L'homme a l'envers

VARGAS, FRED

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 02/07/05
LES NOTES :

à partir de
6,90 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Laisser les loups vivre en liberté dans le Mercantour, c'était une belle idée, dans l'air du temps. Mais ce n'était pas celle des bergers et, quelques mois plus tard, la révolte gronde. Mais est-ce bien un loup qui tue les brebis autour du village de Saint-Victor oe Les superstitions resurgissent, un bruit se propage
: ce n'est pas une bête, c'est un loup-garou... Lorsqu'une éleveuse est retrouvée égorgée dans sa bergerie, la rumeur tourne â la psychose. À Paris, le commissaire Adamsberg guette les nouvelles de la Bête du Mercantour : Comme des tisons, mon gars, comme des tisons ça fait, les yeux du loup, la nuit.
4 personnes en parlent

Une lecture que j’ai trouvée affreuse, fort heureusement assez brève.Il me fut impossible d’accrocher à cette histoire, d’ un bout à l’autre j’ai trouvé qu’ elle sonnait faux, l’ histoire, les dialogues, les personnages rien n’allait, prévisibles, surfaites, bref rien absolument rien ne m’ a séduit.Deux mauvaises aventures avec cette auteur, je retenterai à l’occasion peut-être avec un de ses ouvrages plus récent tant pis je découvrirai Adamberg à l’envers s’ il le faut !

Lacazavent
26/03/15
 

A la lueur de la lampe, je me suis plongée dans ce polar pastoral pour quelques heures de douce lecture.Le mardi, il y eut quatre brebis égorgées à Ventebrune, dans les Alpes. Et le jeudi, neuf à Pierrefort. Un loup solitaire? Roué, cruel, avec son cul bas sur ses pattes grises? La Bête du Mercantour.Mais au village de Saint-Victor-du-Mont, tous n'y croient pas à la bête. Ce n'est pas une bête. C'est un homme. Un loup-garou."Elle était étendue dans la paille crottée, sur le dos (...) A la gorge, une blessure avait laissé échapper un flot de sang."Elle, c'est la Suzanne, la grosse. La mère adoptive du jeune africain Soliman. Tout le village s'interroge. Elle a accusé Massart d'être le responsable, pour avoir adopté un loup. Lawrence, le blond canadien, est venu observé les loups. Sa petite amie, Camille, va s'unir à Soliman et le Veilleux sur les pas de Massart.A Paris, devant son écran, le commissaire Adamsberg guette les nouvelles du Mercantour. Il ferme les yeux. Son enfance pyrénéenne, la voix des vieux..."Comme des tisons, mon gars, comme des tisons ça fait, les yeux du loup, la nuit..."J'ai bien apprécié ce road-movie, même si l'intrigue se devine assez vite. C'est le premier roman de Vargas que je lis et j'ai aimé sa façon très sporadique parfois de donner une épaisseur psychologique aux personnages et le choix des mots poour planter le décor.Fred Vargas modifie par petites touches les personnages, tout à coup voilés d'étrangeté. Elle malmène la réalité. Je lis peu de polar mais je relirai avec plaisir d'autres titres de cet auteur dont la plume est tour à tour malicieuse,subtile et humoristique.

Mirontaine
07/03/12
 

A la lecture de ce roman, je dois m'avouer déçu. Peut-être que j'en attendais "beaucoup" suite aux différentes critiques vues ici ou là, souvent élogieuses.D'une part, les ficelles de l'histoire se laisse deviner trop facilement. Dès le début, j'ai eu de forts soupçons envers le personnage à qui l'on doit cette série de meurtres, problème de taille lorsque l'auteur joue de cet aspect de l'intrigue comme d'une révélation finale.D'autre part, et cela découle certainement de mon premier reproche, le roman, même s'il est assez court, traîne trop à mon goût. J'avoue m'être trop souvent ennuyé, en raison notamment d'une absence générale de réelle tension.Et tout cela est bien dommage car l'ambiance n'est pas déplaisante et surtout les personnages sont intéressants, à commencer par Adamsberg, que Fred Vargas ne place pas forcément au coeur de l'action, un policier pour le moins atypique, véritable original qui alimente par son attitude la teinte fantastique, mystérieuse de l'ensemble. <p>Maltese</p>

Maltese
05/02/12
 

318 pages. ** (sur 4). 4ème de couverture : "Laisser les loups vivre en liberté dans le mercantour, c'était une belle idée dans l'air du temps. Mais ce n'était pas celle des bergers et quelques mois plus tard, la révolte gronde. mais est ce bien un loup qui tue les brebis autour du village de Saint Victor ? les superstitions ressurgissent, un bruit se propage : ce n'est pas une bête, c'est un loup garou. Lorsqu'une éleveuse est retrouvée égorgée dans sa bergerie, la rumeur tourne à la psychose. "Un peu déçue par la lecture de "mon premier fred vargas". Je ne sais pas pourquoi, je m'attendais à autre chose.Toutefois, soyons honnêtes c'est un bon policier. C'est l'ambiance qui est étrangeet qui m'a un peu surprise.Les proches de l'éleveuse égorgée décident de partir à la poursuite du tueur qu'il soit homme, loup ou loup garou. C'est cette course poursuite menée par de drôles de personnages qui nous tient en haleine. En parrallèle on découvre un véritable inspecteur qui secondera la folle équipée. Le dénouement est inattendu. Bref c'est très réussi. Je pense que je vais lire d'autres livres de cette auteure.Merci à ma ptite maud qui m'a prêté ce bouquin et qui est en ce moment dans les couches culottes et les biberons.

lucie38
29/04/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.17 kg