Cite des amants perdus (la)

ASLAM, NADEEM

livre cite des amants perdus (la)
EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 05/01/06
LES NOTES :

à partir de
23,30 €

SYNOPSIS :

Dans une ville anonyme du nord de l'Angleterre baptisée Dasht-e-Tanhaïï ou Désert de la Solitude par ses habitants immigrés pakistanais, deux amants Jugnu et Chanda ont disparu. De méchantes rumeurs circulent dans cette communauté repliée sur elle-même, qui s'entête à vivre selon les lois pakistanaises et qui s'enflamme plus volontiers contre les transgressions de l'Islam, la présence des hindous et des sikhs, que contre le racisme des blancs. Lorsque les deux frères de Chanda sont arrêtés pour le double meurtre, on approuve à mi-mot le crime d'honneur : le couple cohabitait sans être marié. La Cité des amants perdus couvre l'année qui suit la disparition des amants et décrit les répercutions
de la tragédie sur le frère aîné et la belle-soeur de Jugnu et sur leurs trois enfants. Shamas, cultivé et tolérant, médiateur social à l'écoute de ses compatriotes, est très ébranlé par la mort de Jugnu mais n'arrive plus à communiquer avec sa femme Kaukab, non éduquée, musulmane fervente qui observe strictement les moeurs et préjugés de ses origines. Malgré l'affection qu'elle portait à son beau-frère, elle avait honte du péché dans lequel il vivait. Reproduisant un modèle rigide d'éducation, elle s'est aliéné ses enfants et en souffre cruellement. En décalage avec un monde qui lui échappe, le couple voit en quelques mois ses valeurs et ses certitudes voler en éclat.
1 personne en parle

Nadeem Aslam décrit dans ce roman une communauté pakistanaise en Angleterre. Ce roman est découpé en quatre saisons qui voient s'agiter les esprits des immigrés. L'histoire s'articule autour de la disparition de Jugnu et Chanda, les amants désignés par le titre : ce sont les grands absents de ce roman mais tout se rapporte constamment à eux. Vivant librement et hors mariage leur amour, ils sont mis à l'écart de la communauté musulmane, critiqués ou haïs. Autour de ces personnages, gravitent essentiellement deux familles. La famille de Chanda, humiliée et honteuse de la vie malhonnête de leur fille. Celle de Jugnu, frère de Shamas, personnage principal de ce livre. Shamas est l'époux de Kaukab, une musulmane très croyante dont les enfants ont quitté la maison familiale.Ce roman ne m'a pas semblé passionnant, il est assez long à démarrer, il tourne un peu en rond. Il rapporte les rumeurs qui agitent la communauté, les mariages, les décés, les scandales. Il montre des personnages racistes, étroits d'esprit, médisants. Leurs actions sont mauvaises, leurs gestes corrompus. Tout est vu à travers un prisme peu positif et désenchanté. On se demande si Kaukab est une caricature ; très croyante, elle ne pense que par le Coran et suit ses enseignements et ceux de l'imam sans jamais les remettre en question. Son époux Shamas est un intellectuel et un faible, il inspire la pitié. Les personnages sont peu attachants, le temps s'écoule trop lentement avec son lot de deceptions, rarement de joies...Un livre à lire quand on a le moral, si le sujet nous tourmente et nous passionne ou à ne pas lire du tout.

Praline
07/04/11
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.47 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition