L'hotel new hampshire

IRVING, JOHN

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 01/04/82
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Rarement une voix avait su captiver l'imagination des lecteurs et des critiques comme celle de John Irving, dans Le Monde selon Garp, son premier roman traduit en français. Une fois encore, avec son nouveau livre, L'Hôtel New Hampshire, chacun se laisse envelopper et séduire par un univers tout aussi étrange et désarmant : celui de l'excentrique famille Berry.Car, comme l'explique John - narrateur et troisième rejeton de cette famille qui comprenait cinq enfants, un ours et un chien nommé Sorrow : "Notre histoire favorite concernait l'idylle entre mon père et ma mère : comment notre père avait fait l'acquisition de l'ours ; comment notre père et notre mère s'étaient retrouvés amoureux et, coup sur coup, avaient engendré Frank, Franny et moi-même ("Pan,
Pan, Pan !" disait Franny) - puis, après un bref intermède, Lily et Egg ("Paff et Pschitt !" disait Franny).C'est ainsi que la voix de John Berry, tour à tour nostalgique et passionnée, nous relate son enfance et celle de ses frères et soeurs dans trois hôtels et sur deux continents différents. "La première des illusions de mon père était que les ours peuvent survivre à la vie que mènent les humains, et la seconde que les humains peuvent survivre à la vie que l'on mène dans les hôtels."Ce qu'il advint des rêves de Win Berry et comment ces rêves influèrent sur la destinée de ses enfants, tel est le sujet de ce roman grave et hilarant dû à "l'humoriste américain le plus important de ces dix dernières années", selon les termes de Kurt Vonnegut.
1 personne en parle

Comme toujours, John Irving dénonce les travers de la société américaine. Les écoles, la ségrégation qui y existait encore et leur loi du silence en prennent pour leur grade puisque la manière dont l'école tait le viol de la soeur de John (le narrateur) aura des conséquences sur son incapacité à s'éloigner émotionellement de son violeur.It was an incident that was hushed up in the best private school tradition. It was remarkable, really, how a school as unsophisticated as the Dawn school could at times imititate exactly the decorum of silence in dealing with the distateful matters that the more sophisticated schools had learned with science.Vous verrez Halloween sous un jour nouveau, comme le moment où tout est permis puisqu'on est masqué. On y retrouve aussi un personnage écrivain qui a du mal à gérer le poids du premier succès de son roman. On sent que la petite Lilly, bien que différente de l'auteur par son physique, lui ressemble. On y retrouve des références littéraires, ici Gatsby le Magnifique qui représente le père du narrateur et son éternelle insatisfaction et qui est aussi un poids lourd à porter pour Lilly car comment commencer à écrire quand on sait qu'on ne pourra jamais rivaliser avec une fin aussi parfaite. Moby Dick enchante aussi John (le narrateur). Les deux thèmes principaux sont cependant le viol et comment vivre après un tel drame (Irving le définit comme l'acte le plus violent auquel on puisse on puisse survivre) et l'amour incestueux entre John et sa grande soeur et là, l'auteur y va très fort,fidèle à lui-même mais n'a pas réussi à me choquer. L'homosexualité, à la fois féminine et masculine est aussi abordée.On y retrouve bien sûr des ours (ils me manquent quand Irving les délaisse), des prostituées non idéalisées (Irving les critique plusieurs fois), un père absent même s'il est physiquement présent. Les lieux, comme toujours, sont presque des personnages: Vienne, qu'Irving connaît bien pour y avoir vécu, devient aussi vivante que la famille Berry, une famille très attachante. Et comme je l'aime chez Irving, le narrateur ne finit pas avec la femme la plus sexy du roman, loin s'en faut. Par contre, ce revirement inattendu de libido m'a paru un peu léger. Je reprocherais aussi à ce roman de partir parfois dans tous les sens, il y a presque trop de thèmes.

cocalight
28/06/12
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.52 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : MAURICE RAMBAUD