L'illusion comique

CORNEILLE, PIERRE

EDITEUR : HACHETTE EDUCATION
DATE DE PARUTION : 10/09/03
LES NOTES :

à partir de
1,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Bibliolycée : une collection d'oeuvres classiques conçue pour les élèves de lycée et recommandée par les enseignants - Le texte intégral annoté. - Un questionnaire bilan de première lecture. - Des questionnaires d'analyse
de l'oeuvre. - Des corpus accompagnés de questions d'observation et de travaux d'écriture. - Une présentation de l'auteur et de son époque - Un aperçu du genre de l'oeuvre et de sa place dans l'histoire littéraire.
6 personnes en parlent

Formidable pièce de Corneille, ma préférée de l'auteur, ode au théâtre et aux comédiens, qui souligne au passage toute la complexité de notre monde, tiraillé entre rêve et réalité, représentation et vie avérée.L'auteur semble avoir très finement mis en avant son propos dès le titre de la pièce.D'emblée, Alcandre, sorte de magicien, va convoquer les spectres et donner à voir à Pridamant son fils Clindor dont il n'a aucune nouvelle. Et le lecteur-spectateur va se retrouver pris dans une folle sarabande riche de rebondissements, et se laisser duper à plusieurs reprises entre ces différentes scènes, jeux de théâtre dans le théâtre, où la représentation nous fait profiter de divers genres.Le personnage de Matamore est incroyable, lui qui n'existe que par la parole, dont toute la vie est fantasme pur.Un vrai plaisir qui n'a absolument pas vieilli. Maltese

Maltese
06/10/09
 

Je n'ai pas été vraiment emballé par le Cid. Déjà, le langage utilisé à l'époque de Corneille n'est pas évident à comprendre pour nous. Ensuite, l'histoire en elle-même n'est pas transcendante. Mais bon, comme on dit que c'est un classique, on ne peut pas le sous-noter

un flyer
02/07/14

Pièce étrangement construite. Un prologue qui pose le décor d'une grotte quelque part en Touraine suivi de trois actes tenant du drame et la conclusion qui achève le tout en une comédie à la manière du tableau dans le tableau "Les Ménines" du peintre espagnol Velázquez qui place le spectateur dans la situation du couple princier en train d'être peint par le peintre lui-même. Nous subissions de fait le regard impérieux du peintre; regard qui nous interroge. Représentation de soi qui ne sera jamais matérialisée (le tableau ne sera pas produit).Car le père se reprochant sa dureté envers son fils, qui l'a fui et qu'il retrouve derrière un rideau de scène de théâtre, joue-t-il sa vie ou bien la comédie ? Comédien jouant la comédie ? ou vie de son fils qui est une comédie ? Double langage, double vision, le spectateur se trouve lui-même sur la scène de théâtre, composant un tableau baroque et comique à souhait.Les jeux de l'amour et du hasard tiennent le haut de la scène : morale en apparence, laissant volontiers place à la débauche des sens qui sont repris in extremis dans une palinodie cocasse. Le mari aventureux jure à celle qui veut bien le croire qu'il ne la trompera plus... Le lecteur n'y croit goutte. Et pourtant, le mari, devant celle qui pouvait devenir en acte sa maîtresse, le démontre à en mourir.Pierre Corneille (1606-1684) publie cette pièce dans la même année que "Le Cid", en 1636. Il y démontre un grand talent de versificateur plaisant qui annonce le genre affectionné par Molière.

MariePattz
14/05/14
 

Je n'ai lu que très peu de pièce de Corneille, mais celles-ci ont suffit pour le hisser tout en haut de mes auteurs de théâtre préféré. Du coup, j'étais vraiment impatiente et curieuse de découvrir L'illusion comique, d'autant plus que ce titre est vraiment étrange...J'ai vraiment passé un excellent moment avec cette pièce vraiment pas comme les autres ! L'intrigue m'a beaucoup plu : elle est assez décousue et pourtant les liens entre les différentes situations et les différents personnages sont vraiment là et tenace. J'ai été assez étonnée de voir à quel point ce méli-mélo était en fait très organisé, ce que j'ai d'autant plus apprécié que la pièce est "classique" : Corneille est vraiment fort pour nous surprendre là où on ne l'attend pas !Les différents personnages m'ont bien plu. J'ai notamment apprécié leurs caractères bien trempés qui les rendent assez imprévisibles et provoquent de nombreux retournement de situation.Lyse m'a énormément plu : bien qu'elle ne soit qu'une servante, j'ai beaucoup aimé le fait qu'elle n'ai pas la langue dans sa poche !J'ai trouvé l'écriture de Pierre Corneille très agréable : il fait vraiment parti de ces auteurs classiques qui sont facilement abordables, notamment par sa modernité pour l'époque et surtout grâce à son langage simple !L'illusion comique est une pièce de théâtre à découvrir.

MademoiselleLuna
10/05/13
 

L'Illusion comique est une pièce de théâtre de Corneille datant de 1635. Après un long succès lors de sa création, elle sera peu à peu oubliée car la pièce est totalement étrangère à la dramaturgie classique.Le théâtre n'est pas un genre littéraire que j'affectionne particulièrement et je ne pense pas faire beaucoup de chroniques sur des pièces de théâtre. Du coup, pour l'instant, elle restera dans la catégorie "Roman - Classiques"J'ai travaillé sur cette oeuvre lors d'un cours et je suis retombée dessus cet après-midi en faisant un peu de rangement. N'ayant rien d'autre à lire sous la main, je me suis dis "pourquoi pas !" Le texte Premier problème, j'ai un gros soucis avec les vers. Pour moi, c'est beaucoup de complications pour pas grand chose et cela me rend la lecture assez difficile. Pour être franche, généralement, lorsqu'une tirade fait plus de 6-7 vers, je la saute ! Sans oublier que certains vers sont assez complexes. Lorsque je l'ai lu la première fois, j'ai réellement eut du mal à comprendre la fin du fait de la difficulté de ces derniers.Mais on trouve des vers vraiment beaux et même drôles (oui, c'est drôle encore aujourd'hui !). J'ai spécialement aimé une tirade d'Isabelle, dans la scène 3 de l'Acte 2, lorsqu'elle tente d'expliquer à Adraste, un de ses prétendant, qu'elle ne veux vraiment pas de lui : "Nous donnons bien souvent de divers noms aux choses / Des épines pour moi, vous les nommez roses, / Ce que vous appelez service, affection, / Je l'appelle supplice et persécution."Les personnagesJ'ai toujours un peu de mal à me retrouver avec les personnages dans les pièces de théâtre. Dans le premier acte, à chaque scène, je dois souvent faire des allers-retours sur la page des acteurs pour m'y retrouver. Mais ça, ce n'est pas bien grave... Les personnages sont attachants, parfois un peu énervant. J'aime particulièrement Matamore, le capitan gascon. Il veut toujours se faire passer pour ce qu'il n'est pas et les autres personnages sont constamment en train de se moquer de lui et lui n'en s'en rend même pas compte ! On irait bien le secouer un coup ^^.L'histoireL'histoire est rigolote. Un peu d'amour pas trop "cul-cul la praline", de la jalousie, des trahisons et de l'humour qui fonctionne malgré les siècles écoulés. Oui ! cette pièce m'a arraché des sourires ! Pas de grosses poilades à en avoir mal aux abdos, certes, mais des risettes. ConclusionJ'ai aimé redécouvrir cette lecture dans un contexte autre que scolaire. Le problème de l'école, c'est que bien souvent, elle nous fait détester des classiques de ce genre ! Difficile de se décider à se remettre dedans plusieurs années après. L'avantage d'une pièce de théâtre, c'est que c'est court et donc rapide à lire.D'un autre côté, mes connaissances scolaires m'ont aidées à mieux décoder l'œuvre. Surtout du point de vue du "théâtre dans le théâtre" et dans l'art de l'illusion. On retrouve ces deux thèmes très souvent et je n'y aurais probablement pas fait attention si je n'avais jamais travailler sur cette œuvre.Cette pièce reste une œuvre assez difficile tout de même.

Laeti1304
08/04/13
 

J'ai lu ce livre pour les cours et je dois le dire, j'ai eu du mal à le terminer. En général, je ne suis déjà pas une grande fan du théâtre écrit alors quand il est en vers et dans un français plutôt difficilement compréhensible, ça devient vite compliqué. Bien que j'ai fortement été dérangée par l'écriture, j'ai bien apprécié l'histoire. L'idée qu'un père qui a chassé son fils le cherche et obtienne de ses nouvelles grâce à un magicien qui projette des ombres sur un mur qui racontent la vie de ce fils recherché m'a bien plu. J'ai également bien aimé le fait que cette pièce traite du théâtre. La mise en abyme est très bien trouvée. En effet, si Pridamant a chassé son fils Clindor, c'est parce que ce dernier voulait être acteur et que son père refusait car il pensait que le théâtre n'était pas un métier valorisant. Cependant, en voyant ce qu'est devenu son fils et en le voyant grâce à des ombres projetées sur un mur, qui reprennent le rôle des personnages de théâtre, Pridamant va changer d'avis.C'est donc un avis peu positif que j'ai sur ce livre puisque j'ai eu du mal à le lire. Je ne regrette cependant pas de l'avoir lu car les livres de Corneille sont selon moi des classiques qui méritent d'être lus au moins une fois. Stories-of-books

storiesofbooks
15/09/12
  • Auteur : CORNEILLE, PIERRE
  • Collection : BIBLIOLYCEE
  • Éditeur : HACHETTE EDUCATION
  • ISBN : 9782011687104
  • Date de parution : 10/09/03
  • Nombre de pages : 206

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.18 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition