L'homme aux cercles bleus

VARGAS, FRED

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 16/06/05
LES NOTES :

à partir de
6,10 €
nos libraires ont adoré l'homme aux cercles bleus
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

«Victor, mauvais sort, que fais-tu dehorsoe» Depuis quatre mois, cette phrase accompagne des cercles bleus qui surgissent la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet, un objet perdu: trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon... Le phénomène fait les délices des journalistes et de
quelques psychiatres qui théorisent: un maniaque, un joueur. Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de mauvais augure. Il le sait, il le sent: bientôt, de l'anodin saugrenu on passera au tragique. Il n'a pas tort. Un matin, c'est le cadavre d'une femme égorgée que l'on trouve au milieu d'un de ces cercles bleus.
Depuis quelques années maintenant, Fred Vargas est une reine à part sur la scène du crime français. Avec un style inimitable, cette historienne férue d'archéologie et de moyen-âge tricote des enquêtes qui sont, à l'image de leur instigateur, l'inoubliable, séduisant et distrait ADAMSBERG, à la fois déroutantes, captivantes, pleine d'imagination et d'érudition...
Surtout ne ratez pas cette toute première enquête du célèbre commissaire parisien et de ses inénarrables acolytes : vous vous précipiterez aussitôt chez votre libraire pour enchaîner sur la suivante !

isabelle (lille)
Depuis quelques années maintenant, Fred Vargas est une reine à part sur la scène du crime français. Avec un style inimitable, cette historienne férue d'archéologie et de moyen-âge tricote des enquêtes qui sont, à l'image de leur instigateur, l'inoubliable, séduisant et distrait ADAMSBERG, à la fois déroutantes, captivantes, pleine d'imagination et d'érudition...
Surtout ne ratez pas cette toute première enquête du célèbre commissaire parisien et de ses inénarrables acolytes : vous vous précipiterez aussitôt chez votre libraire pour enchaîner sur la suivante !
Stéphanie ,
Librairie
(Lille)
5 personnes en parlent

Le premier roman où Adamsberg apparait m'a laissé un souvenir fort. Celui d'un polar français qui innovait complètement dans la forme, un personnage atypique dans sa façon de faire tout autant que dans sa façon d'être, une intrigue qui démarre sur des détails infimes, un mode de réflexion tout à fait inhabituel, une écriture qui ne laisse aucun temps mort. La mythologie Adamsberg commençait, et la suite a donné raison à cette fascination naissante... laurence

laurence
16/05/12
 

J'avais beaucoup entendu parler de cette auteure et je m'étais toujours dit qu'il fallait que je la découvre au moins une fois et bien c'est chose faite maintenant même si je suis un peu déçue, peut être en attendais-je un peu trop surtout que je lis rarement des romans policiers... Heureusement donc qu'il y avait le challenge Un mot des titres pour me faire acheter ce livre car le mot de cette première saison était "bleu"L'inspecteur Adamsberg suivi de son fidèle Danglard se lance dans la mystérieuse piste des cercles bleus qui n'ont pourtant pas bien l'air dangereux mais le flair hors pair d'Adamsberg lui dit que les choses vont rapidement évoluées, en pire ... Malgré l'incrédulité de la brigade, Adamsberg mène l'enquête et ce qu'il pensait arriver, arriva ...L'histoire en elle-même est vraiment originale et bien trouvée qui plus est. Il est impossible de découvrir le coupable avant la fin, l'auteure nous emmène vers une piste pour mieux la réfuter ensuite, c'est frustrant et à la fois excitant ! Je lis rarement des policiers car j'ai peur de deviner la fin dès le début mais là, je suis ravie de ce côté-là ! Par contre justement, souvent, de trop nombreuses pistes sont lancées et il est dur de se retrouver, j'ai souvent dû revenir un peu en arrière pour reprendre le bon fils de l'histoire ...Les personnages sont vraiment atypiques ! Entre un commissaire long à la détente mais pourtant extrêmement compétant, un inspecteur alcoolique, des suspects soit aveugles soit passionnés par la mer; dans le palmarès de l'atypique nous sommes bien servis ! Le commissaire Adamsberg est, comme je l'ai écrit, très long à la détente mais pourtant très compétant. Il fonctionne à l'instinct ce qui fait souvent enragé Danglard qui préfère se référer aux preuves concrètes. Il ne m'a pas paru attachant mais je l'ai trouvé très intelligent et touchant aussi surtout dans sa relation avec la fille de Reine Mathilde. Danglard est mon personnage préféré dans ce tome, avec ses 5 enfants qu'il doit élevé seul et qu'il aime plus que tout au monde je l'ai trouvé plus qu'adorable malgré son alcoolisme. Il obéit et croit en Adamsberg tout le temps même s'il comprend rarement ses raisonnements... Les suspects pour l'enquête sont assez surprenants. Reine Mathilde est passionnée par la mer et les poissons et ses deux colocataires qui sont aussi des suspects sont soit aveugle soit totalement fou. L'aveugle est une personne exécrable qui fait payer cher la perte de sa vue au monde entier et cela m'a beaucoup énervé comme si c'était à cause du monde qu'il était devenue aveugle ... L'autre suspect, surnommé la Musaraigne est assez flippante, en effet, son comportement est assez étrange et pourtant on ne peut que s'attacher à elle...L'écriture de Fred Vargas est la chose qui m'a le plus déçu. En effet, le style est assez lourd et surtout très lent ! L'auteure prend soin de nous décrire tout et presque n'importe quoi dont et surtout les états d'âme et de pensé d'Adamsberg. Heureusement que j'ai réussi à m'y adapter car je crois que j'aurai lâché ce livre ... Le plus surprenant c'est que je n'ai pas ressenti de suspense, je n'étais pas pressé de découvrir qui était l'assassin mais j'avoue que je ne m'y attendais aucunement ! Chapeau ! Appelez moi, Love ... Love-of-book :P

Loveofbook
31/10/14
 

" Douze capsules de bière, une cagette de légumes, quatre trombones, deux chaussures, une revue, un sac en cuir, quatre briquets, un mouchoir, une patte de pigeon, un verre de lunette, cinq carnets (...) " : Le début d'un long inventaire à la Prévert – les ratons-laveurs en moins – Tout ces objets découvertes pêle-mêle , un à la fois, sur le pavé parisien dans des cercles de craie bleue, portant la mention : " Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ".Mais là où le poète et le titi parisien voit Prévert, le Commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, nouvellement nommé à Paris, voit Shakespeare – ou Bradbury pour ceux qui suivent mes critiques et que je remercie - " grand maleurté est à nos trousses ". Car un jour au centre du cercle c'est le cadavre d'une femme que l'on trouve. S'est-on servi du travail de l'artiste pour lui faire endosser le crime ou s'est-il donner la peine de se concocter une sorte d’alibi fantasgoriquement alambiquée ?Un autre inventaire s'inscrit dans cette intrigue : " Un flic qui aurait dû être ****, un aveugle mauvais comme une teigne mais caressant, un byzantiniste cercleur (...) ", une célèbre océanographe qui suit les gens dans les rue de la capitale, un inspecteur alcoolique et ses deux paires de jumeau plus un qui n'est pas de lui et moins une épouse partie avec un autre... Une histoire simple en perspective.Jean-Baptiste Adamsberg m'énerve. Il poursuit ses enquêtes sans les mener. Il griffonne de petits dessins,il fait de longues ballades, il laisse à ses subordonnés des consignes sibyllines... Il est indéfinissable – on le dit " sylvestre " qu'en penser ? - incompréhensible, débraillé. Presque schizophrène, ne l'admet-il pas lui-même : " Ils étaient trois : Jean-Baptiste d'un côté, Adamsberg de l'autre et l'homme public Jean-Baptiste Adamsberg. " Entouré de personnages originaux en diable. Tous engoncés dans le même costume de demi-vérités. Le Commissaire nous mène à la conclusion a priori sans efforts,sans doutes, ni certitudes. Même le temps ne semble pas avoir de prise sur lui – n'est-il pas amoureux d'un jeune femme qu'il n'a pas vu depuis presque dix ans ? -Je ne connaissais pas Fred Vargas. Je pensais que sa célébrité et celle de son Commissaire m'assurait de passer un bon moment. Mais le style tout en détour et l'insaisissabilité de son héros ne m'ont pas permis de réellement adhérer à l'intrique. La conclusion ne m'ayant tiré aucune réactions : stupéfaction, félicitations, déception...Adamsbergesque finis-je. Peut-être est-ce tout le talent de Fred Vargas. Alors ce sera sans moi...

BanquiseCitron
24/10/13
 

Je pense que c'est l'un des meilleurs Fred Vargas que j'ai pu lire jusqu'à présent. Parce que l'histoire est sordide, parce que la vérité l'est encore plus, et parce qu'on découvre Adamsberg pour la première fois, et que le connaissant déjà, ça m'a fait sourire toutes les descriptions qu'il pouvait y avoir sur lui, vu que c'était exactement ça - normal qu'une écrivain sache décrire son personnage mais bon -. En plus, on découvre d'autres personnages, comme Mathilde ou l'aveugle (j'ai adoré comment l'aveugle voyait à sa façon Adamsberg) et on découvre comment Danglard a fini par s'habituer à ce nouveau commissaire qui semble sans cesse dans les nuages mais qui parvient à élucider des meurtres de cette façon. Les personnages sont donc tous hors du commun, entre une océanographe stalkeuse, un aveugle méchant, une petite vieille courant après les petites annonces pour trouver l'homme de sa vie, et un inspecteur alcoolique qui a deux paires de jumeaux pour lui tout seul. On peut vraiment dire qu'on est dans du Vargas : Tous les personnages sortent de ceux qu'on peut trouver d'habitude, et ça fait du bien. L'enquête en elle même est vraiment intéressante, j'ai adoré suivre toutes les pistes, tenter de deviner le coupable (ce que j'ai réussi à faire, bien que je me sois fait avoir quand même), et de deviner tous les éléments autour de ce crime, entre l'odeur, la cause des cercles, la phrase, etc... J'ai d'ailleurs été déçue par une chose, vu qu'on ne sait pas quelque chose à la fin, et que je me demande toujours pourquoi même si ça a sûrement été fait au hasard. Mais je crois bien que c'est ma seule déception de ce livre.Après, l'écriture m'a encore bercée, entrainée, et je n'ai pu m'empêcher de lire ce livre très vite, vu à quel point j'étais à fond dedans. Mais de fait, quand j'ai refermé le livre, j'ai eut une vague impression de vouloir en redemander. Dans tous les cas, ce livre est excellent, et je le conseille

yuukichanbaka
13/10/12
 

Heureusement que j'ai déjà lu des meilleurs livres de cette auteur... J'ai trouvé le livre lourd dans le style même si le suspense y ai garanti. L'histoire est particulièrement lente à démarrer, et le rythme n'est pas assez soutenu. Résultat : il a fallu lire au moins 100 pages avant d'accrocher réellement.

rpfab
15/05/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg