage d'Esther", l'ambiance est feutrée, les nuages du passé passent et repassent, tels des volutes de fumée. Les fantômes hantent les pièces de la maison, se baladent dans le jardin fleuri, effleurent l'épaule d'Esther, laquelle se révèle une héroïne touchante et forte, mais dont la décision finale me semble totalement aberrante ! Cependant mon impression de lecture reste, dans son ensemble, un véritable enchantement !

Clarabel
23/02/09

Vingt ans après l'avoir perdu de vue, une femme vieillissante reçoit la visite du seul homme qu'elle a aimé ; il a une requête à lui formuler.Avec des mots particulièrement bien choisis, l'auteur nous fait découvrir peu à peu la complexité des deux protagonistes, et leurs rapports passés et présents. le talent narratif de Márai est impressionnant, mais il m'a semblé déployer beaucoup de moyens pour raconter une histoire qui demeure finalement très banale.Mon avis sur ce récit est donc vraiment partagé et je ne le recommande de ce fait pas particulièrement. Je n'exclue pas de découvrir un autre ouvrage de cet écrivain, tant son écriture me semble prometteuse - à condition toutefois que le thème m'inspire ! Apikrus

Apikrus
27/05/13
 

Lajos est de retour! Il a annoncé par courrier son arrivée prochaine et Esther ne se fait aucune illusion. Cet homme, qui 20 ans plus tôt lui a tout pris, revient pour achever son oeuvre et prendre la dernière et seule chose qu'elle possède encore: sa maison. Alors elle se penche sur son passé pour savoir pourquoi elle s'est laissée dépouiller ainsi par cet escroc au charme irrésistible et pourquoi elle va cette fois encore sans doute céder à sa requête.Court -environ 150 pages- L'héritage d'Esther est un roman simple et beau sur l'amour irrépressible d'une femme pour un homme qui ne le mérite pas. Ça peut sembler banal dit ainsi mais c'est compter sans Sandor MARAI qui semble avoir le don de transcrire les sentiments les plus profonds de façon succincte mais intense. Il nous raconte le face-à-face passionnant et passionné entre une Esther vieillissante et résignée et un Lajos qui n'a rien perdu de sa superbe ni de sa verve. Chez MARAI, l'amour est une malédiction qu'il est inutile de vouloir combattre. Le coeur d'Esther a battu, et bat toujours, pour Lajos malgré ses mensonges, ses trahisons et sa disparition. Il l'a dépossédée de tous ses biens et encore une fois il vient pour prendre mais c'est ainsi, ce qui a été commencé doit être achevé, c'est là tout le sens de la malédiction.Une écriture au charme de désuet et une étude approfondie de la psychologie des personnages font de ce petit livre un petit bijou à découvrir.

un flyer
20/03/12

C’est une heureuse découverte que j’ai fait là, avec cet auteur, dont l’écriture teinté de désuétude ne manque pas de charme, bien au contraire. Il n’y a rien de forcé, pas d’accumulation de formules, ni d’usage intempestif de temps de conjugaison quelque peu passés de mode ; juste ce qu’il faut.C’est tout l’intérêt de ce court roman, plutôt que l’histoire en elle-même. Nous y retrouvons néanmoins toutes les complexités des êtres humains, qui ne sont jamais tout à fait blancs, ou tout à fait noirs, mais un mélange un peu compliqué de tout ça. C’est ainsi qu’Esther nous apparaît, avec ses contradictions, ses incohérences. Elle sait, pour Lajos, le connaît.Esther, qui des années après, reçoit la visite de celui qu’elle a aimé, et qui tout au long de ces années l’a spoliée, trompée .Esther qui est bien décidée à ne plus céder, cette fois.Esther qui le temps d’un retour non pas de l’homme prodige, mais de l’escroc prodige, se retourne sur un passé qu’elle croyait bien loin. Esther qui finit par renoncer et par céder.C’est court, cela se lit facilement. L’écriture est délicieuse. Il règne une ambiance un peu particulière dans ce roman, une atmosphère lourde, renforcée par un huis clos, un nombre réduit de personnages, des fantômes qui ressurgissent. Mais une atmosphère allégée par ce style au charme d’autrefois, ciselé, sans fioriture, et, qui se laisse apprivoiser sans problème. http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
29/09/11
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.60 cm
  • Poids : 0.27 kg
  • Traducteur : GEORGES KASSAI

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition