L'heritage de charlotte

BRADDON-M.E

livre l'heritage de charlotte
EDITEUR : EDITIONS DU MASQUE
DATE DE PARUTION : 10/09/03
LES NOTES :

à partir de
7,50 €

SYNOPSIS :

Lorsque Charlotte, fille de la veuve Georgy Halliday, s'est trouvée promise à un brillant avenir, les oiseaux de proie n'ont pas manqué de lui faire la cour. Philip, son beau-père, cherche par tous les moyens à l'empêcher de convoler. Quant à Horatio Paget, homme d'affaires peu recommandable, il n'a de cesse de retrouver l'autre héritier de la fortune des Halliday, pour le marier à sa propre fille. Heureusement, autour de Charlotte se pressent aussi de véritables amis. Et quand les malfaisants rapaces projettent d'empoisonner lentement la jeune femme, certains n'hésitent
pas à tenter le tout pour le tout. Quitte à y laisser leur vie. S'engage alors entre les différentes forces une lutte sournoise qui ne trouvera un terme que par le choix des armes, et le prix du sang... Mary Elizabeth Braddon (1835-1915), contemporaine de Wilkie Collins, est considérée comme l'Agatha Christie de l'époque victorienne. Dans son oeuvre imposante, l'audace des intrigues le dispute à la peinture des sentiments. Jamais rééditée depuis la fin du xixe siècle, elle méritait d'être mise au jour. L'Héritage de Charlotte est la suite des Oiseaux de proie.
1 personne en parle

Deuxième tome de ce diptyque autour d’une sombre histoire d’héritage et de succession, ce récit se clôture tout de même sur des notes plus que sereines. Cet opus m’a paru encore plus palpitant que le premier. On retrouve donc avec un grand plaisir les personnages auxquels on a commencé à s’attacher (et on les quitte avec un petit pincement au cœur, après avoir fermé le roman). Ce texte est assez solaire, lumineux (par rapport aux autres œuvres de l’auteur) car les thèmes de l’amitié indéfectible, de l’amour passionné et vrai, de la constance et de la générosité du cœur sont habilement exploités, rendant une atmosphère « bon enfant », très communicative, malgré la noirceur du scénario. Au final, tout est bien qui finit bien dans le meilleur des mondes possibles ; les méchants « perdent » et les gentils « gagnent » ! Je ne me lasse pas du tout des personnages manichéens engendrés par l’auteur car les traits forts et marqués de ces derniers permettent toujours au lecteur de choisir le camp des plus faibles (qui sont souvent les plus dignes et les plus heureux à la fin de chaque récit).

SophieC
25/04/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.32 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition