L'histoire sans fin

ENDE-M

livre l'histoire sans fin
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 01/02/85
LES NOTES :

à partir de
7,60 €

SYNOPSIS :

Michael Ende L'Histoire sans fin Bastian, un garcon de dix ans, déroba un jour un livre ancien qui le fascinait et se réfugia au grenier pour le lire. Un livre pas comme les autres... Il y était question d'un pays fantastique où vivaient une toute petite impératrice, des elfes, des monstres, un garcon à la peau verte... Un pays menacé de mort et rongé par un mal étrange. Et voilà que Bastian, irrésistiblement, entrait dans l'histoire, une histoire fantastique qui recommençait
avec lui, L'Histoire sans fin... Le roman de Michael Ende est un véritable enchantement. C'est aussi un plaidoyer passionné pour le droit à la fantaisie, à l'imagination, au rêve, dans un monde où ils n'existent presque plus. C'est enfin un récit de voyage initiatique dans la plus pure tradition romantique. Best-seller traduit en vingt-sept langues, L'Histoire sans fin est un phénomène de l'édition mondiale. Un grand film de Wolfgang Petersen en a été tiré.
12 personnes en parlent

Bastien Balthazar Bux a 10 ans. Il est timide, gros, complexé, solitaire, chahuté par ses camarades et pas très heureux. Depuis la mort de sa mère, il est élevé par un père souvent absent et mène une vie morose, dont il s'échappe grâce à son goût pour la lecture. Un jour, sous le coup d’une impulsion, il vole un livre dans une librairie, se réfugie dans le grenier de son école et commence à lire « L’histoire sans fin ». Au fur et à mesure de sa lecture il se retrouve lui-même faisant partie de l’histoire, une quête dont le but est de sauver le monde et les habitants de Fantasia, le Pays Fantastique qui se meurt, grignoté par le Néant."L'histoire sans fin" est un de ces romans que l'on ne lit pas mais que l'on vit, emporté par un foisonnement d'histoires fantastiques et palpitantes, séduit par la beauté de Fantasia et l'originalité des créatures qui y vivent, et en dépit de quelques longueurs dans la seconde partie. Le récit est basé sur une mise en abime, de façon à ce que le lecteur s'identifie au héros. En effet le livre que lit Bastien peut être assimilé au livre que le lecteur a dans les mains : même titre, même apparence, et métaphoriquement même "pouvoir" : celui de transporter son lecteur "ailleurs" pour un moment, dans un monde imaginaire. Et au-delà du merveilleux, ce livre possède une réelle profondeur, un questionnement sur le pouvoir, l'importance et la place de l'imagination et du rêve.

Kara
14/01/09
 

Très beau livre fantastique (ou de fantasy ou un peu des deux), le roman de Michael Ende est entrainant. Bastien n'est pas aussi attachant qu'Atréju mais ses aventures dépassent celles de son prédécesseur. Chaque chapitre commence par une lettre, suivant l'ordre alphabétique, et montre une réflexion sur la création d'histoires, sur l'importance de l'imaginaire voire sur le rêve avec des passages par l'absurde. Et chaque personnage rencontré est porteur d'histoires que le narrateur ne développe pas mais qui restent ouvertes, pour l'imagination du lecteur.Une belle découverte !

Praline
21/01/11
 

Un grand classique de la littérature jeunesse qui a été traduit dans près de 45 langues et qui aura connu une adaptation cinématographique ainsi qu'un dessin animé. L'un et l'autre étaient mon enfance et j'ai toujours rêvé de lire l’½uvre d'où tout est parti. Chose faite grâce à cette magnifique réédition du roman, merci beaucoup aux éditions Hachette pour ce partenariat.L'Histoire sans fin porte bien son nom, le récit est un pur concentré d'aventure avec des péripéties très palpitantes à suivre. Sincèrement, j'étais loin de m'imaginer un univers aussi vaste, une intrigue aussi simple et pourtant très belle, des personnages très attachants... une vraie merveille à lire et à faire lire, je pense que ce classique est à lire, c'est un vrai voyage dépaysant et enrichissant. Bastien nous ressemble, en tout cas, je me suis sentie très proche de lui et très touchée par son histoire, il connaît une véritable évolution, parfois déroutante, mais toujours intéressante.Dans la première partie du récit, nous suivons Atréyu, un héros dont Bastien suit les aventures ; il est chargé par la Petite Impératrice d'une mission périlleuse l'emportant très loin et le confrontant à des problèmes graves. Dans cette première partie, le texte en noir concerne Atréyu tandis que le texte en bleu concerne Bastien. Nous lisons la quête d'Atréyu tout en découvrant les réactions de Bastien ; ce qui nous plonge dans notre propre statut de lecteur, la mise en abîmes est des plus intrigantes et bien pensée par l'auteur qui a su en jouer. Surtout que notre jeune Bastien est un souffre-douleur et qu'il se réfugie dans les livres pour s'évader d'un quotidien très difficile. On peut aisément se reconnaître en lui.La deuxième partie nous conte les aventures de Bastien dans le pays imaginaire, il devient le héros principal et nous apporte une nouvelle vision du Pays Fantastique et de ses habitants. J'avais peur que cette seconde partie soit moins attrayante, mais elle s'est révélée très prenante, elle nous met en garde contre nos désirs, nos souhaits. Bastien a la capacité de faire ce qui lui plaît, ce pouvoir très grisant va vite lui faire tourner la tête, et même si j'ai moins apprécié son personnage, la valeur morale m'a subjuguée. La philosophie tient une bonne place dans ce roman, Bastien pourrait être n'importe lequel d'entre nous, ce pouvoir de faire ce qu'il me plaît est terrifiant.C'est en grande partie grâce à l'imagination incroyable dont a su faire preuve l'auteur. Michael Ende a donné naissance à un univers des plus incroyables, car le Pays Fantastique prend vie sous nos yeux. Il est peuplé de créatures aussi fantasques qu'attachantes, c'est d'une vraie beauté à suivre, le merveilleux est dépeint avec brio. Il existe une vraie part d'ombre, les créatures ne sont pas toutes bienveillantes, le Néant est une sorte de brouillard avalant tout sur son passage, c'est en quelque sorte un danger cruel et invisible, très angoissant en somme. La plume de l'auteur est d'une grande fluidité et elle est très soignée, les descriptions sont précises, les dialogues bien pensés, c'est très agréable à lire.Surtout que les éditions Hachette ont fait un grand travail esthétique. Le bleu et le noir sont les couleurs dominantes de l'objet, nous les retrouvons dans le texte d'une part. D'autre part, chaque début de chapitre voit sa page enluminée, la première lettre possède un aspect lettrine comme dans les vieux manuscrits. Il y a des dessins sous la forme de silhouettes représentant des lieux, des objets, des protagonistes, c'est très beau à voir. Chaque chapitre est séparé par une page bleue avec le chiffre encadré d'une jolie frise et accompagné du titre du chapitre, la couverture est splendide, notamment dans son titre brillant, il existe des jeux typographiques sur le texte... Chaque chapitre débute par une lettre de l'alphabet, il y a donc 26 chapitres. Bref, vous l'aurez compris, c'est un très beau livre à offrir, il n'y aucun doute là-dessus.Quant aux personnages, je vous ai longuement parlé de Bastien, parce qu'il est le personnage clé de ce roman. Néanmoins, il existe beaucoup d'autres, tout aussi captivants. Comme la Petite Impératrice, aussi mystérieuse que sympathique, j'ai apprécié son personnage dans sa dimension philosophique, ce qu'elle représente pour le Pays Fantastique est très fort. Atréyu est lui aussi très sympa, courageux et perspicace, j'ai adoré suivre ses aventures et l'amitié entre lui et Fuchur est très belle. Pour les autres, je vous laisse la joie de les découvrir, ils sont surprenants et atypiques, je me refuse de gâcher cette joie du voyage.C'est un voyage inattendu, je connaissais les films et le dessin animé, mais lire le roman c'est une tout autre aventure. C'est très bien écrit, le style de Michael Ende n'a pas pris une ride, je trouve l'écriture moderne, fluide, travaillée et agréable ; l'univers du Pays Fantastique est un rêve éveillé, c'est formidable de s'imaginer les lieux, les créatures... Les personnages apportent tous quelque chose à Bastien et au lecteur, l'intrigue est riche et pleine de rebondissements, j'ai un vrai coup de cœur pour l'esthétique et malgré quelques longueurs parfois dans les descriptions, je dois dire que j'ai apprécié cette lecture, elle est magique.

Ewylyn
03/12/14
 

En nous racontant cette histoire, Michael Ende nous parle de son métier de conteur. Il nous dit que tout le monde peut inventer des histoires. Il suffit seulement de laisser vagabonder son imagination. Mais que parfois les personnages prennent le pouvoir et qu'ils peuvent nous échapper. Et qu'en voulant réinventer sa vie selon ses désirs, on perd de vue l'essentiel: soi. Je ne regrette pas ce voyage dans le Pays Fantastique et je vous encourage à le faire que vous soyez petits ou grands. Car il n'y a pas d'âge pour imaginer ses propres histoires. Il suffit de se laisser guider et d'y croire.

Will2106
06/03/14
 

J'ai débuté ma lecture avec un peu d'anxiété. Je n'avais quasiment aucun souvenir du film (si ce n'est que j'avais adoré) et je n'avais jamais lu de roman de cet auteur.Je dois avouer que j'ai absolument dévoré la première partie de ce roman. En moins de deux heures j'avais avalé les cents premières pages. Je tournais ces pages avec avidité, impatiente de découvrir la suite des aventures des héros de l'histoire. Pour tout dire j'ai commencé le roman durant ma pause déjeuner avant d'aller donner mes cours et j'ai eu toutes les peines du monde à reposer mon livre pour aller retrouver mes petits élèves anglais. Cette première partie est donc palpitante. Ell e met en scène Bastien, qui vole le livre L'Histoire sans fin dans une librairie d'occasion, qui va découvrir à travers ce même livre l'histoire d'Atréju et du Pays Fantastique. L'introduction des personnages est vraiment bien faite, bien qu'un peu simpliste parfois (je pense notamment aux personnages de Bastien : un peu trop prévisible, et à celui d'Atréju dont la personnalité manque cruellement de relief), et on suit avec plaisir les aventures mouvements - ou pas - de Bastien dans le grenier de son école et d'Atréju au Pays Fantastique. Le rythme est soutenu et le lecteur n'a pas une seule minute de répit.Cependant au bout d'un certain temps, à force d'enchaîner rencontres avec de nouveaux personnages sur rencontres, on finit par se lasser, ou en tout cas j'ai fini par me laisser, heureusement à ce moment là, Bastien entre à son tour dans L'Histoire sans fin et c'est à peu près à ce moment là que la deuxième partie du roman débute. Et là je dois bien le dire, j'ai eu énormément de mal à continuer ma lecture. L'histoire trainait en longueur, à nouveau nous avons eu le droit à des rencontres variées, certes mais beaucoup trop nombreuses, personnellement j'ai fini par en perdre le fil à un moment. J'ai regretté également dans cette deuxième partie l'absence d'un vrai méchant, le comportement de Bastien est certes intéressant à suivre mais j'ai trouvé que mettre le focus uniquement sur ça faisait perdre de sa force épique à l'ensemble du roman.Une intrigue donc bien que extrêmement complexe et dense (les mises en abyme sont nombreuses et ingénieuses, mais encore une fois trop nombreuses.) qui si elle passionne le lecteur durant toute la première moitié du roman, va surement le lasser durant la seconde moitié.Autre point qui m'a légèrement gêné : les personnages, qui je trouve manque de profondeur. Bastien le supposé héros n'est finalement pas bien mis en valeur et personnellement son sort m'était complétement égal, pire il a finit par m'agacer. Atréju fut dans le même cas, et il avait pourtant du potentiel ce petit bonhomme, je l'aimais bien au début mais comme je l'ai indiqué plus haut dans mon billet, je trouvais que sa personnalité manquait de relief. Les autres personnages sont tellement nombreux qu'il est vraiment difficile de s'attacher à l'une ou l'autre des créatures que Ende nous dépeint. Le seul que j'ai vraiment aimé Fuchur que j'ai trouvé très très drôle Cependant, je dois avouer que j'ai vraiment été époustouflée par l'imagination et par la créativité de l'auteur. Il a réussi à créer un monde fantastique très attractif, captivant et fantasque. J'ai été transporté durant ma lecture au Pays Fantastique et je crois que c'est le point le plus important à retenir de ce roman : il fait voyager. Il ouvre des portes entre des mondes, entre des civilisations, entre des cultures et c'est vraiment un régal pour les amateurs de voyages en tout genre (dont je fais partie !).Un point enfin sur le style : j'ai aimé l'écriture de Ende qui est fluide et agréable à lire bien qu'il ait tendance à décrire un petit peu trop chaque action. Il a un talent de conteur inné et cela se voit. Ce style un peu "oral" pourrait déplaire mais il m'a plu. A noter cependant que j'ai trouvé la traduction assez inconstante : quelques fois la qualité de la traduction était indéniable et d'autres fois elle laissait vraiment à désirer !Tout ça pour dire : que ce ne fut pas un coup de coeur mais néanmoins une lecture tout à fait agréable et qui m'a fait voyager !

Evy26
22/02/13
 

Ce livre est tout aussi intéressant pour les enfants dans son aspect conte fantastique initiatique que pour les adultes qui y trouveront, en plus, beaucoup de sagesse, du recul et une source de réflexion. Le héros est un personnage des plus ordinaires auquel il est aisé de s’identifier : on comprend ses actes, tout particulièrement ses erreurs si humaines. D’ailleurs, Ende ne ménage pas son héros qui connaîtra des moments très noirs et traversera des épreuves pénibles. Cette histoire très bien construite est pleine d’intelligence et de surprise, d’où un double-plaisir de lecture.L’auteur sème de nombreux messages au fil des pages, mais le plus important est bien que les histoires n’existent que grâce aux hommes et que le Pays Fantastique a la richesse qu’on lui donne. Ce livre est une invitation à retrouver son cœur d’enfant et à savoir apprécier à nouveau les histoires.

mycupoftea
30/12/12

Bastien est un petit garçon de 10 ans, un peu enrobé, pas très heureux. Sa maman est morte, son père a du mal à faire face et son goût prononcé des contes et histoires le met à l'écart des enfants de son âge. Un jour, sous le coup d'une impulsion irrésistible, il vole un livre dans une vieille boutique. Honteux de ce geste, se sentant banni de la société, il s'enferme dans le grenier de son école pour s'y plonger entièrement. Et ce n'est pas peu dire, car il s'agit de l'Histoire sans fin, dont Bastien deviendra un héros. Il devra surmonter de nombreuses épreuves s'il veut un jour retourner à la vie des hommes.... Un grand classique, merveilleux et nimbé de réflexion.

SagnesSy
26/07/12
 

J'avais d'abord vu le film avant de lire le roman. Maintenant je peux dire que, comme souvent, le livre est meilleur que son adaptation. L'histoire y est plus complexe qu'il n'y paraît puisque le lecteur lit un livre qui se fait en même temps que sa lecture: le jeu de miroir fonctionne très bien et j'ai beaucoup aimé le moment où dans l'histoire le roman s'écrit au moment même où le héros le lit! Il y aussi une réflexion sur l'importance de l'imagination qui m'a intéressé. Le personnage principal, Bastien, complexé, qui se trouve gros, qui est malheureux à l'école et qui a perdu sa mère devient par la lecture du livre un héros. Il va gagner une confiance en lui qu'il n'avait pas en vivant des aventures extraordinaires, comme si un livre pouvait transformer son lecteur, comme si les épreuves du héros étaient vécues par identification. Bref B. Bux trouvera dans la vraie vie le courage et la confiance en soi qui lui manquaient, grâce aux aventures palpitantes qu'il s'est inventé. Le succès de ce livre est justifié et je le conseillerais volontiers à des enfants de 12-13 ans.

CMart
01/11/11
 

J’entends parler de L’Histoire sans fin depuis que je suis toute gamine, mais je pense n’avoir jamais vu aucun des trois films en entier. J’ai juste le souvenir du petit indien, du héros et d’une grosse bête blanche poilue avec une grosse voix. Une amie à moi me parle de ce livre depuis des années maintenant, alors lorsque j’ai eu un maxichèque à dépenser sur Cdiscount, je me suis dit pourquoi pas. Voilà un an que ce petit pavé dormait dans ma PAL, je n’avais aucune envie de l’ouvrir - allez savoir pourquoi, cette histoire ne me tentait pas du tout et c’est vraiment sur un coup de tête que j’ai fait cet achat ! - ; mais une lecture commune a fini par me décider, c’était le moment où jamais de me débarrasser une bonne fois pour toute de cette lecture. C’est finalement par une grosse déception que j’ai terminé cette découverte, mais également avec un gros soulagement, j’ai cru que jamais je n’arriverai au bout ! De gros points négatifs sont venus entachés ma lecture, bien trop nombreux face aux timides points positifs que j’ai pu remonter à la surface. De l’ennui, de l’agacement,… cette Histoire sans fin a véritablement été sans fin pour moi… Allez, petit topo ; peut-être que je trouverai d’autres points positifs pour remonter la note générale, pendant la rédaction de ce billet !

DameMeli
14/10/10
 

Si "L'histoire sans fin" a tant fasciné de lecteurs, c'est probablement parce que ce livre met en scène ce dont nous rêvons tous : la possibilité de rentrer dans un monde fictionnel, d'en rencontrer les personnages, de façonner l'histoire. N'importe quel lecteur se sentira une quelconque connivence avec Bastien, enfant rêveur à l'imagination débordante, qui parvient à s'affranchir de ses complexes grâce à la fiction. Il est vrai, cependant, que Bastien va un peu "trop loin" en modelant l'histoire et devient vite insupportable. Néanmoins, c'est une expérience qui lui apporte beaucoup et qui amène le lecteur à se demander ce que lui aurait fait si on l'avait catapulté dans un monde d'inspiration fantasy avec la consigne de faire ce qu'il lui plaît. Bastien n'est certes pas un personnage des plus attachants, mais il parait plus "humain" que la plupart. De ce point de vue là, c'est une réussite totale de la part de l'auteur. Auteur qui impressionne par la complexité et l'originalité du monde construit et qui fait réfléchir sur le rôle du lecteur sur un livre. Il est vrai que si l'on se figure un livre comme une histoire amenée à se répéter dès qu'un nouveau lecteur l'ouvre, chaque histoire est au fond "sans fin" et varie selon nos désirs : on a tous une idée différente de l'aspect physique de tel ou tel personnage, on se représente tous la tour d'ivoire de manières dissemblables, on interprète tous un passage de façon unique. Sans lecteur, le livre meurt : d'où le rôle si important de Bastien pour le monde fantastique. Sans lecteur pour lui donner un nom, la "lire", la petite impératrice s'éteint : elle ne vit que dans l'imagination du lecteur. Néanmoins, je me suis rapidement lassée, et la fin m'a parue très longue. Contrairement à la plupart des gens, je n'ai pas vraiment aimé ce livre. Bastien est certes un personnage complexe, Atreju et Furchur sont effectivement des personnages originaux et uniques à leur façon, mais j'ai été assez déçue par leur côté désespéremment bons. Bastien n'est pas toujours "gentil", et ça lui donne de la profondeur, mais Atreju reste toujours loyal à son pays, et ne semble nourrir aucune ambition pour lui même, ce qui le rend assez fade.

wellreadkid
13/09/10

L’histoire sans fin de Michael Ende diffère très franchement de mes lectures habituelles mais comme j’avais beaucoup aimé le dessin animé je me suis lancée et finalement, ne suis pas déçue.Le livre se découpe en deux parties avec tout d’abord la découverte du Monde Fantastique et en même temps de Bastien, puis l’aventure de ce dernier lorsqu’il plonge dans l’aventure de son livre.J’ai une préférence pour la première partie, ne voulant pas spoiler de futurs lecteurs je ne peux pas trop en dire mais la lecture de Bastien est plus agréable que lorsqu’il est dans l’action lui-même. Je ne m’attendais pas à ce qu’il change ainsi.Malgré tout, il y a quelques longueurs dans la narration. Et il est vrai que plus d’une fois, je me suis demandée quand le héros, Atréju ou Bastien, allait arriver à atteindre son but.Les descriptions du Monde Fantastique et de ses habitants occupent une grande partie de l’histoire et c’est ce que j’ai préféré, les paysages sont chacun plus beaux les uns que les autres et sont dignes de ce qui fait rêver enfants et plus grands.

Slay
01/07/10
 

Voila quelques temps que j’essaye de lire des livres que je n’aurais pas lu d’habitude, et L’histoire sans fin fait parti de ceux-ci. Je ne suis pas une grande friande des romans de fantasy, c’est donc avec un peu de réticence que je me suis mise à lire ce livre.Il faut savoir que mise à part le fait que ce soit un roman fantasy, je n’avais aucune idée de la direction de que prenait le livre car je n’ai pas eu l’occasion de découvrir le film, hélas. Hélas car ce livre est une agréable surprise. Je ne dis pas que ce livre m’a converti à la fantasy, loin de la mais… ça fait passer le temps agréablement. Il y a quelques passages que j’ai trouvé trèèèès long mais qui sont en faite indispensable pour saisir pleinement l’histoire. En règle général (surtout en ce moment), j’ai beaucoup de mal à m’intégrer à l’histoire, mais bizarrement L’histoire sans fin m’a complètement plongé dedans, comme Bastien ^^.Le livre est composé de 26 chapitres illustré par une gravure de la première lettre du chapitre qui eux-mêmes sont dans l'ordre alphabetique (Ainsi le chapitre un commença avec une illustration de la lettre A et le dernier une gravure de la lettre Z). C'est pour ça qu'à la lettre W, j'ai trouvé les premières phrases assez incomprehensible ^^.Le livre est divisé en deux parties comme il est divisé de deux histoires : Celle de Bastien et celle du Pays Fantastique. La première partie, nous faisons connaissance à Bastien, dix ans, marginal, gros et mal dans sa peau. Celui-ci décide de fuguer de chez lui (ou plutôt de ne plus rentrer chez lui) pour se cacher dans le grenier de son école pour lire un livre : L’histoire sans fin. Bastien comme nous lisons donc la véritable histoire sans fin, qui est parfois interrompu par les sentiments et les pensées de Bastien concernant le livre, sans doute pour nous aiguiller (nous, lecteur) sur l’histoire. J’ai beaucoup aimée cette façon d’écrire (deux histoires en une, je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire).Dans la seconde partie de l’histoire, Bastien plonge dans l’histoire au sens propre c'est-à-dire que l’histoire se fait avec lui. Il devient Bastien le sauveur, le beau, le fort, tout à grâce à l’Auryn, un pendentif magique. Toute cette puissance et toute cette beauté fait qu’il devient complètement egocentrique et se sent supérieur aux autres. Plus il va vouloir se changer ou changer les conditions du Pays Fantastique, plus il va oublier sa véritable personnalité, son vrai lui. On a parfois envie de lui donner des baffes pour qu’il se réveille tellement il devient insupportable, mais n’oublions pas qu’il se croit au dessus des autres personnes, qu’il se prend pour Dieu grâce à ce pendentif magique. Personnellement je pense que j’aurais réagis pareil si j’acquiers une si grande puissance.La fin est tout sauf ce que j’avais imaginé. Je veux dire qu’il retourne bel et bien dans le monde des humains – car il ne peut pas rester à tout jamais dans le Pays Fantastique ! - (bah ouais je révèle la fin xD), mais pas du tout de la même manière que celle que j’avais anticipé. J’ai beaucoup aimée le monde créé par Michael Ende, un monde paisible ou tout le monde s’entend avec tout le monde, un peu une utopie quoi… De plus la façon d’écrire de Michael Ende mais je trouve quand même assez bizarre qu’il soit classé comme roman jeunesse car je l’avoue, j’ai trouvée la façon d’écrire de l’auteur un peu trop « littéraire » pour un roman jeunesse.Je conseille ce livre à tous ceux qui aiment la fantasy car vous allez être servis ^^. Quant à moi, il ne me reste plus qu’a trouver une façon de visionner l’adaptation cinématographique à ce qu’il parait très réussi.

STUPIDgrin
22/06/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.25 kg
  • Langage original : ALLEMAND

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie