L'homme licorne

LASDUN, JAMES

livre l'homme licorne
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 22/01/04
LES NOTES :

à partir de
18,80 €

SYNOPSIS :

Lawrence Miller perd pied. Anglais d'origine, il a essayé de se faire une place dans la société américaine mais, isolé dans le décor artificiel d'un campus bridé par les convenances et la peur du sexe, harcelé par le souvenir d'humiliations passées, il se retrouve finalement entraîné dans une formidable dérive. Les objets apparaissent et disparaissent, les individus se dédoublent, les coïncidences se multiplient. Autant de signes qui ne peuvent renvoyer qu'à un
complot, ourdi par le mystérieux persécuteur qui hante son bureau. Mais Lawrence est-il vraiment étranger à ces mystères, à cette barre de fer, à ce drap taché, à ces femmes assassinées ? Et la licorne est-elle la proie ou le chasseur ? Cette satire de l'Amérique du politiquement correct, ce premier roman d'un poète est surtout une plongée vertigineuse et virtuose dans les méandres d'un esprit torturé, un magistral piège fictionnel, sardonique et glaçant.
1 personne en parle

Lauwrence Miller, professeur d'université en instance de divorce, est persuadé qu'un individu fait régulièrement intrusion dans son bureau et tente de malmener sa vie privée. Ses soupçons le portent vers un ancien collègue, un certain Trumilchik, auteur bulgare obscur, ayant mis en scène une pièce de Kafka, "Blumfeld, vieux célibataire". L'affaire se corse et devient rocambolesque: des personnages se dédoublent, des apparitions et disparitions d'objets se font, jusqu'à une scène hallucinante où le propre voisin de Lawrence le confond avec un autre...Dès lors, le lecteur se demande si le problème ne vient pas du narrateur. Psychose, folie, même lui se pose la question: "tels sont les fantômes que nous secrétons (...) J'avais été incorrectement dédoublé et le moi qui me restait s'en trouvait d'autant diminué et fragilisé." Comme ni sa psy, ni son entourage ne peuvent l'aider, le narrateur décide de mener seul son enquête qui l'emmènera vers des confins insoupçonnés et insoupçonnables. Roman sous psychotropes?Non. Roman rendant hommage à la littérature du genre puisée chez Kafka ou dans "Nadja" de Breton, sûrement. Lawrence reconnaît que son esprit reste assez rudimentaire dans le sens où "il mélange toutes sortes de phénomènes différents sous prétexte qu'ils se ressemblent". Ainsi, l'auteur a pu fournir une intrigue remarquable et maîtrisée, sans temps mort, dans laquelle l'unique explication à une situation peu banale trouve sa solution dans le mythe de la corne de licorne qui aurait, dit-on, le pouvoir de purifier les eaux (esprits) corrompus. C'est un roman intelligent, parfois schizophrène je l'avoue, mais qui retombe sur ses pieds et propose au final un contenu qui tient la route. Si vous êtes amateur (rice) des films de David Lynch au cinéma, si vous aimez les intrigues tordues à la limite du fantastique, ce roman est pour vous! vivi

vivicroqueusedelivres
12/02/12
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.31 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : PIERRE CHARRAS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition