La belle et la bete

DE VILLENEUVE+DELESS

livre la belle et la bete
EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 19/09/01
LES NOTES :

à partir de
12,50 €

SYNOPSIS :

Les plus grands contes de tous les pays interprétés par les meilleurs illustrateurs contemporains. « Il était une fois »... Cette phrase annonçant des mondes magiques de fées, d'ogres ou de nains, nous l'avons tous en mémoire et en songe. Les contes habitent notre enfance et notre âge mûr. Ils nous offrent des récits palpitants. Ils n'imposent aucune morale mais dessinent, pour nos imaginations ravies, un univers précieux de symboles et de repères psychologiques. Ils nous enrichissent en profondeur, pour toute la vie. Voilâ pourquoi nous rééditons aujourd'hui une anthologie des plus grands textes - parmi lesquels ceux de
Grimm, Perrault et Andersen. Leur langue est limpide et leur illustration est confiée aux meilleurs artistes d'Europe et d'Amérique : André François, Seymour Chwast, Heinz Edelmann, Monique Félix, Marcel Imsand, Etienne Delessert, Rita Marshall, Georges Lemoine, John Howe, Roberto Innocenti et Sarah Moon. Elle renouvelle totalement le genre : c'est une extraordinaire porte ouverte sur l'art contemporain. Les illustrations de Roberto Innocenti et Etienne Delessert ont été réalisées à l'origine en grand format et ce n'est que justice de rendre hommage au grand talent de ces artistes en réimprimant ces albums au format réel.
3 personnes en parlent

Étant une fan absolue de tous les dessins animés Disney et en particulier de La Belle et la Bête, je ne pouvais pas passer à côté du conte qui l'a inspiré. Je me suis donc lancée avec plaisir dans ce court livre, mais non sans quelques appréhensions...J'ai eu énormément de mal à rentrer dans l'histoire, je n'arrivais pas à accrocher au style de l'auteure, qui assez déroutant. Cependant, malgré le langage et les expressions désuètes, on s'y habitue vite et on se laisse entrainer par l'histoire.Celle-ci ne ressemble quasiment en rien à celle qu'on connait. Dans le conte original, Belle est la fille cadette d'un riche marchand qui a fait faillite suite des mauvais placements. Toute la famille part donc s'installer à la campagne le temps de se remettre à flot. Un jour, on prévient le marchand que l'un de ses bateaux, qui avait disparu en mer, a refait apparition. Il part donc voir l'état de sa marchandise. Sur le chemin du retour, il se perd et découvre un château assez terrifiant. Il y pénètre pour demander refuge pour la nuit, mais il ne rencontre personne. Par contre, un repas a été préparé pour lui. Le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil, il est prêt à prendre la route quand il aperçoit de magnifiques rosiers. Il décide de prendre une rose pour l'offrir à Belle, mais la Bête surgit à ce moment-là, fou de rage de voir le marchand lui voler un bien aussi précieux. Il lui laisse un mois pour faire un choix : soit revenir seul et payer de sa vie cet affront, soit revenir avec l'une de ses filles consentante et la laisser au château pour toujours. C'est comme ça que Belle se retrouve chez la Bête... La suite de l'histoire, vous la connaissez (du moins, en partie ^^).J'ai beaucoup aimé ce conte, même s'il est totalement différent de l'histoire qu'on connait. On se laisse facilement embarquer.Si la première partie du conte a été relativement bien suivi par Disney, la vraie fin du conte n'a pas été adapté. Il faut dire qu'elle complique sacrément l'histoire. Mais personnellement, j'ai beaucoup aimé, je la trouve magique, bien qu'un peu tirée par les cheveux.Ce livre a vraiment été une jolie découverte, je ne regrette pas cette lecture, mais une chose est sûr, c'est la version Disney ma préférée ! ^^

Laetydu79
20/02/14
 

Une histoire dans laquelle je n'ai pas eu de mal à rentrer. Tout est très bien écrit, et superbement construit : décors, intrigue, personnages, etc... On reconnait tout de suite le livre qui a inspiré Jean Cocteau dans sa version de "La Belle et La Bête" avec Jean Marais et Josette Day (1946) : le château, à la fois splendide et mystérieux, les miroirs magiques, les animaux, etc...À vrai dire, j'ai même été surprise par cet amas de féerie. J'étais persuadée que Disney avait la main lourde sur la magie, mais finalement, ou du moins pour cette histoire, c'est le livre qui l'emporte. Mais parce-qu'il a toujours un "mais", voici les deux points qui m'ont gênée :J'ai été déçue de la relation qu'entretiennent La Belle et La Bête. En prenant la place de son père dans le château, notre héroïne ne pensait pas être traitée comme une reine : bijoux, robes, repas. Tout est démesuré ! Mais elle n'en reste pas moins la prisonnière du maitre de ses lieux. Ce dernier, peu locace, se limite à des : "Bonsoir Belle, voulez vous coucher avec moi ce soir ?". Entendez plutôt : Voulez vous dormir à mes côtés DONC devenir ma femme. Question à laquelle Belle répond toujours (ou presque) "non". Elle passe alors ses journées seule, entourée d'animaux, à la recherche d'activités. Le soir venu, elle se rattrape dans ses rêves. Des songes merveilleux, grace à l'apparition d'un bel inconnu. Vous l'aurez compris, cette histoire tourne vite au ménage à trois. Et même si nous, lecteurs, nous saisissons très vite (pour ne pas dire tout de suite) que cet homme et la bête ne font qu'un, Belle, elle, ne fera le lien qu'à la fin... Donc, si le lecteur saisit la situation de la bête, et toute la tendresse qu'il éprouve pour Belle, il n'en est pas de même pour elle qui voit encore ces deux personnes (l'inconnu et La Bête) comme deux êtres que tout oppose.Et lorsque Belle avoue avoir des sentiments pour La Bête, je me suis retrouvée à me demander pourquoi ? On réalise alors que ces sentiments ne sont que le résultat de sa raison. En effet, elle mène un train de vie que beaucoup lui envieraient et sa famille a à nouveau de l'argent grâce à la générosité de la Bête. Mais outre cette abondance matérielle, il n'est à aucun moment rapporté que les deux personnages aiment à discuter, etc... Donc, comme le livre le met en avant tout le long, la raison l'emporte sur les sentiments = prend l'oseille et tais-toi !Le deuxième point négatif de ce livre, et je m’arrêterai là, est le long monologue final de la fée. Un discours qui se révèle être important, car il apporte énormément d'informations. Faisant de cette histoire plus qu'une amourette fleur bleue. Mais, trainant en longueur, il m'a obligée à relire plusieurs fois certains passages afin d'être sure de suivre le fil... Une tirade qui amène un dénouement un peu trop parfait à mon gout. C'est plus du "Happy ending", c'est du.......Conte de fée ! En fait ça doit être ça un vrai conte de fée. Quelque chose qui reste dans l’irréel. Contrairement à tous ces dessins animés qui cherchent de plus en plus à ancrer leurs intrigues dans une réalité plus moderne... JACOBINETTE

Jacobinette
05/04/12
 

Je me suis plongée dans ce conte avec un plaisir non feint. Je n’ai vu le dessin animé qu’une seule fois dans ma vie et je n’ai pas lu ou vu d’autres adaptations. Autant dire que je ne connaissais presque pas l’histoire. J’ai ainsi pu palier ce petit manque.Le récit semble se diviser en deux parties. Les 100 premières pages racontent l’histoire de la Belle et la Bête comme la plupart des gens la connaisse. Il n’y a que quelques détails qui changent … comme la bête qui est hideuse, couverte d’écailles avec une trompe – bien loin du beau monstre à tête de lion que je ne pouvais m’empêcher de visualiser. La deuxième moitié raconte les « coulisses », c’est-à-dire, pourquoi le prince a-t-il été transformé en monstre, et pourquoi Belle lui était finalement destinée. On découvre à cette occasion le monde des fées et tous les mécanismes de cette société.Si j’ai beaucoup aimé le style de la première partie, car il est fluide et bien écrit, j’ai eu plus de mal avec la deuxième partie. Les phrases y sont plus lourdes et les tournures y sont alambiquées et inhabituelles. Cela ne m’a toutefois pas empêchée d’apprécier ma lecture.Ce conte présente principalement deux personnages, la Belle et la Bête. Si la première est tout de suite agréable au lecteur, la Bête reste finalement le plus intéressant. En effet, au début il est un peu antipathique, on ne le voit pas beaucoup, et lorsqu’on le voit il répète toujours les mêmes phrases. Cependant, plus le récit avance, plus il se fait attendrissant et on finit par être touché par ce monstre.Si je n’ai qu’une chose à déplorer c’est que tout se finit bien dans le meilleur des mondes, et que tout est très « convenable ». Tout s’arrange pour le mieux comme par magie (et là c’est vraiment le cas puisqu’une certaine fée y a fourré son nez …). Toutefois, je sais parfaitement que c’est le genre qui veut que ce soit ainsi et cela ne gâche en rien la lecture. Au contraire, cela m’a plutôt fait sourire.Pour finir, je dirai que ce conte est une lecture bien agréable et très rapide à lire. J’ai redécouvert une histoire dont le début est plus connu que la suite. D’une manière générale, le style d’un autre temps – et encore on voit qu’il a tout de même été réactualisé – ne m’a pas gênée. Je vous le conseille fortement ! Lady K

LadyK
23/10/11
 

Format

  • Hauteur : 28.00 cm
  • Largeur : 20.50 cm
  • Poids : 0.43 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie