La curee

ZOLA, EMILE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 01/03/00
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Sous le Second Empire, Aristide Saccard, affairiste obsédé par le plaisir et l'argent, s'installe à Paris dans une vie de débauche et de spéculation effrénée...  Dans ce second volet des Rougon-Macquart , Zola, romancier
naturaliste, se livre à une virulente critique de la bourgeoisie. Le dossier - Les repères historiques, culturels et littéraires - L'étude du genre - Des groupements de textes - Une préparation au baccalauréat
5 personnes en parlent

"La Curée" est le second volume du cycle des Rougon-Macquart.On se situe à Paris du temps de Napoléon III, à l'heure où se profile les travaux d'Haussmann qui vont changer le visage de la capitale.On y suit avant tout les faits et gestes d'Aristide Rougon, qui en débarquant de sa province pris le nom de Saccard, et fera des affaires fructueuses en spéculant sur les terrains qui s'offrent aux promoteurs dans ce Paris défiguré.Zola nous donne à voir une ville livrée en pâture aux chiens que sont les arrivistes et autres bourgeois de tout bord. On y découvre les mondanités de ce milieu cupide, avide de pouvoir, et qui s'adonne à de multiples frasques qui soulignent la futilité qui règne.Un tableau réaliste supplémentaire à accrocher dans la galerie zolienne; roman évocateur comme d'habitude, qui montre avec talent le XIXème siècle. Maltese

Maltese
13/10/09
 

Sous le Second Empire, de grands travaux sont menés par Haussmann sous les ordres de Napoléon III. C'est dans ce contexte que se déroule le deuxième volume de cette grande fresque romanesque des Rougon-Macquart. Ici, il est surtout question d'Aristide Rougon, renommé Sacquart en vue de sa future réussite sociale à Paris.En effet, après avoir quitté Plassans, petite ville du sud de la France, l'homme espère enfin faire fortune, à l'image de son frère Eugène qui occupe une position importante dans le capitale. L'ascension de Sacquart débutera par une place de petit fonctionnaire à l'hôtel de ville de Paris, où il glanera des informations sur les futures démolitions d'immeuble en vue de les acheter et de les revendre plus cher à l'hôtel de ville. Dans ce volume, il est également question de sa seconde femme Renée, issue de la noblesse, contrainte de se marier rapidement pour éviter le déshonneur de la famille suite au viol qu'elle a subi et qui l'a faite tomber enceinte.Celle-ci, à la tête d'une petite fortune, se fera peu à peu dépouiller par son mari, l'avide Sacquart, en même temps qu'elle débutera une relation incestueuse avec Maxime, le fils de Sacquart, issu de son premier lit.J'avais lu il y a longtemps l'Assommoir, Germinal, Nana et Au Bonheur des Dames, que j'avais trouvés captivants. J'ai donc décidé de me remettre dans les aventures de cette famille aux personnages tellement représentatifs du XIXe siècle, en lisant les romans dans l'ordre voulu par Zola. Si le premier volume m'a quelque peu déçu, sans doute en raison de la mise en place de la famille, j'ai été enchantée par ce second volume.J'ai particulièrement suivi avec intérêt le destin de Renée, aux mains de cet ignoble personnage qu'est Sacquart. On ne peut que comprendre dès le départ que sa chute sera violente tant son mari ne voit en elle qu'une personne vulnérable facile à escroquer.Je n'ai pu m'empêcher de rapprocher Renée du personnage d'Emma Bovary de Flaubert, par le profond ennui qu'elle ressent dans sa vie au début du roman, et qui la poussera à la passion amoureuse et destructrice.

emilieclaudon
06/08/14
 

J'ai dévoré ce second volume de la série Les Rougon-Macquart dont le thème principal demeure encore et toujours d'actualité. Un bémol pour les personnages que j' ai trouvé traité avec moins de nuance que dans le premier volume ''La Fortune des Rougon'' même si c'est ainsi en mettant l'action sur leurs actes qu' ils servent plus habilement le propos d' Emile Zola.Une excellent lecture.

Lacazavent
21/10/12
 

"La curée" s'attache à deux des enfants de Pierre et Félicité : Eugène, qui avait dirigé son père pendant la période trouble, et Aristide, qui n'avait pas su se décider à temps (ainsi que de loin en loin leur soeur, Sidonie). "Monté" à Paris, ce dernier commence, sur les conseils de son frère qui se méfie à moitié des retombées que pourraient lui occasionner leur lien de parenté (il entend devenir ministre, ce qui arrivera), par changer de nom : le voici devenu Saccard. Il se marie, sur le schéma déjà développé dans la nouvelle de Zola "Nantas". Et c'est plus précisémment la vie de Renée, son épouse, que l'on suit.Trois thèmes principaux dans ce roman qui, une fois passée l'introduction riche en descriptions, nous happe dans ses pages : les transactions véreuses autour de la construction de Paris, la vie complèment dissipée des nantis de l'Empire, et la déchéance nerveuse d'une femme, Renée.Et quand je dis "vie dissipée", je fais un euphémisme semblable à celui-ci, que j'ai beaucoup apprécié : "Ce fut un tohu-bohu inexprimable". Ça couche dans tous les sens, pour n'importe quelle raison.Aristide et Eugène sont un peu en retrait dans ce roman, toujours malveillants, toujours avides, et tout juste assez malins pour se frayer un chemin en mentant et en escroquant. Maxime, le fils d'Aristide, en prend pour son grade aussi, pâle figure qui se laisse entraîner par qui veut dans ce qu'on veut. Les Rougon, à date, ne sont guère attachants. Renée, la pauvrette, y laissera la vie, après avoir perdu la santé mentale. Elle n'est guère épargnée par la plume ultra-précise de Zola, mais on ne peut s'empêcher de la plaindre. Sylvie Sagnes

SagnesSy
07/07/12
 

Toute nouvelle ambiance dans la Curée. On quitte le milieu provincial du sud de la France pour atterrir en plein milieu du Paris de l'époque, en plein changement. Et l'un des acteurs de ce changement, c'est Aristide Rougon, fils de Pierre Rougon. Bon, comme il n'assumait pas ses choix politiques par le passé, il décide de changer de nom & de faire un nouveau départ dans la capitale : c'est désormais Aristide Saccard. On suit donc les histoire d'Aristide Saccard et de toute la vie mondaine de Paris. Mais, il est comme au second plan, effacé par sa femme Renée & son fils, issu de son premier mariage, Maxime.L'incipit nous présente d'ailleurs Renée et Maxime en promenade, on est immédiatement plongés dans l'action. Et ce sont eux que nous allons suivre tout au long du roman. Parce que l'histoire principale de la Curée, c'est la romance semi-incestueuse entre Maxime et sa belle-mère Renée. Parce que Renée, lasse de sa vie de femme riche et entretenue, veut un peu de piquant. Elle a tellement tout fait qu'il ne lui reste plus que cela pour satisfaire sa soif de nouveauté. On suit donc les hauts & les bas de leur relation, avec Saccard qui fait une apparition ici ou là.Ce que j'ai aimé, c'est le parallèle entre la première et la dernière scène. On voit Renée dans les mêmes lieux, mais avec tout ces évènements passés entre temps. Le paysage, l'ambiance, rien n'a changé, et pourtant tout est différent dans la vie de la belle blonde.J'ai beaucoup aimé le personnage de Renée, qui est finalement prise dans le piège du beau monde malgré elle. Ce n'est qu'à la fin, qu'elle se rend compte à quel point elle a changé, qu'elle est devenue ce qu'elle ne voulait pas être.Et en face de cette jeune femme qui tombe lentement dans la débauche, on a son mari, qui spécule à tout va, qui se ait de l'argent sur le dos de tout le monde, comme beaucoup d'autres autour de lui. La rénovation de Paris, la création de tous ces grands boulevards, Saccard a décidé qu'il en profiterait. Et il ne laisse personne se mettre entre son objectif et lui.Zola nous décrit avec magnificence les bals, les tenues imposantes & incroyables de Renée, mais aussi les bâtiments et la nature. Des descriptions qui laissent l'imagination vagabonder. C'est vraiment sublime.J'ai beaucoup aimé cette description du nouveau Paris, malgré quelques longueurs, parfois. J'ai aimé les relations tordues entre les individus, tous autant qu'ils sont. Les faces publiques et les faces cachées de chacun d'entre eux. On sent que Zola insiste vraiment sur cette facette psychologique des personnages, et c'est superbe.

Chaaw
06/09/11
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 12.40 cm
  • Poids : 0.31 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie