La cicatrice

LOWERY, BRUCE

livre la cicatrice
EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 21/10/99
LES NOTES :

à partir de
4,00 €

SYNOPSIS :

Drame bouleversant d'un enfant, différent des autres et rejeté par eux. Plus il cherche à sortir de sa solitude,
plus il s'y enfonce, car le monde de l'enfance est aussi celui de la cruauté, inconsciente mais féroce.
9 personnes en parlent

Il suffit de peu pour éveiller la cruauté propre au monde de l’Enfance. Jeff ne le sait que trop. Sa bouche est marquée d’une cicatrice qui lui vaut le surnom de « grosse lèvre ». Ses parents justifient la présence de cette disgrâce par un accident survenu dans son jeune âge. Un bec-de-lièvre ça fait peur ; tout comme la différence et l’inconnu...Surtout en 1944. Jeff n’a pas d’amis. Qui voudrait de lui pour ami, d’ailleurs ? Il espère secrètement que cette marque disparaîtra et que le carcan de solitude qui le retient sera ainsi brisé. Heureusement, il y a Bubby ; son petit frère attentionné et doux. Bubby l’aime d’un amour inconditionnel. Il est le complice de ces jeux secrets que seules les fratries partagent. Mais la haine est là, à l’extérieur du foyer, et ne demande qu’à sourdre. L’incompréhension des autres enfants grandit et avec elle, l’isolement du petit Jeff. Willy, un enfant apprécié de tous, lui tendra pourtant une main amicale. Peut-être était-il trop tard ? Peut-être les moqueries distillées par les autres avaient-elles déjà terni les douces illusions de Jeff. Celui-ci devient un peu le monstre que les autres voyaient en lui. Quand cette main salvatrice se tend, il ne voit que Méfiance et Envie. Le cœur de Jeff serait donc aussi abîmé que sa lèvre... Parviendra t’il à abattre ses murs intérieurs ? A treize ans, il y a des souvenirs qui vous blessent et laissent à vie des cicatrices invisibles aux autres. De celles qu’on porte honteusement, qui amoindrissent la confiance et dont on ne guérit jamais. Certains parviennent à les soigner en partie à force de bienveillance et d’amour, d’autres s’enferment dans leur solitude et ne survivent que dans la souffrance. La Cicatrice est une tranche de vie poignante sur l’enfance et la peur de l’inconnu. A travers le personnage mutilé de Jeff, au sens propre comme au figuré, Bruce Lowery réussit brillamment à évoquer la douleur d’exister dans la Différence. Un court roman où l’émotion va crescendo portée par des personnages forts. L’auteur y évoque en filigrane un contexte historique d’affrontements (rappelez-vous on est en 1944) qui participe à la création d’images chargées de symboles. Au-delà de la trace indélébile qui défigure Jeff, apparaissent des plaies sous-jacentes : celles de la discrimination religieuse, sociale et raciale. Même si Jeff grandit loin de l'Europe, les secousses sismiques provoquées par le fléau qui s'abat sur cette terre lointaine, se font sentir... Une histoire touchante et universelle que l’on aurait voulue obsolète et anachronique mais qui, hélas, demeure toujours d’actualité... Rebelde

Rebelde
08/01/16
 

Douloureuse enfance Ce roman d'apprentissage raconte le drame d'un garçon de 13 ans différent des autres, et pour cette simple raison, rejeté par eux.Jeff porte sur la lèvre supérieure un bec de lièvre. Ses parents lui ont expliqué qu'il avait eu un accident lorsqu'il était petit. Après un déménagement, il doit changer d'école ; il rencontre alors de gros problèmes d'intégration. Mais un élève de sa classe s'intéresse à lui. L'amitié qui va naitre entre eux bouleversera sa vie à tout jamais. Le texte aborde les notions de tolérance et de respect mutuel, mais aussi du mensonge, de la trahison. Le roman soulève le problème de l'exclusion et des conséquences souvent dramatiques qu'elle provoque.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

J'ai adoré , ce livre est emouvant poignant, raconte la vie d'n petit garcon qui a un bec de lièvre et qui essaie de se faire une place dan sa classe, le livre raconte comment il se fait des amis .... mais aussi les inquietudes de sa famille anafriends

anafriends
21/09/12
 

“Livre presque aussi vieux que moi”, écrit en 1960, la Cicatrice est un très bonclassique de la littérature américaine. L'action se déroule en 1944 et on y retrouve Jeff, 14 ans, élevé dans une famille catholique. Il est affublé d'un bec de lièvre et donc différent. Le regard des autres enfants sur sa différence va lepousser à faire des bêtises. Problèmes physiques, scolaires, moraux, on va le suivre pendant une année scolaire. Tout adulte doit lire cet ouvrage car il pose les questions de l'influence de l'éducation et des autres enfants qui peuvent êtres parfois durs et méchants, C'est un livre qui demeure complètement d'actualité. Les éplucheurs de Loudun

J'ai trouvé cette histoire très dramatique, très noire, bien écrit avec un langage simple, j'avoue que j'étais déçu et très malheureux de la tournure de l'histoire. Même si le héros qui avait trouvé un ami malgré son anormalité physique, l'auteur nous fait plonger dans un suspens jusqu'à la fin de l'histoire avec quelques mésaventures subies par le héros. Donc, pour ceux qui aiment les histoires dramatiques, à lire.

7naturafond2
22/08/11
 

Douloureuse enfance Ce roman d'apprentissage raconte le drame d'un garçon de 13 ans différent des autres, et pour cette simple raison, rejeté par eux.Jeff porte sur la lèvre supérieure un bec de lièvre. Ses parents lui ont expliqué qu'il avait eu un accident lorsqu'il était petit. Après un déménagement, il doit changer d'école ; il rencontre alors de gros problèmes d'intégration. Mais un élève de sa classe s'intéresse à lui. L'amitié qui va naitre entre eux bouleversera sa vie à tout jamais. Le texte aborde les notions de tolérance et de respect mutuel, mais aussi du mensonge, de la trahison. Le roman soulève le problème de l'exclusion et des conséquences souvent dramatiques qu'elle provoque.

Je ne connaissais pas du tout ce livre ni cet auteur, je n’en avais même jamais entendu parler avant de me promener sur les blogs littéraires. L’histoire m’a tentée, je l’ai ajouté à ma LAL, et puis dans la foulée, je fais une tournée des bouquinistes dans le Quartier Latin, et je le « croise » presque chez tous. Alors, il a atterri dans la pile des livres achetés ce jour là. Et comme il était cour, c’est par lui que j’ai commencé.J’ai beaucoup aimé.Il s’agit d’un roman pour enfants/jeunes ados très court, mais très intéressant à lire d’un point de vue adulte. A vrai dire, j’aime beaucoup la littérature jeunesse, on y trouve souvent des choses très intéressantes, une autre dimension, quand on a officiellement « passé l’ âge » de lire de telles histoires.Les pensées de Jeff et le comportement des enfants face à celui qui est « différent » sont très justes, très bien étudiés et décrits. Je me suis revue quelques années en arrière … dans un rôle puis dans l’autre, et avec le même genre de conséquences au final :/ Les réactions des adultes qui ne voient pas la gravité de ce qui se trame sont très réalistes aussi.C’est une histoire très touchante, dont la fin dramatique, fait prendre conscience au lecteur de son influence sur son entourage, de l’effet que peuvent avoir quelques paroles qui semblent sans importance.Seul petit point négatif selon moi : le roman a été écrit en français par un auteur anglophone, et si cela ne se sent pas la plupart du temps, certains passages ont un goût de « mauvaise traduction » : les termes choisis rendent certaines phrases « bancales ». Pour conclure, je le recommande à tous : c’est vite lu, très émouvant, sans sombrer dans le « pathos » et ça fait pas mal réfléchir.

un flyer
10/05/11

La première chose qui m'a ému dans ce livre (eh oui, il y en a eu plusieurs ;) ), c'est le marchandage que ce petit garçon va faire avec Dieu... « Si vous aviez la fois gros comme un grain de moutarde, vous pourriez dire à cette montagne « transporte-toi d'ici à là », et elle si transporterait... rien ne vous serait impossible. » (page 10) ... Il s'accroche dur comme fer à l'espoir que sa foi lui efface cette cicatrice...La naïveté de l'enfance mêlée à une si grande souffrance... quel contraste étonnant et émouvant...Et que dire de ce feu d'artifice dans le coeur que j'ai ressenti pour lui au moment où, pour la première fois, ce petit garçon traité généralement comme une bête de foire découvre les joies de l'amitié vraie et sincère? Et à quel point un simple timbre offert en cadeau provoque en lui la sensation d'être le petit garçon le plus heureux du monde?J'ai vraiment eu l'impression de vivre cette victoire avec lui...Alors oui, certains diront que ce livre est ENCORE une histoire classique d'un enfant rejeté, mais c'est bien plus que cela... C'est toute l'émotion d'un enfant de 13 ans, racontée à la première personne, avec pudeur, justesse, et sensibilité qui rendent ce récit si poignant. On ne peut rester insensible à ce petit garçon, à sa détresse, à son évolution aussi, si radicale et soudaine...Ce roman, quand arrive la dernière page, on le referme en ayant la gorge nouée, le coeur serré, et des souvenirs qui remontent à la surface... Hylyirio

hylyirio
14/11/10

Jeff est comme tous les enfants de son âge, à l'exception qu'il a une déformation physique. Plus il cherche à sortir de sa solitude, plus il s'y trouve enfoncé, car le monde de l'enfance n'est pas seulement le monde de la douceur, il est aussi celui de la cruauté. Premier roman de Bruce Lowery, qui reçut le Prix Rivarol. Un livre tragique qui met en avant une souffrance, mais qui ne m'a pas convaincue.

Lilyptitbout
30/09/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.09 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie