L'instinct de l'equarrisseur

DAY, THOMAS

livre l'instinct de l'equarrisseur
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 30/09/04
LES NOTES :

à partir de
8,80 €

SYNOPSIS :

Sherlock Holmes existe bel et bien ! Simplement il se trouve avec le professeur Watson sur une Terre parallèle ayant jadis reçu la visite des Worsh, des extraterrestres désormais parfaitement intégrés à la communauté humaine, qui bénéficie de leur technologie avancée ; et notre Conan Doyle, capable de se rendre sur cette autre Terre grâce à une invention de Watson, se contente dans notre monde de raconter les vraies aventures du célèbre détective - très
édulcorées, cela va sans dire. Car Holmes, l'«Assassin de la Reine», n'a pas grand-chose à envier aux monstres qu'il pourchasse... Le fabuleux trio, au fil de ses aventures, va devoir affronter pas moins de deux Jack l'Éventreur, et combatre l'infâme professeur Moriarty, ennemi juré de Sherlock Holmes, qui va tout faire pour découvrir la clé de l'immortalité - un secret qui se dissimulerait dans un bien mystérieux Instinct de l'équarrisseur...
6 personnes en parlent

Bas instincts Sherlock Holmes existe. Mais dans un monde parallèle au nôtre, différent mais si proche. Si Arthur Conan Doyle s’inspire de cet homme fantasque et inquiétant pour écrire des romans à succès, il masque bien des aspects de sa personnalité trouble. Un récit qui alterne entre Londen, cité où les croyances s’ancrent dans la réalité, et notre Londres du 19e, où Conan Doyle utilise ses expériences auprès de Sherlock Holmes pour résoudre des mystères.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Un roman mettant en scène Sherlock Holmes est toujours quelque chose qui est tentant. Et quand c'est par Thomas Day, encore plus. Je ne vous parle même pas du cas où cela sent l'histoire qui va partir dans tous les sens... Enfin, si, dans quelques lignes.L'instinct de l'équarrisseur se déroule dans deux univers parallèles : le notre, où vit Arthur Conan Doyle, et un parallèle, où vivent Sherlock Holmes et John Watson ainsi que les Worsh, une espèce extraterrestre pacifique. Doyle a été recruté par le duo pour être leur biographe - d'où les aventures d'Holmes que nous connaissons. Mais nos versions ne sont que des histoires édulcorées, presque des contes pour enfants, en comparaison du véritable Sherlock, qui se complaît dans la torture et le meurtre.[la suite sur 233°C] Baroona - 233°Chttp://233degrescelsius.blogspot.fr/

Baroona
29/10/15
 

L'histoire du roman est très iconoclaste : Arthur Conan Doyle n'a rien inventé en narrant les aventures de Sherlock Holmes. Il n'a fait que reproduire, en les adoucissant, les aventures vécues par Sherlock Holmes et son assistant Watson dans un monde parallèle. Dans ce monde parallèle, Sherlock voyage dans Londen et affronte Moriarty, mais surtout ce monde est occupé par les Worsh, créatures d'une intelligence supérieure qui cohabitent avec les humains.Le roman est iconoclaste également car il détruit l'image du Sherlock Holmes fumant tranquillement sa pipe, jouant du violon et impassible. Ici, c'est un détective pervers qui n'hésite pas à faire usage de la violence. Sherlock applique la loi du talion, et n'en éprouve aucun remord.Pendant ma lecture, j'ai assez peu eu en tête l'image habituelle de Sherlock. J'ai vraiment pris ce roman comme une aventure à part, peut-être pour ne pas écorner cette image justement. Thomas Day nous plonge à la fois dans le Londres victorien de Conan Doyle, où il croise notamment Oscar Wilde et Jack l'éventreur, mais aussi le Londen de Sherlock, avant une scène d'affrontement impitoyable entre Moriarty et Sherlock au fin fond de l'Amazonie (cela m'a d'ailleurs fait penser au dernier Indiana Jones).Le seul petit défaut à mon goût est un problème de construction, puisque que le roman est en deux parties, séparées par un entracte (présenté tel quel dans le roman). Si je saisis le lien entre l'entracte et la deuxième partie, j'ai eu l'impression que la première partie et la seconde auraient pu faire deux livres différents. Car hormis l'instinct de l'équarisseur qui donne son titre au livre, peu d'éléments sont communs aux deux intrigues.

