La breve et merveilleuse vie d'oscar wao

DIAZ, JUNOT

EDITEUR : PLON
DATE DE PARUTION : 22/01/09
LES NOTES :

à partir de
15,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

" Peu importe en quoi vous croyez, le fukû, lui, croit en vous. " Le fukû, c'est la malédiction qui frappe la famille d'Oscar, une très ancienne légende dominicaine. Oscar, rêve de mondes fantastiques, s'imagine en Casanova ou Tolkien, tombeur des îles et génie des lettres... au lieu de quoi il grandit et grossit au fond de sa classe et de son New Jersey, binoclard fou de SF, souffre-douleur obèse et solitaire. Et ses seuls superpouvoirs sont ses voyages dans le temps et l'Histoire : celui de sa mère, Beli, fuyant
Saint-Domingue et la dictature de Trujillo, la fugue de sa soeur Lola et son retour au pays à lui. Ses pas ramenés inexorablement par le fukû, le destin, le désir, ou l'amour, à ses origines et à sa fin. Fantaisiste en diable, passe-muraille de langues et de mondes, La Brève et Merveilleuse Vie d'Oscar Wao pourrait n'être que la saga tragicomique d'une famille dominicaine aux Etats-Unis, si elle n'était pas surtout une explosion romanesque, une source intarissable et jouissive d'invention littéraire.
6 personnes en parlent

Long ... très. Et difficile à lire. Pas passionnant non plus. Le choix de présentation donne l'impression que les chapitres n'ont aucun rapports entre eux. L'histoire aurait pu être intéressante, mais elle ne l'ai pas. Les personnages ne sont même pas attachants, alors qu'est-ce que ça peut nous faire qu'ils soient poursuivi par une malédiction ? Le verlan + mots inventés + espagnol vous achèvera sans aucun doute (si vous avez résisté jusque là !) surtout si vous ne parlez pas un mot d'espagnol et qu'il y a des paragraphes entiers dans cette langue ... bref, à ne pas lire si on est pas super motivé ! Lady K

LadyK
07/10/10
 

« Notre héros, c'était pas un de ces lascars dominicains dont tout le monde tchatche – c'était pas un as de la batte ou un bachatero choucard, ni un bogosse avec un milliard de bombax scotchées au slibard. Et à part une brève période au début de sa vie, il a jamais trop eu la cote avec les meufs, le mec (ce qui est particulièrement peu dominicain de sa part). »Oscar est un jeune dominicain dont la famille a émigré dans le New jersey pour fuir la dictature de Trujillo, « le Tyran le plus Tyrannique ayant jamais Tyrannisé son peuple ». Vrai tombeur des bacs à sable dans sa prime jeunesse (il avait, à l'âge de sept ans, deux petites amies en même temps, « son premier et dernier ménage à trois »), puis ado introverti et obèse, fan de science-fiction, cœur d'artichaut tombant amoureux en un clin d'œil mais sempiternel puceau, Oscar envisagea de consacrer sa vie à la conception de jeux de rôle avant de se mettre en tête d'être écrivain et de devenir le « Tolkien dominicain ».On suit ainsi les mésaventures d'Oscar avec la tendresse et l'affliction d'un ami compatissant à son désarroi et au désastre de sa vie. Car Oscar est l'objet d'un fukú (mauvais sort à la sauce dominicaine, spirale infernale de l'échec) qui colle à sa famille depuis des générations. Ni son grand-père martyrisé à cause d'un prétendu « Fâcheux Commentaire » sur « El Jefe », ni sa mère Belicia, ancienne bombe sexuelle des barrios ayant fui son île dominicaine et devenue mégère tyrannique et abusive, ni sa sœur Lola, rebelle et fugueuse, personne dans sa famille n'y a réchappé. Alors, pour le dernier rejeton de la famille, ce n'était pas gagné ! C'est ainsi que, nourrie des destins de ses aïeux brisés par la torture, la prison, l'exil et les amours impossibles, la vie d'Oscar s'avérera conforme à la fatalité du fukù : saga fulgurante et désastreuse d'un redoutable raté.A la fois chronique épique et fantaisiste d'une famille d'immigrés dominicains dans le New Jersey, roman politico-historique dénonçant avec causticité la dictature dominicaine, et véritable hymne aux "sous-cultures" (science-fiction, fantasy, pop, punk, mangas...), ce roman surdimensionné est un livre frappadingue, exubérant et réjouissant !Cependant sa langue métissée de spanglish et d'argot, bien que vivifiante à dose homéopathique, le rend difficile d'accès et quelque peu abscons : « Ma gadji, Suriyan, a découvert que je kénais avec une de ses hermanas. Queutards : ne baisez jamais jamais jamais avec une biatch qui s’apelle Awilda. Vu que quand elle va vous awilder votre race, vous allez sentir votre douleur. » A chaque ligne et sur presque 300 pages, c'est éreintant.

Kara
16/04/09
 

Quand on est jeune, américain, nourri de Science-Fiction et gros, qu'attend-on de la vie? La même chose que ses camarades, sauf que l'obésité devient un fardeau surtout lorsqu'elle est agrémentée d'origines dominicaines...Oscar aimerait être comme les autres, mais son physique à la "Jabba the Hutt" a fait de lui un individu à part, vivant dans sa propre galaxie, dialoguant comme dans une série de Science Fiction, un rien décalé en fait. Mais bon, son physique n'est pas responsable de tout, car sa famille a le mauvais oeil, le fuku, qui fait que rien ne se passe comme prévu, surtout lorsqu'il s'agit d'être heureux! Oscar est au centre du récit sans pour autant prendre la parole et donner son point de vue. Ce sont sa sœur Lola et son ami Yunior qui s'y collent. Ils nous font découvrir un personnage captivant, une bible vivante de la littérature fantastique, mais profondément frustré par son absence de copine, et fataliste à cause de la malédiction accablant sa famille. Justement cette famille, originaire de République Dominicaine a immigré en Amérique depuis que le grand père osa défier Trujillo, le dictateur fou de l'île.En racontant l'histoire de ces gens "bruts de décoffrage", le lecteur s'enfonce dans la grande histoire de cette île dirigée par un homme sans foi ni loi. Rien n'est laissé au hasard, chaque anecdote est pleine de sens. Lorsqu'un personnage rencontre l'homme sans visage ou la mangouste, ce n'est pas rien...En mélangeant le langage parlé, les expressions hispaniques et les références littéraires, le tout "saupoudré" de nota bene aussi délicieux que le reste, vous obtenez un ensemble d'une très grande richesse avec des personnages hauts en couleurs. La grande Histoire se mêle à la petite sans pour autant devenir pesante. Certes, il faut quelques pages pour s'habituer au style de l'auteur, mais en osant cette écriture unique, on lit ce roman comme si on regardait un "road movie". Pari littéraire gagné pour ma plus grande joie. vivi

vivicroqueusedelivres
12/02/12
 

A la fois tendre et cruel, le récit retrace le parcours d'Oscar, un jeune Dominicain obèse à la vie plus que pathétique.On se prend à s'attacher à ce garçon, à sa famille aussi, malgré les travers de chacun. Une famille dont le destin est à jamais bouleversé par le régime de Trujillo.

un flyer
10/02/12

Dans ce roman, nous suivons l'histoire d'Oscar, un jeune homme obèse fan de jeu de rôle, manga et autres figurines qui a du mal avec les filles (c'est le moins que l'on puisse dire) mais aussi de sa sœur Lola, de sa mère Beli et de sa " grand-mère ".Le lecteur apprend énormément de choses passionnantes sur l'histoire de la République Dominicaine tout en plongeant dans un univers rempli de magie (le fuku, la Mangouste). On pense bien sûr à "La conjuration des imbéciles" de John Kennedy Toole, mais dans une version caribéenne des années 2000.La suite sur mon blog ;http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.com/2011/08/la-breve-et-merveilleuse-vie-doscar-wao.html

Marianne33
27/08/11
 

La chronique d'un destin familial marqué par la tragédie qui croise l'histoire de la république dominicaine (et du règne sanguinaire du dictateur Trujillo). Avec une très légère dose de fantastique et des références, un peu geek certes, à la SF.. Récompensé par de très grand prix outre-atlantique (Pulitzer 2008 et meilleur roman de l'année pour Time magazine) Si vous êtes suffisamment à l'aise en anglais, je conseille de le lire en langue originale (car d'après ce que je peux lire ici la traduction française ne sert pas le texte).

kalium
08/01/11
 

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.42 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition