La chambre de jacob

WOOLF, VIRGINIA

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 26/12/97
LES NOTES :

à partir de
1,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le chef d'oeuvre de Virginia Woolf ? Sûrement son récit le plus étrange, le plus délicat, le plus hanté pas la mort, comme une absence qui obsède. Qui est Jacob ? L'enfant qui, un jour, ramasse un crâne de mouton séché par le vent le long des rochers, l'étudiant nonchalant de Cambridge ou bien l'helléniste à la recherche de la sagesse ?... Tout converge vers la disparition de Jacob. Dès les premières pages, on devine en sourdine le leitmotiv de la mort. Une tristesse confuse, irraisonnée, se glisse
sous les pas du jeune homme. Et pourtant il ne se passe presque jamais rien. Quelques images d'un adolescent qui collectionne les papillons, parcours au galop les plaines de l'Essex, se baigne nu dans la rivière, lit Spinoza et Dickens, part en Grèce, fume la pipe et séduit les femmes et les jeunes filles. Bref, le portrait d'un être insouciant et cependant menacé. Jacob ne reviendra pas de la guerre. Lâ est le véritable dénouement à peine suggéré. Jacob insaisissable nous échappe à jamais.
1 personne en parle

Il m'est bien difficile de résumer l'histoire tant j'ai eu l'impression que cela partait dans tous les sens. On suit Jacob de son enfance jusqu'à son engagement dans l'armée à la veille de la première guerre mondiale. On découvrira son dégoût de certaines personnes, ses amours. Tout comme Mrs Dalloway, je ne sais pas trop quoi en penser. J'éprouve encore une déception face à ce qu'écrit Virginia Woolf. Cependant je dois lui concéder certaines choses. Elle sait parfaitement décrire les choses de la vie de tout les jours, ce à quoi on ne prête pas attention : « L'air est languide dans une chambre déserte ; à peine gonfle-t-il les rideaux : les fleurs bougent dans la jarre. Une fibre du fauteuil d'osier craque, bien qu'il n'y ait personne dedans ». Ou bien parler de la beauté des femmes : « La beauté féminine ressemble...elle ressemble, la beauté des femmes, à la lumière sur les flots, qui n'est jamais à demeure sur une vague unique. Toutes la reçoivent, toutes la perdent ; tantôt opaques et ternes comme du suif, tantôt translucides comme un pendeloque de cristal. Les visages qui ne varient pas sont des visages sans intérêt ». On retrouve même une sorte de féminisme : « Mais si l'on autorise les femmes à travailler, comme des hommes elles auront vite fait de disparaître.  Leur sexe s'éteindra, (...). »

Chiwi
03/02/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : MAGALI MERLE

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition