L'homme qui souriait

MANKELL, HENNING

EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 06/04/06
LES NOTES :

à partir de
7,90 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le brouillard est épais en cette nuit automnale. Soudain, une étrange silhouette surgit au milieu de la route : c'est un mannequin de taille humaine, assis sur une chaise. Le vieil avocat Gustaf Torstensson freine brutalement, sort de sa voiture. Ce sera son dernier geste d'homme vivant. Son fils fait appel au commissaire Wallander, mais il est assassiné à son tour. Dans la traque
qui s'engage alors, Wallander va découvrir un réseau criminel derrière lequel se profile un homme singulier, élégant et sûr de lui. Un homme qui sourit toujours. Né en Suède en 1948, Henning Mankell partage sa vie entre l'Afrique et la Suède. On retrouve dans L'Homme qui souriait le commissaire Kurt Wallander, qui cédera ensuite sa place à sa fille, Lisa Wallander.
5 personnes en parlent

Un soir d’octobre quelque part sur les routes de Scanie, en Suède. Le brouillard est épais. Un vieil avocat, Gustav Torstensson, quitte le château de Farnholm où il vient d’avoir une séance de travail avec le plus important client du cabinet qu’il partage avec Sten, son fils. Soudain, un obstacle l’arrête en travers de la route : un mannequin à figure humaine sur une chaise. Il sort de sa voiture, tétanisé, et va être tué. Peu de temps après, son fils se rend au Danemark où séjourne Kurt Wallander, un policier suédois en pleine dépression, qui s’est retiré dans ce pays pour faire le point. Sten Torstensson fait part au policier de sa conviction que son père ne s’est pas suicidé comme l’enquête l’a conclu, mais a été assassiné. Kurt Wallander ne veut pas l’aider. Mais quelques jours plus tard, on retrouve Sten Torstensson assassiné à son cabinet. Kurt Wallander décide de reprendre ses fonctions…Un policier passionnant quoique le suspens soit mince puisqu’on avait une idée du meurtrier – l’homme qui souriait – assez vite. Ce qui était intéressant c’était de voir la mise en route et l’orientation progressive de l’enquête. L’analyse psychologique des états d’âme des divers policiers était très fine. On ne peut qu’apprécier la lenteur de l’avancée de l’enquête, goûtant les errements et le cheminement des policiers, avancée rythmée par les indications de temps, à la fois chronologique et météorologique. J’ai eu plaisir à retrouver Kurt Wallander, toujours aussi tourmenté et passionné dans son enquête. Après avoir songé à démissionner, sortant d’une sévère dépression, il se relance à corps perdu dans le travail, se sentant coupable de n’avoir pas répondu favorablement à Sten Torstensson. J’ai apprécié le côté introspectif du roman, regrettant toutefois le peu de suspens. Seraphita

Seraphita
28/08/10
 

Je ne lis que très rarement des romans policiers, pourtant celui-ci me passait sous la main. Je pensais que j’allais être moyennement attirée par l’intrigue, d’autant plus qu’elle met en place très lentement à mon goût, mais finalement je me suis laissé emporter. Les personnages sont finement décrits, tant le torturé Wallander que son intelligente collaboratrice Ann-Britt ou encore le mystérieux Harderberg. Tous les collègues du protagoniste commissaire sont intéressants par bien des aspects, mais ce qui fait surtout le charme de ce roman réside en deux points : d’une part, la critique sous-jacente de l’institution policière suédoise, qui est de plus en plus ralentie par l’essor des fonctionnaires et des paperasses administratives ; d’autre part, la traque d’un riche entrepreneur à la renommée internationale qui prétend agir en toute impunité grâce à sa position. La question que pose l’auteur étant bien sûr : les riches et les puissants ont-ils le droit de contourner les lois qui régissent le monde des hommes « normaux » ? Moi qui ne suis pas vraiment fan de polars, en voilà un qui m’a bien plu. http://blue-imaginarium.eklablog.com/

Shirayukihime
13/08/13
 

Une découverte pour moi, que cet auteur. Je voulais le lire depuis un bon bout de temps, mais je n'y pensais plus une fois devant les rayons de la bibliothèque.Oubli réparé et bien contente ! J'ai vraiment aimé.Un peu un style à la Indridason ou Larsson, avec des personnages un peu moins «bourrins» mais spéciaux et attachants.Vivement le prochain ! Accrobiblio

un flyer
07/08/13

Encore un très bon moment offert par Henning Mankell en faisant partager les sentiments des hommes du commissariat d'Ystad (dieu que cette ville m'est devenue familière à 1900 kilomètres de chez moi !), avec au premier son chef de meute Kurt Wallander.Comme d'habitude, on termine avec une seule envie, un autre Opus.

guell
13/05/13
 

Cher WallanderJ’avoue vous avoir quitté à l’issue de la lionne blanche quelque peu inquiète à votre sujet. Vous ne paraissiez pas, c’est le moins que l’on puisse dire au meilleur de votre forme. Profondément marqué au cours de cette dernière enquête, vous étiez absent de votre commissariat en pleine dépression.Je vous retrouve ici, loin de tout, toujours par monts et par vaux, ne tenant jamais en place, bien décidé à ranger le Commissaire Wallander dans l’armoire des retraités…..Et vous revoilà de retour parmi les vôtres, plus décidé que jamais tirer une affaire au clair. Et oui, vous êtes un coriace, et vous le prouver encore une fois ici, et avec encore plus de brio, et de profondeur. Les épreuves vous ont rendu sensible comme un sysmographe, plus humain. Je vous ai trouvé touchant avec Ann- Britt, a qui vous laissez largement sa chance dans ce milieu macho qu’est la police. Elle se révèle être une excellente collègue, et complice. Toujours amoureux, vous passez, enfin, le cap. Vous aurez mis le temps à la retrouver votre Baïpa…. Il en aura fallu des lettres écrites puis détruites avant que vous vous décidiez à vous jeter à l’eau.Ceci étant, vous n’avez rien perdu de votre mordant. Commissaire, vous l’êtes resté jusqu’au bout du képi. Et pourtant, l’affaire ne paraissait pas très bien engagée.Encore une fois, vous avez su doser, et accélérer le rythme de votre enquête de manière intelligente. Vous avez le chic pour me faire partir au quart de tour et m’occasionner des réveils difficiles !!! Ne craignez rien, j’en redemande !!!@ bientôt commissaire.PS : Comme vous je me méfie des gens qui sourient trop bien, et trop facilement….ça cache toujours quelque chose. Et vous vous en êtes rendu compte. http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
03/10/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.24 kg
  • Langage original : SUEDOIS
  • Traducteur : ANNA GIBSON

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition