L'homme demoli/terminus les etoiles

BESTER, ALFRED

livre l'homme demoli/terminus les etoiles
EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 10/05/07
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 10 jours ouvrés
à partir de
27,40 €

SYNOPSIS :

L'homme démoli Dans une société où les cadres de la police sont télépathes, où aucun meurtre n'a été commis depuis plus de soixante-dix ans, Ben Reich décide d'assassiner son principal concurrent. Une entreprise difficile, sans doute téméraire, car si sa culpabilité est
prouvée il sera condamné à la démolition. Terminus les étoiles Parce qu'il se trouvait en danger de mort aux abords de la ceinture d'astéroïdes et qu'il n'a pas été secouru par le vaisseau Vorga-T : 1339, Gully Foyle va découvrir le véritable sens du mot vengeance...
1 personne en parle

J'ai découvert le nom d'Aflred Bester il n'y a pas longtemps alors qu'il est considéré comme un grande de la science-fiction. Voulant combler cette lacune dans ma culture du genre, je me suis procuré cet ouvrage contenant, d'après ce que j'ai lu, ces deux meilleurs romans, écrits dans les années 50. J'ai eu un peu peur car je n'aime en général pas ce que j'appelle le retro-futur, le futur passé, ce futur imaginé il y a des dizaines d'années mais désuet maintenant. Première bonne surprise, même s'il y a un côté rétro-futur dans ces romans, il n'est pas gênant et l'ensemble est plutôt bien vu, j'ai découvert un univers cohérent qui m'a fait un peu penser à ce que fera Philip K. Dick plus tard, des personnages singuliers aux tares plus ou moins prononcées, un monde légèrement dystopique où les préoccupations apocalyptiques, typiques des années "guerre froide", sont bien filtrées et retransmises au lecteur. Une autre découverte heureuse, le jeu typographique avec dans le premier roman des noms composés de signes typographiques, et à la fin du deuxième carrément un jeu sur la confusion des sens. Finalement, et là plus dans le deuxième roman aussi, il y a une profondeur que j'oserais qualifier de morale, que j'ai appréciée en lisant Isaac Asimov. Et je me suis rendu compte à la fin de ces romans qu'en effet Alfred Bester était une figure singulière de la science-fiction car il en a posé les jalons, du moins de mon point de vue. Sur le fond de l'histoire, les deux romans compilés dans cet ouvrage ne m'ont pas transportés, sur la forme je les ai trouvé remarquables. À noter les deux très bonnes préfaces, notamment celle de Neil Gaiman.

fzilbermann
29/10/11
 

Format

  • Hauteur : 20.40 cm
  • Largeur : 13.90 cm
  • Poids : 0.58 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : PATRICK MARCEL