L'heure anglaise

WOLKENSTEIN, JULIE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 26/10/06
LES NOTES :

à partir de
5,90 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Juillet 1911, une matinée d'été dans la campagne anglaise. Edward Sanders marche le long de la rivière. Il rentre chez lui, mais personne ne l'y attend. Ni Susan, ni les enfants. Tous le croient en ville, sagement assis à son bureau. Susan Sanders parcourt les rues de Londres. Personne ne sait qu'elle s'y trouve. Pas Edward en tout cas. Elle va lui faire une surprise, aller le chercher à l'étude, pénétrer dans cet immeuble inconnu où il passe ses journées. Aujourd'hui,
elle a un secret à lui confier. Pour tous les deux, c'est une journée particulière. Au rythme de leur promenade, au fil de leurs souvenirs, reviennent en foule les fantômes d'une époque disparue : débutantes promises à la noyade ou à la folie, duchesses suffragettes, scandales étouffés, excentriques sacrifiés. C'est l'heure anglaise, l'heure où se réveillent les fastes de la Riviera et les enfances solitaires, les bibelots victoriens et leurs fêlures.
2 personnes en parlent

Ce livre, trouvé par hasard dans une librairie, s'est révélé une très belle découverte. Même si je ne suis pas certaine d'avoir complétement compris tous les éléments de l'histoire (un peu perplexe à la fin, je suis revenue plusieurs fois en arrière en me demandant si je n'avais pas ignoré quelque détail important), je me suis néanmoins laissée porter par la très belle écriture de Julie Wolkenstein, une écriture simple mais élégante, poétique et fluide. Il s'échappe de ce court roman une petite musique délicatement nostalgique, une lumière douce qui donne envie de revenir souvent s'y lover. Et de ce texte très visuel, on se prend à imaginer une adaptation cinématographique à la James Ivory, tandis que les nombreuses références littéraires, subtilement utilisées, nous donnent l'envie de retourner à de grands classiques de la littérature anglo-saxonne.

murasaki
12/02/16
 

Le personnage de ce roman nous parle pour commencer de son goût pour le vin, ce gentleman anglais cultive avec soin sa cave, qu'il considère comme sa seule excentricité. A son réveil ce matin-là sa femme l'informe qu'elle va passer la journée chez une amie. L'homme travaille dans un cabinet d'avocat, longtemps préservé du fléau moderne du divorce, dans lequel les premiers cas de séparation définitive arrivent. Les mœurs changent tandis que les hommes restent les mêmes. Juste avant de prendre son train quotidien pour Londres il apprend in extremis que son rendez-vous de la journée est annulé, il est invité, exceptionnellement, à rester chez lui pour la journée. Ses habitudes bouleversées, il revient sur ses pas, profitant de cette journée entière qui s'offre à lui. Sans savoir pourquoi, peut-être un vieux réflexe venu de l'enfance, il se dérobe d'abord à la vue de ses domestiques, observant ses propres enfants à la dérobée, rodant dans sa propre maison en cachette, visiteur souterrain de lui-même. Il se plonge dans les lectures de sa femme et se laisse captiver, sans l'avoir voulu, par les premières pages d'un roman d'Edith Warton. Pendant ce temps, sa femme, venu lui rendre visite par surprise à son bureau, l'attend en vain. Cette journée qui se dérobe à toute planification leur donne l'occasion de réfléchir à un quotidien devenu invisible, et le loisir de se replonger dans les souvenirs. « Il était seul et un paysage modifié l'accueillait, le paysage inconnu qui succédait d'habitude à son départ, un espace irréel dans lequel dominait l'impression qu'il n'aurait pas dû s'y trouver » (p. 38)

sovane
21/09/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie