La cinquieme femme

MANKELL, HENNING

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 29/03/00
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Septembre 1994. Tandis que les oiseaux migrateurs quittent la Scanie, l'inspecteur Wallander rentre de vacances et espère un automne calme. C'est hors de question ! Il lui faut bientôt éclaircir une série de meurtres à donner froid dans le dos aux policiers les plus endurcis. Un vieil homme a été retrouvé empalé dans un fossé, un autre ligoté à un arbre et étranglé, le dernier noyé dans un sac lesté de pierres. Le premier était ornithologue et poète amateur, le deuxième passionné d'orchidées,
le troisième chercheur à l'université. Pourquoi tant de férocité à l'égard de citoyens apparemment paisibles ? Et pourquoi ces mises en scène sadiques ? Parce que - selon la devise de Wallander les êtres sont rarement ce que l'on croit qu'ils sont. Et ces trois hommes ne font pas exception à la règle. Et si le crime était la vengeance d'une autre victime contre ses bourreaux ? Dans ce cas, l'inspecteur Wallander n'a plus qu'à se hâter pour empêcher un nouveau meurtre tout aussi barbare.
6 personnes en parlent

On pourrait peut-être reprocher à Mankell d'user de schémas assez semblables d'un roman à l'autre de sa série des Wallander (dont on tient ici le sixième volume). En effet, le héros est à chaque fois tenaillé par ses doutes, son existence assez solitaire, sa difficulté à vivre ses relations avec autrui... Mais c'est que l'auteur, lentement, construit un personnage qui s'avère de plus en plus intéressant, complet, et n'est pas sans être contradictoire parfois.Comme dans d'autres de ses enquêtes, Wallander va être confronté à des meurtres violents, meurtres qui vont amener notre commissaire à s'interroger une fois encore sur cette société suédoise qui vue de près n'est pas si paisible qu'elle pourrait le faire croire.De plus, les femmes sont au coeur de l'intrigue et de son cheminement, plus encore que d'habitude.Réussite une fois encore, Mankell se révèlant rarement médiocre avec cette série. Maltese

Maltese
21/10/09
 

Un nouveau Mankell construit a la Colombo !Une fois n'est pas coutume , Mankell nous la fait a l'envers en nous delivrant illico presto l'auteure de ses crimes . Polar tres interessant car indeniablement le plus fouillé psychologiquement . On y retrouve une Scanie a la veille d'un nouvel hiver polaire (n'y aurait-il qu'une saison en Suede ? ) et un Wallander plus perdu que jamais ! Perdu car devant subir le choc du deces de son pere , perdu car sentant ses rapports avec sa fille Linda s'etioler progressivement , perdu car sa relation avec Baiba est en passe de devenir un souvenir douloureux ... Wallander ne comprend plus cette Suede qu'il a tant aimé et a du mal a y trouver sa place..C'est un anti-heros en proie aux idées les plus noires que l'on decouvre mais malgré tout tenace , meticuleux , ne laissant rien au hasard dans cette nouvelle enquete qui lui est proposée . Le rythme est toujours volontairement lent mais dessert parfaitement les etats d'ame de ce flic au bord du gouffre ! C'est une nouvelle occasion pour Mankell de decrier cette Suede devenue individualiste et sans ame..Une fois de plus , j'ai aimé accompagner ce vieux loup solitaire .

TurnThePage
11/11/13
 

« Les gens sont rarement tels qu’on se les représente. »Cher WallanderEh bien, pas facile la vie d’un commissaire !! A peine remis d’une affaire compliquée sous la douceur romaine en compagnie de votre père vous revoilà à nouveau sur le ring. Et pas n’importe quel ring. Cette fois, il vous en aura fallu des nuits escamotées, pour apercevoir la lumière, et trouver la femme !! Je peux le dire, car dès le prologue, nous savons que c’est d’une femme dont il s’agit…. On connait la fin et le pourquoi dès le début. Mais vous, vous n’en savez rien, vous balbutiez, vous compter les morts, vous courrez partout, allez d’hypothèse en hypothèse….Et ça marche, dès le prologue, vous m’avez ferrée !! Vous prenez, au fil des épisodes, le soin de mêler davantage le contexte social du pays dans lequel vous évoluez. Commissaire, vous êtes, mais avant tout vous vous inscrivez en tant qu’individu dans ce travail qui ne consiste pas uniquement à enquêter. La suède qui se dessine sous vos yeux ne vous lait pas du tout. Les revendications justicières qui se font de plus en plus pressantes ne vous disent rien de bon Les femmes prennent une place de plus en plus importante, non seulement elles sont largement présentes dans l’intrigue, mais également de plus en plus valorisées au sein de votre équipe. En revanche, les femmes de votre vie ont tendance à s’éclipser ; vous comprenez, enfin, alors que vous alors qu’avec votre fille la relation change, devient plus adulte. Vous aussi d’ailleurs vous gagnez en épaisseur. Ici, c’est flagrant. Plutôt que l’action, c’est l’introspection qui gagne au fil de votre enquête, et cela vous rend de plus en plus humain. Si votre côté vieil ours solitaire, ou vieux garçon a ses charmes, une femme ne vous ferait pas de mal … Baïba ne vous attendra peut-être pas encore durant des lustres… Allez, ne vous contentez pas de lui téléphoner….foncez, ramenez là !!!Une petite remarque néanmoins, la Suède en hiver…. C’est moyen –moyen…. Que de brouillard, d’obscurité, d’humidité…Je commençais par avoir sérieusement froids aux os. La prochaine fois, j’espère que nous serons en été Sur ce, reposez-vous bien commissaire. Vous l’avez bien mérité !!A bientôt !! http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
29/11/12
 

Milieu des années 1990. Un ethnologue amateur, un fleuriste, cinq femmes assassinées en Algérie, des meurtres mis en scène de manière atroce. Reste à relier tout cela. Wallander & Cie s'en occupent.Deuxième tentative de ma part avec cet auteur, la première (Les morts de la Saint-Jean) ne m'avait pas donné envie de poursuivre. Alors, plus heureuse, cette fois ? Bof, pas vraiment. Pourquoi ?- décor : principalement la Suède, intérêt social (les milices 'sauvages')- personnages : trop nombreux, il en surgit de nouveaux tout au long du récit, et comme leurs noms sont suédois… - intrigue : l'Histoire du Congo belge est intéressante, mais elle occupe trop peu de place- suspense : trop limité à mon goût, pas de rebondissements surprenants, à part la multiplication des crimes, mais ça ne ferre pas le lecteur ; indifférence totale à "qui a fait quoi et pour quelles raisons ?" sur les 4/5 du livre au moins- l'équipe et l'enquête : n'avancent pas, tournent en rond, piétinent et ne se lassent pas de le dire (pas vraiment la 'dream team') - dénouement : mobile moins banal finalement qu'il n'y paraît tout au long du récit, dommage qu'il ne soit vraiment développé qu'à la fin car le sujet est riche (les groupes de discussions de voisinage) - et le principal, le flic en vedette, Wallander : à la fois mou, indécis, vaguement dépressif (en plein deuil) et pas sympa. Interrogatoires rares et brefs, sans diplomatie et ternes (je préfère Konrad Sejer chez la Norvégienne Karin Fossum). L'homme se répète sur des détails personnels futiles (aller chez l'opticien, mettre un pull dans sa voiture), il est très souvent sur le point de comprendre quelque chose, mais c'est fugace, ça lui échappe… Agaçant.Bref, j'arrête là avec cet incontournable du polar suédois. Canel

Canel
10/08/12
 

Ce roman est souvent conseillé par les amateurs de Mankell mais j'avoue ne pas avoir éprouvé plus de plaisir que dans Meurtriers sans visage. C'est bien ficelé, Wallander est attachant mais l'ensemble est un peu longuet. Je crois que je vais m'arrêter là avec les aventures de Wallander. Je me contenterai de regarder la série TV.

cocalight
07/07/12
 

L'enquête est bien menée et décrite de la suspicion du premier meurtre à la mort du meurtrier, en passant par tous les détails auxquels les policiers du commissariat d'Ystad vont être confrontés : les questions, les doutes, les fausses pistes...Même si on sait dés le début l'identité du meurtrier ainsi que la raison des meurtres, l'auteur a quand même réussi à nous surprendre au fil des pages, en nous laissant découvrir certains petits détails en même temps que les enquêteurs.Bref, une très bonne enquête comme les auteurs nordiques savent en pondre, et un très agréable moment de lecture même si certains détails m'ont laissé sur ma faim.

RizDeuxZzZ
23/12/11
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.40 cm
  • Poids : 0.52 kg