Yohan59
18/10/12
 

L'instinct de l'équarisseur, sous-titré Vie et mort de Sherlock Holmes, est un roman foisonnant et déjanté, qui est construit sur une excellente idée : Holmes et le Professeur (et non Docteur) Watson, existent bel et bien, dans un monde parallèle au nôtre, plus violent et plus avancé technologiquement, sans pour autant être tout à fait un monde steampunk, puisque grâce aux Worsh, des extra-terrestres tombés sur la Terre des milliers d'années auparavant, les humains utilisent la radioactivité, les voitures volantes et autres. Holmes, personnage violent, impulsif, autoritaire et complètement dépendant de la drogue, est l'assassin royal : il est le seul à qui la reine Epiphany Ière a donné le permis de tuer sans rendre de compte à personne. Il mène des enquêtes à sa manière, se terrant dans sa chambre pendant des jours pour en sortir surexcité et prêt à tout, et rend la justice de manière expéditive et cruelle. Watson est son associé, espèce de savant fou au look de cow-boy des villes qui ne se sépare jamais des Colts qu'il porte à la ceinture et qui porte ses longs cheveux argentés en catogan. Outre l'excellente dynamique de ce duo d'enquêteurs totalement farfelu, la grande réussite de ce roman tient à la fois dans la personnalité de Conan Doyle, personnage à part entière que j'ai pris infiniment de plaisir à voir évoluer, entre sa pratique, la littérature, sa femme et les fées, mais aussi dans la façon dont l'intrigue est nourrie de références au monde holmésien et à l'univers doylesque. La première partie du récit met en scène Jack l'éventreur et j'ai beaucoup aimé la façon dont Conan Doyle, aidé de manière aussi impromptue qu'imprévue par un Oscar Wilde qui rêve d'en découdre (son travestissement en appât est un grand moment), met fin aux agissements du tueur. La deuxième partie oppose dans un dernier bras de fer Moriarty et Holmes, dans une jungle sud-américaine où l'on croise Pat Garett et des révolutionnaires, une potion qui rend immortel, des dirigeables, Jack London, une rousse flamboyante qui sème la mort et la désolation et des créatures tout droit échappées du Monde perdu. C'est souvent drôle (le déjeuner avec le crabe préhistorique restera dans mes annales), parfois cruel, plein de trouvailles, et le côté "fourre-tout" que l'on aurait pu craindre est évité par un récit bien tenu, bien documenté et bien construit. Une réussite.

fashiongeronimo
12/08/12
 

Révélation: Sherlock Holmes a bien existé et Conan Doyle l'a connu; non je ne délire pas, tout est dit dans ce roman mettant en scène ce dernier, parti aider le célèbre détective et son docteur d'acolyte sur une Terre parallèle, à la poursuite d'un terrible monstre et du pire ennemi d'Holmes. Cascades d'aventures dans un roman loin des enquêtes habituellement plutôt feutrées du locataire de Baker Street. Complétement délirant, plein d'humour et d'action, "L'instinct de l'équarrisseur" met en scène un Sherlock Holmes enragé, véritable aventurier qui ne fait pas dans la dentelle, finalement assez différent du détective que l'on connaît. Un très bon divertissement dans lequel on ne s'ennuie à aucun moment. <p>Maltese</p>

Maltese
16/05/12
 

Bas instincts Sherlock Holmes existe. Mais dans un monde parallèle au nôtre, différent mais si proche. Si Arthur Conan Doyle s’inspire de cet homme fantasque et inquiétant pour écrire des romans à succès, il masque bien des aspects de sa personnalité trouble. Un récit qui alterne entre Londen, cité où les croyances s’ancrent dans la réalité, et notre Londres du 19e, où Conan Doyle utilise ses expériences auprès de Sherlock Holmes pour résoudre des mystères.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.23 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition