L'hiver de frankie machine

WINSLOW, DON

livre l'hiver de frankie machine
EDITEUR : EDITIONS DU MASQUE
DATE DE PARUTION : 07/01/09
LES NOTES :

à partir de
22,40 €
nos libraires ont adoré l'hiver de frankie machine

SYNOPSIS :

Frank Macchianno doit son surnom, Frankie Machine, à son talent de tireur d'élite : du temps où il travaillait pour la Mafia, c'était une machine à tuer. Aujourd'hui retraité, il surfe le matin sur la plage de San Diego avec ses potes, dont Hansen, un agent du FBI. Le reste du temps, il tient sa boutique d'appâts et hameçons et veille à ce que tout roule avec les
restaurants qu'il approvisionne en poisson frais et linge de table. La belle vie, jusqu'au jour où, ayant accepté de rendre service au fils d'un «boss» local - ça ne se refuse pas-, il se fait piéger. Son passé le rattrape brutalement. En cavale, Frankie reste obsédé par une question : qu'a-t-il donc fait pour que l'on veuille sa mort avec une telle sauvagerie ?
Frank Macchiano, alias Frankie Machine, alias "La machine à tuer".

Ancien tueur pour la Mafia, il s'est rangé des voitures et se la coule douce à San Diego sous le soleil Californien. Il va être tiré de cette retraite peinarde par son passé. Il se fait piéger après avoir accepté de rendre un service au fils d'un "boss" local. Ses anciens "collègues" cherchent à l'éliminer.
Pourquoi ?
Ce qu'il sait est-il une menace ?

Beaucoup d'humour, des personnages attachants et une intrigue excellente.

olivier (cambrai)
Frank Macchiano, alias Frankie Machine, alias "La machine à tuer".

Ancien tueur pour la Mafia, il s'est rangé des voitures et se la coule douce à San Diego sous le soleil Californien. Il va être tiré de cette retraite peinarde par son passé. Il se fait piéger après avoir accepté de rendre un service au fils d'un "boss" local. Ses anciens "collègues" cherchent à l'éliminer.
Pourquoi ?
Ce qu'il sait est-il une menace ?

Beaucoup d'humour, des personnages attachants et une intrigue excellente.
Olivier ,
Librairie
(Cambrai)
2 personnes en parlent

Prénom : Frank dit Frankie. On sent déjà le mec à la franche bonhomie.Nom : Machianno dit Machine pour sa propension et sa célérité à exécuter les contrats de son ex-employeur, la mafia. Oups, son capital sympathie vient d'en prendre un p'tit coup là.Turbin : tient une boutique d'appâts, alimente en poiscaille les restos alentours, gère son capital immobilier entre deux sessions de surf entre potes. Hum, quelque chose me dit que ses habitudes vont devoir très rapidement adopter une toute nouvelle orientation professionnelle, la survie en milieu pratiqué mais hostile. Car c'est bien connu, la mafia, tu l'aimes ou tu la quittes...les pieds devant !Affranchi un jour, affranchi toujours. Rien à voir avec un quelconque slogan de la poste. Frankie va se retrouver sollicité par l'un des anciens caïds du milieu. Après avoir pesé le pour et le contre, il accepte finalement cette dernière mission. Il fonce tête baissée dans ce vilain traquenard, en réchappe miraculeusement pour être désormais voué à la clandestinité, bien décidé à faire payer au centuple les commanditaires.Un bon Winslow, bien loin cependant des coups de griffes ravageurs de son célèbre chien.S'il est moins punchy, ce Frankie Machine fait malgré tout valoir de très bons arguments.Une écriture expressive et vivante bannissent tout ennui de cette chasse à l'homme où pisteurs et proies se confondent très rapidement.Le canevas est habile, bien structuré et ne souffre d'aucune faiblesse notoire. Parfait équilibre entre le présent d'un fuyard en sursis et un passé pas si révolu qu'il se remémore entre deux rafales de calibre douze. Une évocation de la mafia toujours aussi jubilatoire. Oubliez la version Dreamworks de Gang de Requins, bienvenue aux Studios BloodyNightmare, ne faites confiance à personne !L'Hiver de Frankie Machine sera particulièrement long, ténébreux et funèbre mais devrait réchauffer le coeur de tous les amateurs du genre !3,5/5

TurnThePage
16/02/15
 

Ce livre est très agréable à lire. Le style est clair et plaisant, jamais il ne nuit à la narration. Les dialogues sont particulièrement réalistes, d'un langage familier mais jamais trop vulgaire ni caricatural. L'auteur s'attache à la vie de Frankie Machine à San Diego. L'ambiance policière et parfois sanglante au milieu d'un monde quotidien, ensoleillé et réaliste est une réussite. Les scènes de violence nettes et efficaces, souvent de véritables exécutions, viennent ponctuer la quête du héros cherchant à identifier son ennemi.On s'attache rapidement à Frankie qui essaie de faire fonctionner sa vie et de remplir ses obligations morales du mieux qu'il peut. Car il est de la vieille école, celle de la fidélité, de l'amitié, de la loyauté qui ne sont pas pour lui de vains mots. Il est un peu hors du coup dans ce monde du crime qu'il a plus ou moins délaissé. Ce monde s'organise aujourd'hui sur l'égoïsme, le sexe, l'opportunisme, la drogue et la corruption. Pourtant, comme le montre son exceptionnelle longévité, "La Machine" reste un tueur implacable et diablement efficace...http://www.atelierdantec.com/joomla/humeurs/155-hiver-de-frankie-machine-chronique "Ca devrait passer" (Edward J. Smith)

skorpionnan
17/02/11
 

Format

  • Hauteur : 23.00 cm
  • Largeur : 15.00 cm
  • Poids : 0.44 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : FRANK REICHERT